Startups en Occitanie  : touchées par le missile Covid-19, mais pas coulées (1/3)

 |  | 1507 mots
Lecture 8 min.
Comment les startups d'Occitanie font face à la crise sanitaire et économique face à elles ?
Comment les startups d'Occitanie font face à la crise sanitaire et économique face à elles ? (Crédits : Rémi Benoit)
L’épidémie a frappé les startups qui imaginent les services de demain. Si une mortalité dans leurs rangs liée à ce virus est inévitable, une grande partie d’entre-elles rebondiront grâce à leur agilité. Néanmoins, elles devront se plier aux nouvelles attentes de la société, notamment en matière de respect de l’environnement pour rester aux goûts du jour. Analyse au cœur de l’écosystème toulousain.

Après la région parisienne, la métropole toulousaine est la seconde zone géographique où les startups sortent de terre comme les marguerites au début de la période estivale, selon divers classements. Une caractéristique propre à la Ville rose, qui depuis des dizaines d'années est réputée pour l'histoire de ses pionniers en matière aéronautique. Un riche passé culturel et industriel qui a poussé de nombreux acteurs de la filière a en faire la capitale européenne de l'industrie aéronautique de par leurs implantations.

Lire aussi : Le Covid-19 va-t-il faire payer à Toulouse sa dépendance à la filière aéronautique ? Enquête.

Seulement, aujourd'hui cette centaine de milliers d'emplois en Occitanie et majoritairement à Toulouse, portée par un carnet de commandes d'Airbus florissant avec une charge de travail estimée à huit ans, se retrouve menacée. Le virus de la Covid-19 a mis à l'arrêt le trafic aérien, cloué au sol les compagnies aériennes, et par effet de ricochet fragilisé les avionneurs et leurs sous-traitants. Le missile Covid-19 peut-il réserver le même sort à l'écosystème de l'innovation toulousain, face à un virus capable de déstabiliser un secteur d'activité en pleine bourre et créateur de milliers d'emplois chaque année ?

Au premier abord, nous serions tentés de dire non quand la French Tech Toulouse a annoncé, le 18 mars dernier, en pleine application d'un confinement inédit sur l'ensemble de la France, que neuf startups locales mettaient gracieusement à disposition leurs solutions pour "mieux gérer les effets de l'épidémie", expliquait alors l'association entrepreneuriale. Parmi elles, se trouvaient Kaduceo spécialisée dans
l'analyse et la prédiction des parcours de soins, MyFeelBack pour filtrer les appels à
destination du SAMU grâce à un questionnaire intelligent,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :