Aéronautique : la carte des plans sociaux autour de Toulouse

 |  | 1228 mots
Lecture 10 min.
Plusieurs milliers de salariés d'Airbus ont manifesté contre les licenciements début juillet à Toulouse.
Plusieurs milliers de salariés d'Airbus ont manifesté contre les licenciements début juillet à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
Airbus a annoncé avant l'été la suppression de 3 600 postes à Toulouse, le plus lourd tribut en France du plan social de l'avionneur européen. Dans la foulée, plusieurs sous-traitants ont dévoilé des PSE massifs dans le Sud-Ouest. La Tribune fait le point grâce à une carte interactive.

Cliquez sur chaque icône pour connaître le détail des annonces et retrouvez en bas de la carte les articles correspondant à chaque société.

 

Nota bene : cette carte n'est pas exhaustive et sera actualisée au fil des semaines.

Haute-Garonne

AIRBUS

Siège social d'Airbus à Blagnac (Crédits : Rémi Benoit).

Airbus a annoncé le 30 juin un plan social qui prévoyait 3 600 postes suppressions de postes entre le siège, les usines, la filiale aérostructures Stelia et ATR. Au terme de plus de trois mois de négociations, la direction d'Airbus et les syndicats ont signé le 12 octobre un accord sur le PSE et un deuxième texte sur l'activité partielle de longue durée (APLD). Si dans le premier texte, il ne sera pas inscrit noir sur blanc l'absence de départs contraints, Force ouvrière a annoncé à La Tribune avoir obtenu de la direction de réétudier le reliquat de postes à supprimer fin mars pour éviter tout licenciement.

Lire aussi : Plan social à Airbus : un accord avec des garanties pour viser le zéro licenciement

Chez ATR en revanche, "les licenciements à cette heure ne sont pas écartés", alerte dans La Tribune Jean-Christophe Pinel (Force ouvrière). L'accord majoritaire sur le PSE envisageait à l'origine 186 suppressions d'emplois en France. L'activité partielle de longue durée va sauver une quarantaine de postes.

Lire aussi : Plan social à ATR : un accord signé mais toujours un risque de licenciements

L'avionneur européen a également officialisé le lancement d'un PSE touchant sa filiale d'aménagement cabine, Airbus Interiors Services. Une centaine d'emplois sont menacés, soit 71% de l'effectif.

Lire aussi : Airbus taille drastiquement dans sa filiale d'aménagement cabine

Derichebourg Aeronauticsebourg

Manifestation devant les locaux de Derichebourg (Crédits : Rémi Benoit).

Derichebourg Aeronautics a été le premier sous-traitant à annoncer dès le mois de mai des mesures liées à la crise du trafic aérien, et ce avant les annonces d'Airbus. La société a lancé un accord de performance collective (APC) qui prévoit notamment la suppression des indemnités repas et kilométrique (compensées en partie par l'instauration des tickets restaurants). Au moins 180 salariés ont refusé l'accord et vont être licenciés.

Lire aussi : Derichebourg Aeronautics : l'APC provoque de nombreux licenciements à Toulouse

sogeclair

Le siège social de Sogeclair à Blagnac (Crédits : Rémi Benoit).

La société d'ingénierie Sogeclair, dont le siège social est implanté à Blagnac, a annoncé le 22 juin un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) "qui pourrait toucher jusqu'à 245 personnes en France".

Lire aussi : Ingénierie : le Toulousain Sogeclair va supprimer jusqu'à 245 postes en France

Trois mois après avoir présenté "un scénario du pire" de près de 1 300 licenciements, Daher a présenté début octobre aux salariés un projet de plan social réduit de 46% avec 679 postes supprimés selon les informations recueillies par La Tribune. À Toulouse et Cornebarrieu, 234 postes sont toujours menacés.

Daher emploie 3 500 personnes sur quatre sites en Occitanie. L'usine de Louey, près de Tarbes (Hautes-Pyrénées), compte 1 500 salariés autour d'activités de production des avions d'affaires TBM et d'aérostructure. Ensuite, 2 000 personnes travaillent sur les sites de logistique aéronautique à Toulouse et Cornebarrieu (Haute-Garonne) ainsi qu'à Laudun-L'Ardois (Gard).

Lire aussi : Aéronautique : Daher réduit quasiment de moitié son plan social

Liebherr Aerospace vient de lancer un plan de départs volontaires qui prévoit la suppression d'une centaine d'emplois sur ses sites de Toulouse et Campsas (Tarn-et-Garonne).

Lire aussi : Aéronautique : Liebherr Aerospace va supprimer une centaine de postes

Chez AAA, FO et la CFE-CGC ont signé le 16 octobre un accord sur le plan social prévu qui prévoit plus de 500 suppressions de postes au lieu des 719 annoncées avant la négociation. 241 licenciements sont envisagés à Toulouse.

Lire aussi : Aéronautique : Chez AAA, un accord signé avec plus de 500 licenciements

latécoère greve

 Latécoère dispose de plusieurs sites près de Toulouse (Crédits : Rémi Benoit).

 L'équipementier aéronautique toulousain Latécoère a annoncé le 25 septembre un plan social massif de 475 suppressions de postes en France, soit un tiers des effectifs. La Ville rose sera durement impactée puisque elle concentre la majeure partie des effectifs du groupe. En plus de son siège social rue de Périole, Latécoère dispose de sites de production pour la branche aérostructures à Montredon et d'une usine à Gimont dans le Gers. Au niveau de l'activité interconnexions, le plan prévoit d'arrêter les activités de production sur le site de Labège et de redéployer les effectifs sur d'autres sites de cette branche, notamment à Colomiers. Les activités de production sont maintenues.

Lire aussi : "Coup de masse" à Toulouse après l'annonce du plan social chez Latécoère

Simair va baisser le rideau sur son site de Colomiers qui emploie 49 personnes aujourd'hui et qui est spécialisée dans la fabrication des pièces en métaux durs pour l'aéronautique. C'est la première annonce de fermeture d'usine par un sous-traitant aéronautique près de Toulouse. L'ensemble des filiales de la holding BT2i, qui regroupe plusieurs PME aéronautiques acquises ces dernières années, sont concernées par un vaste plan de réorganisation. À Mondouzil, près de Toulouse, le plan prévoit la suppression de 34 postes sur le site de Cauquil, spécialisé dans l'usinage de métaux durs en petites séries.

Lire aussi : Aéronautique : Simair ferme une usine près de Toulouse, 34 emplois menacés à Cauquil

1 000 emplois sont menacés chez Thales Avionics en France. Cette filiale emploie 5 300 personnes en France, dont 4 200 rien que dans l'aéronautique. A Toulouse, où 900 personnes travaillent pour Thales Avionics, 196 postes sont menacés. Pour autant, la direction assure ne pas vouloir procéder à un PSE et les syndicats espèrent descendre en-dessous des 500 postes supprimés dans l'Hexagone.

Lire aussi : Thales Avionics : 1 000 emplois menacés et la crainte d'une délocalisation de l'ingénierie

1 150 collaborateurs sans mission sur les sites d'Akka Technologies à Toulouse pourraient perdre leur emploi. Le groupe avait choisi la Ville rose pour implanter son centre mondial dédié à l'aéronautique, mais cette activité est en recul de 38% sur le troisième trimestre. Avant de plancher sur un PSE, les négociations débutent avec les syndicats autour d'un accord sur l'activité partielle de longue durée pour réduire la casse sociale.

Lire aussi : Aéronautique : plus d'un millier d'emplois menacés chez Akka Technologies à Toulouse

Lot

figeac aero

Figeac Aéro avait inauguré son usine du futur au printemps 2019. (Crédits : Rémi Benoit)

Le sous-traitant aéronautique Figeac Aéro a annoncé un plan de sauvegarde de l'emploi qui prévoit la suppression de 320 postes sur son siège lotois, soit un tiers de l'effectif.

Lire aussi : Figeac Aéro : "Soit nous rejoignons un groupe plus important, soit nous fusionnons avec d'autres sociétés"

Hautes-Pyrénées

aaa

78 postes sont en sursis à AAA Tarbes (Crédits : Rémi Benoit).

À l'usine AAA de Tarbes, 44 postes sont en sursis soit un tiers de l'effectif.

A l'origine, Daher envisageait de supprimer 150 emplois à l'usine de Tarbes mais ce chiffre devrait être largement revu à la baisse, de l'ordre de 84 postes menacés d'après la CGT. L'équipementier a présenté aux syndicats un PSE réduit de 46% début octobre.

Lire aussi : Aéronautique : Daher réduit quasiment de moitié son plan social

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2020 à 9:57 :
Les ecolos doivent etre stisfaits

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :