Le logiciel d'éco-conduite d'OpenAirlines a déjà séduit une quarantaine de compagnies

 |   |  711  mots
Alexandre Feray est le PDG et fondateur d'OpenAirlines.
Alexandre Feray est le PDG et fondateur d'OpenAirlines. (Crédits : Rémi Benoit)
La clean-tech toulousaine propose des solutions innovantes de gestion du carburant pour les compagnies aériennes. Son logiciel "SkyBreathe" permet d'économiser jusqu'à 5 % de kérosène, par vol, grâce à de la collecte et analyse de données. En 2020, une seconde solution, devrait être commercialisée. Embarquée à bord des cockpits, elle sera capable d'envoyer, en direct, durant le vol, des alertes afin d'améliorer les émissions de CO2 et la consommation de carburant.

Jusqu'à 5 % d'économies de carburant sur chaque vol et une réduction conséquente des émissions de CO2. C'est ce que garantit OpenAirlines aux compagnies aériennes. La startup toulousaine à mis au point "SkyBreathe", un logiciel qui favorise l'écoconduite pour les pilotes d'avions. Ainsi, après chaque vol, les compagnies récupèrent une carte mémoire à l'arrière de l'appareil où sont enregistrées toutes les données sur le vol. Ces dernières sont couplées avec les conditions météorologiques, le poids de l'avion, le trafic aérien, etc. À la suite de chaque vol, le pilote et la compagnie ont accès, via une plateforme web, à une analyse leur indiquant les causes des pertes de carburant et se voient préconiser les bonnes pratiques à adopter en vue de réduire la consommation de kérosène et les émissions de gaz à effet de serre.

En 2020, la clean-tech va proposer à ses clients un nouveau module, baptisé "SkyBreathe on board". Embarqué au sein des cockpits d'avions, il permet aux pilotes de recevoir des alertes au cours du trajet afin qu'ils puissent améliorer leurs navigation et performance énergétique (émissions de CO2, consommation de carburant) de leur conduite en temps réel.

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2020 à 22:24 :
La chose existait déjà aux débuts d'Internet...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :