Aéronautique : Liebherr Aerospace va supprimer une centaine de postes

En pleine croissance avant la crise sanitaire, le sous-traitant aéronautique Liebherr Aerospace vient de lancer un plan de départs volontaires qui prévoit la suppression d'une centaine d'emplois sur ses sites de Toulouse et Campsas (Tarn-et-Garonne). Pour autant, la direction veut continuer à investir dans la R&D pour préparer l'avion plus électrique.
Liebherr Aerospace emploie 1500 personnes à Toulouse et dans le Tarn-et-Garonne.
Liebherr Aerospace emploie 1500 personnes à Toulouse et dans le Tarn-et-Garonne. (Crédits : Rémi Benoit)

Ces dernières années, Liebherr Aerospace avait embauché à tour de bras : 50 personnes en 2018, 150 personnes en 2019... Cette filiale du groupe allemand Liebherr, dédiée aux systèmes d'air aéronautiques, employait jusqu'ici 1300 personnes à Toulouse et 200 à Campsas (Tarn-et-Garonne) et connaissait une croissance fulgurante. En 2019, son chiffre d'affaires a culminé à 672 millions d'euros, en augmentation de 15% sur un an ! Mais la Covid-19 a mis un coup d'arrêt brutal à cette dynamique.

Une activité réduite de 40%

"Nous fournissons des systèmes neufs pour les avionneurs hélicoptéristes et nous faisons aussi de la réparation où nous avons comme clients des compagnies aériennes et des centres de maintenance MRO. Dès le début de la crise sanitaire, nous avons vécu une baisse de l'activité de réparation. Les avions ne volant plus, l'impact a été immédiat. Quelques semaines plus tard, les avionneurs ont annoncé des baisses de cadence. Notre activité en 2020 devrait être réduite de 40% par rapport à 2019. C'est un niveau partagé par la plupart des acteurs de la filière", relève Jérôme Noyer, directeur des ressources humaines.

Face à l'ampleur de la crise du trafic aérien, Liebherr Aerospace a décidé de geler les salaires et de mettre fin à la centaine de missions d'intérim. Le recours à des prestataires de services est également en train d'être réduit drastiquement, passant de 300 à 50 personnes d'ici la fin de l'année. La société a aussi fait appel au chômage partiel à hauteur de 30%.

Pas de licenciement sec

Ces mesures ne suffisant pas, l'entreprise a engagé un plan de départs volontaires qui prévoit une centaine de suppressions de postes.

"Notre niveau d'activité ne rejoindra pas celui de 2019 avant fin 2023-2024, au-delà donc du dispositif d'activité partielle longue durée prévu pour durer deux ans. Un tiers du plan concerne les activités de production et les deux tiers restants l'ensemble des fonctions de l'entreprise (achat, ressources humaines)", indique Jérôme Noyer avant de préciser que la direction écarte tout licenciement sec.

Le sous-traitant aéronautique de rang 1 avait engagé depuis 2015 un large plan d'investissement pour moderniser ses usines du Sud-Ouest. À Campsas, dans le Tarn-et-Garonne, l'entreprise avait mis trois millions d'euros pour des machines à commande numérique et six millions dans l'agrandissement des bâtiments de cette "usine du futur".

Lire aussi : Reportage au coeur de l'usine du futur de Liebherr Aerospace

Penser l'avion vert

Cette politique d'investissement va perdurer mais sera réorientée au regard du contexte économique.

"Désormais, les investissements ne seront plus tournés vers une augmentation de la capacité de production avec de nouveaux bâtiments ou leur extension. Mais il faut continuer à investir en R&D pour préparer l'avion plus électrique. Nous travaillons sur ce sujet depuis plusieurs années et nous avons candidaté à des programmes lancés par l'État pour bénéficier de financements pour poursuivre ces recherches", poursuit le DRH.

Lors de la présentation du plan de soutien à la filière aéronautique, le gouvernement avait notamment annoncé une enveloppe d'1,5 milliard d'euros au Corac (Conseil pour la recherche aéronautique civile) pour penser l'avion vert. "Liebherr Aerospace figure dans le trio mondial des systèmes d'air pour l'aéronautique aux côtés de deux acteurs américains. Il est essentiel de conserver nos compétences", conclut Jérôme Noyer.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/08/2020 à 18:59
Signaler
En plus d'être un spécialiste du conditionnement d'air, cette entreprise basée en suisse est aussi spécialiste des plans sociaux, déjà en 1994!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.