Aéronautique : le plan Ader, pour soutenir la supply chain d'Occitanie, se dévoile

Très critique à l'égard du contenu du plan de soutien national à la filière aéronautique de 15 milliards d'euros, la Région Occitanie et sa présidente Carole Delga vont dévoiler leur plan de soutien à la supply chain régionale qui contient 100 000 emplois. D'un montant de 100 millions d'euros, ce "Plan Ader exceptionnel" contiendra des mesures d'accompagnement vers la diversification, l'innovation et la préservation des compétences. Les précisions selon nos informations.
La Région Occitanie va présenter, vendredi 3 juillet, son plan de soutien à la supply chain aéronautique régionale.
La Région Occitanie va présenter, vendredi 3 juillet, son plan de soutien à la supply chain aéronautique régionale. (Crédits : Rémi Benoit)

Plus de 200 emplois à Sogeclair... Quelques centaines de postes menacées à Daher, tout comme à Derichebourg Aeronautics, sans parler des confidences en off de dirigeants du secteur qui se préparent à des mesures similaires... Et pour clôturer la liste, l'avionneur européen Airbus vient d'annoncer la suppression de 5 000 emplois en France dans sa division avions d'ici l'été 2021.

Lire aussi : Le Covid-19 va-t-il faire payer à Toulouse sa dépendance à la filière aéronautique ? Enquête.

Une sentence inéluctable pour le maire réélu de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, qui rappelle "le soutien total de la collectivité au monde aéronautique" et qui a demandé une entrevue avec Guillaume Faury, le directeur général d'Airbus. Du côté de Carole Delga qui, au contraire de l'édile toulousain, a pu s'entretenir par téléphone dès mardi avec le dirigeant français d'Airbus, elle fait savoir que sa vigilance "se portera essentiellement sur l'accompagnement social dont bénéficieront les salariés touchés par les suppressions de postes au sein du groupe mais aussi le respect du dialogue social".

La présidente socialiste du Conseil régional d'Occitanie est la seule élue locale, sans exception, a avoir critiqué le contenu, et non l'initiative, du plan de soutien gouvernemental à la filière aéronautique de 15 milliards d'euros.

"Je pense que le plan devra être étoffé. En effet, en dépit des apparences, ce plan n'est pas suffisamment dimensionné, financièrement et par rapport aux enjeux de la filière. Sur les 15 milliards d'euros annoncés, 7 milliards d'euros sont déjà fléchés pour soutenir Air France. Donc le plan de soutien en tant que tel c'est 8 milliards d'euros. Il en est de même sur les outils en fonds propres. Alors que nous avons défendu auprès du ministre de lconomie l'idée d'un fonds d'un milliard d'euros pour un effet levier de deux, le gouvernement en propose aujourd'hui la moitié. La question des fonds propres doit être enrichie afin de bénéficier également aux TPE/PME", avait-elle alors réagi.

Six groupes de travail pour une concertation de quelques semaines

Sans attendre la présentation de ce plan national, réalisé le 9 juin à Bercy alors que la filière s'attendait à un déplacement présidentiel à Toulouse, Carole Delga a lancé au début du mois de mai la construction d'un "Plan Ader exceptionnel", pour soutenir les entreprises de la filière aéronautique et ses 100 000 emplois en Occitanie. Un dispositif qui n'est pas inconnu au sein de l'écosystème régional. Avant cette annonce, quatre versions de Plan Ader, dédiées à la sous-traitance pour l'accompagner dans la montée en cadence de production et l'innovation, ont été portées par le Conseil régional.

Lire aussi : Plan Ader IV : 200 millions d'euros pour les sous-traitants aéronautiques

 Alors pour mettre sur pied ce plan Ader 4.1 ou version Covid-19, l'élue régionale, forte de son costume de déléguée aux questions aéronautiques au sein de l'association des Régions de France, a instauré six groupes de travail : "vers une filière plus résiliente", "quels outils financiers pour répondre aux besoins des entreprises face à la crise économique", "comment accompagner la diversification vers d'autres marchés ?", "innovation coordonnée et solidaire pour préserver la filière et préparer l'avion vert", "quelle gestion des emplois et des compétences pour l'entreprise d'après Covid" et "pour une filière plus solidaire".

Au-delà des services de la collectivité et des élus spécialisés sur ces questions, les groupes de travail ont réuni notamment l'État, l'agence de développement économique d'Occitanie AD'OCC, les pôles de compétitivité Aerospace Valley et Optitec, des acteurs financiers comme BPI France et la Banque de France, la CCI, l'UIMM, la Mécanic Vallée, le Syntec et des industriels aéronautiques.

La concertation avec ces nombreux acteurs est désormais close et les participants et représentants de la filière au niveau régional sont d'ailleurs conviés à "une réunion de présentation" du Plan Ader exceptionnel, vendredi 3 juillet à 9 heures, si l'on en croit l'agenda de la présidente de Région en Occitanie. D'un montant de 100 millions d'euros environ, ce soutien conjoncturel viendra s'ajouter aux fonds restants des 200 millions du Plan Ader IV. De plus, le préfet de région, Étienne Guyot, sera invité pour présenter la déclinaison régionale du plan gouvernemental

Un fonds pour financer des démonstrateurs technologiques

Selon les informations de La Tribune, cette centaine de millions d'euros devrait contenir entre autres des outils financiers, pour accompagner les TPE et PME dans la constitution de fonds propres, qui seront notamment gérés par BPI France. Par ailleurs, l'accompagnement dans la diversification des sous-traitants aéronautiques sera l'un des piliers majeurs de ce Plan Ader exceptionnel.

"Pendant la crise, plusieurs entreprises du secteur ont mis leurs compétences au service de la santé particulièrement. De plus, il y a également du transfert de technologies vers les nouvelles énergies. À l'issue de deux journées de webinaires, nous sommes parvenus à connecter 240 entreprises de l'aéronautique à des grands donneurs d'ordre de l'énergie. Mais c'est un marché d'opportunité. Désormais, la Région va jouer un rôle majeur pour rendre durable l'accès à ces nouveaux marchés", fait savoir Philippe Walter, délégué régional Occitanie de l'Aerospace Valley.

Ainsi, en plus d'un fonds pour financer des démonstrateurs technologiques, sous forme d'avances remboursables en cas d'obtention de contrats nouveaux, le Conseil régional va accompagner les entreprises dans leur mission de diversification. Pour cela, la collectivité compte proposer "une palette de différentes formes d'accompagnements" pour avoir accès à des compétences en matière de consulting, d'ingénierie commerciale ou de bureaux d'études, par exemple.

Enfin, en termes d'innovation, la Région Occitanie compte venir en renfort du plan national, qui prévoit 1,5 milliard d'euros pour aller vers l'avion vert. Par conséquent, un volet du Plan Ader sera consacré aux laboratoires pouvant participer à cette mission sociétale, mais aussi pour soutenir des jeunes pousses régionales qui travaillent déjà sur un avion et une industrie plus propres. Pourraient être alors concernées les pépites EasyMile, qui conçoit un tracteur de marchandises autonome, OpenAirlines et son logiciel de pilotage en éco-conduite, ou encore Aéron qui tente de développer un avion à hydrogène.

Lire aussi : Le logiciel d'éco-conduite d'OpenAirlines a déjà séduit une quarantaine de compagnies

"Il y a un véritable enjeu d'électrification de tout ce qui se passe dans un aéroport ou en dehors de l'avion en lui-même, tout comme la réduction de la consommation d'énergie des usines de la filière est primordiale. Ce sont des opérations parfois plus polluantes que l'avion en lui-même", ajoute le représentant du pôle de compétitivité.

Lire aussi : Hydrogène : le projet HyPort prend forme à l'aéroport de Toulouse-Blagnac

Dès lors, le Conseil régional pourrait aussi accélérer son projet de véhicules à hydrogène dans les aéroports, HyPort. Enfin, une ligne budgétaire de ce nouveau Plan Ader pourrait être réservée au dispositif régional "Former plutôt que licencier", qui consiste à financer des formations à des salariés d'une entreprise afin qu'elle s'adapte aux évolutions de son marché. Pour mémoire, et selon les dires de plusieurs dirigeants locaux, 20 000 à 40 000 de la filière aéronautique en Occitanie sont menacés.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 01/07/2020 à 16:06
Signaler
Le syntech numérique, c est la où sont toutes les compétences... Les airbusiens ils sont out, tout le monde le sait sauf pour le concours de cravate et de la fringue parisienne. Le plan ader, c est bien pour ceux qui veulent se garder une loge, mai...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.