Covid-19 et finances locales : Toulouse "sacrifie" la 3ème ligne de métro pour préserver ses impôts

 |  | 1302 mots
Lecture 7 min.
La troisième ligne de métro de Toulouse retardée face à la Covid-19.
La troisième ligne de métro de Toulouse retardée face à la Covid-19. (Crédits : image non contractuelle Alstom/rcp)
Avec plus de 300 millions d'euros de pertes financières pour la Ville de Toulouse, Toulouse Métropole et le réseau de transports en commun Tisséo d'ici 2022, les élus locaux n'ont d'autre choix que d'adapter leur plan d'investissement sur la période 2020-2026 pour surmonter la crise de la Covid-19. Ainsi, comme d'autres projets, la troisième de métro est reportée (sans surprise) à fin 2028, en parallèle d'une stabilité des impôts locaux. Décryptage.

"L'impact de la crise Covid-19 sur les finances de la métropole toulousaine", tel était le thème de la conférence de presse convoquée en dernière minute, lundi 14 décembre, par Toulouse Métropole et son président Jean-Luc Moudenc. Après des mois d'incertitude et alors que la crise sanitaire et économique est encore loin de son terme, des premières projections ont ainsi pu être établies.

"La perte de recettes financières, et consolidée pour Toulouse Métropole, la Ville de Toulouse et le syndicat Tisséo (autorité régulatrice des transports en commun, ndlr), est évaluée à 154 millions d'euros pour l'année 2020, puis 114 millions en 2021 et 58 millions en 2022", dévoile Sacha Briand, vice-président de Toulouse Métropole et adjoint au maire de Toulouse en charge des finances.

Soit 326 millions d'euros. Un trou d'air frappant mais qui, néanmoins, ne peut surprendre. Entre les plans de soutien à l'économie locale comprenant exonérations fiscales pour les commerces de proximité, les bars et restaurants, des délégations de service public qui n'ont quasiment rien rapporté, le coût des protocoles sanitaires dans les écoles par exemple et les pertes de recettes financières en raison notamment de la chute de fréquentation sur le réseau de transports en commun Tisséo dès le mois de mars, ces données chiffrées prennent tout leur sens. Dans le détail, rien que le versement transport, une taxe payée par les entreprises d'une agglomération selon leurs effectifs, est le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2020 à 22:40 :
Il vaut mieux annuler le contrat que d'acheter un metro en Inde comme le fait Marseille...
Les métros marseillais (Alstom) seront produits en Inde mais les PS et Ecolos de Marseille s'en moquent, Alors les dirigeants Toulousains ont bien raison d'annuler les contrats;
Réponse de le 18/12/2020 à 8:21 :
Rien n’est annulé d’où vous sortez cette fake news ?
au contraire le contrat vient d’être signé
a écrit le 16/12/2020 à 9:07 :
Comme quoi le "toujours plus", finit par s'arrêter, la croissance a bien une fin.
a écrit le 16/12/2020 à 8:52 :
Encore un service que l'on ampute à la classe productrice pour enrichir un peu plus les paradis fiscaux des propriétaires du monde. Parce que le métro à Toulouse il est classe hein, particulièrement agréable même.

Dommage.
a écrit le 16/12/2020 à 7:41 :
Nos édiles boursicotent, maintenant? Bonne idée de préserver les contribuables plutôt que les impôts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :