Figeac Aéro : "Soit nous rejoignons un groupe plus important, soit nous fusionnons avec d'autres sociétés"

 |  | 938 mots
Jean-Claude Maillard est le fondateur de Figeac Aéro.
Jean-Claude Maillard est le fondateur de Figeac Aéro. (Crédits : Rémi Benoit)
En forte croissance avant la crise, Figeac Aéro a engagé un PSE qui prévoit la suppression de 320 emplois sur son usine principale du Lot et a réduit de 600 postes ses effectifs à l'étranger. "Un crève-coeur" pour Jean-Claude Maillard, le fondateur de la société, devenue en 30 ans le premier sous-traitant aéronautique européen. Le dirigeant évoque dans une interview à La Tribune, les possibilités de consolidation envisagées par le groupe via un rapprochement avec un grand groupe ou une fusion avec d'autres acteurs de la supply chain.

Figeac Aéro enregistrait avant la crise un taux de croissance annuel de 17%. Fin août, vous avez engagé un plan de sauvegarde de l'emploi qui prévoit la suppression de 320 postes dans votre usine principale du Lot, soit un tiers de l'effectif. La survie du groupe est-elle en jeu ?

C'est un crève-cœur. J'ai créé cette entreprise il y a 31 ans, je l'ai fait grandir et je la croyais à l'abri des difficultés. Nous espérons des événements positifs pour réduire la jauge annoncée, mais pour l'heure nous ne les voyons pas arriver. Nous connaissons une baisse d'activité significative et durable. Le taux d'activité remonte tout doucement mais il reste aujourd'hui à 50%. Le PSE fait partie des solutions que nous avons dû engager face à cette baisse d'activité.

Par ailleurs, 600 emplois ont déjà été supprimés dans vos filiales à l'étranger. Le groupe indique que "d'autres mesures sont à l'étude en France et à l'étranger". Cela signifie des fermetures d'usines ? Une relocalisation des activités ?

La fermeture d'usine(s) n'est pas exclue. La relocalisation est une possibilité. Mais il faut garder à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2020 à 13:16 :
Surprenant la croissance exponentielle de cette société durant les 15 dernières années
Cette entreprise crée par un ancien cadre de chez Ratier m'a toujours interpellé quand on voyait les bâtiments manger chaque année un peu davantage la colline où elle est implanté
C'est dommage pour les salariés locaux Il y a quelques semaines la presse citait cette vallée de Figeac comme magique ?
Il est certain que je m'explique mal que ce petit virus en 6 mois 1 an ruine des décennies de progression d'une industrie ou les carnets de commandes étaient pleins pour plusieurs annees
Qui croire ????
a écrit le 09/09/2020 à 9:50 :
En tant que sous-traitant, Figeac morfle en premier dans la crise. Mais la société a construit un bel outil industriel : ça doit valoir quelque chose, même par les temps qui courent, puisque le cycle aéronautique repartira bien un jour.
Et elle a en principe le cash du PGE pour tenir : merci Macron !
a écrit le 09/09/2020 à 8:37 :
Vu l'état de l'économie aéronautique même si largement arrosé d'argent public il ne faut pas rêver tous les acteurs ne seront pas logés à la même enseigne, ils sauveront airbus en priorité mais pour les plus petits eux c'est le point d'interrogation.

Déjà 300 suppressions d'emplois dans cette toute petite ville c'est un désastre en soi donc il est évident qu'une association serait la meilleure des voies pour sauver ce qui peut l'être encore.

C'est le moment de faire preuve d'intelligence, de clairvoyance et d'anticipation sur une évolution brutale du commerce aéronautique. Mais reste il encore de tout cela ?
a écrit le 08/09/2020 à 18:11 :
Il est impératif de conserver cette entreprise mais aussi toutes les autres qui font la qualité de notre aéronautique dans le monde avec Airbus et Dassault.savoir faire ,talents humains ,RetD face aux États-Unis et a la Chine.Protégeons notre industrie et notre souveraineté.
Réponse de le 09/09/2020 à 8:29 :
grande confiance a ce capitaine d industrie
hors du commun chez figeac aero
a écrit le 08/09/2020 à 17:37 :
Vous les français devez garder ces entreprises contre des groupes etrangéres comme des allemandes et des américaines et aussi chinoises.Un rapprochement avec Safran sera une bonne option.
Réponse de le 08/09/2020 à 18:22 :
Ce serait une bonne solution française; espérons que nos enarques bien pensant ne vont pas peser pour '' un airbus des sous-traitants aéronautiques'' ou tous les brevets de Figeac Aero seraient pillés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :