Aéronautique : comment la région Occitanie va investir dans les entreprises industrielles

 |  | 985 mots
Lecture 6 min.
Les habitants d'Occitanie pourront prochainement investir dans les entreprises industrielles de leur territoire.
Les habitants d'Occitanie pourront prochainement investir dans les entreprises industrielles de leur territoire. (Crédits : Rémi Benoit)
Afin que les entreprises de la filière aéronautique régionale profitent pleinement du "Plan Ader exceptionnel" de 100 millions d'euros, censé aider le secteur à traverser la crise, Carole Delga a présenté une nouvelle série de mesures mardi 24 novembre. En complément du fonds ACE Aéro Partenaires, la présidente du conseil régional d'Occitanie lance "son" fonds Impulsion pour consolider la trésorerie des plus petits acteurs, mais aussi un pass relance aéronautique-aérospatial. Enfin, la collectivité compte se porter actionnaire de certaines entreprises à travers l'agence Aris, avant de faire appel à l'épargne des particuliers. Les détails.

"Le plan de relance dédié à l'aéronautique ne va pas beaucoup aider les PME". Quelques jours après la présentation de cette enveloppe de 15 milliards d'euros (dont sept rien que pour la compagnie Air France), ces propos d'Agnès Timbre, la dirigeante de l'entreprise Celso, dans les colonnes de La Tribune, avaient fait grand bruit dans l'écosystème aéronautique. Tout d'abord parce qu'ils étaient à contre-courant des sorties médiatiques des représentants du secteur, néanmoins ils traduisaient une inquiétude profonde des "petits" acteurs de la filière.

Lire aussi : Un plan aéronautique pour sauver 100.000 emplois et créer un avion à hydrogène

Plusieurs mois après cette prise de parole et la mise en application de divers dispositifs nationaux, son message semble avoir été entendu. Après avoir débloqué récemment une enveloppe de 100 millions d'euros pour financer un "Plan Ader exceptionnel" destiné à soutenir la filière aéronautique dans cette crise paralysante, le conseil régional d'Occitanie peaufine son dispositif pour venir en soutien des TPE, PME voire ETI.

Lire aussi : Aéronautique : formation, avion vert et protectionnisme... Ce que contient le plan Ader pour la filière d'Occitanie

"Il était nécessaire d'avoir un fonds régional en complément du fonds Aéro Partnenaires géré par ACE Management car celui-ci est davantage destiné aux grandes entreprises et aux gros projets de consolidation et de diversification dans l'aéronautique. Il était donc indispensable d'avoir une approche complémentaire qui s'adresse davantage à l'ensemble de la supply-chain", justifie Carole Delga, la présidente socialiste de la région Occitanie.

ST Composites

En visite à ST Composites à Labège (Haute-Garonne), entreprise accompagnée par France Relance, Carole Delga a annoncé un nouveau pan de mesures pour l'aéronautique, mardi 24 novembre (Crédits : Rémi Benoit).

Lire aussi : Fonds de modernisation de l'industrie : les premiers effets sont là !

Être complémentaire de l'ACE Aéro Partners

En l'occurrence, la présidente de l'exécutif régional fait référence à l'enveloppe d'un milliard d'euros géré par cette structure au niveau national, chargée de faire passer un cap supplémentaire (dans leur dimension) aux PME de l'aéronautique par un soutien financier. Un dispositif qu'elle compte désormais compléter avec le fonds Impulsion.

D'un montant total de 50 millions d'euros, cette enveloppe confiée à Irdi Soridec Gestion, un fonds d'investissement régional, sera opérationnel dès le début de l'année et apportera des investissement entre 500.000 euros et 5 millions d'euros. Ainsi, le conseil régional veut consolider les fonds "d'environ 25 entreprises clés de la filière aéronautique en Occitanie", précise la collectivité.

Néanmoins, ce fonds Impulsion ne sera pas uniquement dédié à l'aéronautique, mais bien multisectoriel. "L'idée est d'accompagner des PME et ETI ayant une rentabilité historique démontrée mais qui connaissent un creux depuis un ou deux ans", ajoute Carole Delga. Par cette initiative, cette dernière apporte une réponse aux critiques qu'elle avait émise contre le plan de relance aéronautique que l'élue avait jugé "pas suffisamment dimensionné", tout en ayant précisé à l'époque que "la question des fonds propres doit être enrichie afin de bénéficier également aux TPE/PME".

Lire aussi : Aéronautique : les principales réactions au plan de relance

La collectivité en actionnaire de confiance, avant de faire appel à l'épargne des particuliers

Toujours dans cette logique de soutien financier, mais cette fois-ci via de la subvention, l'exécutif régional a également annoncé, mardi 24 novembre, la création d'un pass relance aéronautique-aérospatial dans les jours à venir. "En vigueur jusqu'à fin 2021 et tant que le retour au marché ne sera pas pleinement opéré par la filière", précise-t-on dans les rangs du conseil régional, ce dispositif sera destiné aux PME et aux ETI jusqu'à 500 salariés. Carole Delga, qui est aussi la représentante des régions de France au sein du Gifas, promet ainsi des subventions d'investissement jusqu'à 60.000 euros, avec un taux de 50% des dépenses éligibles. L'idée étant de soutenir des projets de diversification, de consolidation et d'amélioration des performances industrielles.

ST Composites

Des nouvelles mesures annoncées avec le soutien de l'Aerospace Valley, du Gifas, de la CCI Occitanie et d'Airbus (Crédits : Rémi Benoit).

Enfin, et malgré les réticences politiques autour de la relocalisation industrielle, le conseil régional d'Occitanie lance la création d'une Agence régionale des investissements stratégiques (Aris). Façonnée en coopération avec la Banque des Territoires et le réseau bancaire régional, cette dernière sera dotée d'un budget de 30 millions d'euros pour promouvoir des projets de relocalisation industrielle et de diversification, dont la filière aéronautique pourra profiter.

"Sans parler de la crise sanitaire, il y a toute la question du Brexit qui peut encourager de tels projets. Nous discutions déjà avec trois entreprises pour bénéficier d'un soutien de l'Aris. Néanmoins, il sera possible de cumuler un soutien de l'Aris et du fonds Impulsion", tient à préciser Carole Delga.

Avec cette agence, qui pourra proposer des services allant du foncier à de la prise de capital, l'Occitanie veut surtout favoriser la localisation ou la relocalisation sur son territoire de chaînes de valeur et de production, comme par exemple la production de masques en soutenant la filière régionale du textile. La collectivité s'est même entourée de conseillers juridiques pour compléter la structure de l'Aris avec un autre véhicule d'investissement. Celui-ci devra permettre aux habitants de l'Occitanie d'investir leur épargne dans ces projets industriels, après deux confinements qui ont engendré des taux d'épargne records. À ce sujet, "nous pourrions avoir des avancées significatives dans les six prochains mois", prévient Carole Delga.

Lire aussi : Avec France Relance, Liebherr Aerospace rapatrie à Toulouse une production cruciale pour l'avion décarboné

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :