Crowdfunding : le Toulousain WiSEED a déjà levé plus de 300 millions d'euros

Pionnier du financement participatif, le Toulousain WiSEED annonce à La Tribune qu'il vient de passer le cap des 300 millions d'euros levés. Sa nouvelle directrice générale, Mathilde Iclanzan, compte notamment sur le financement de la transition écologique et le développement de l'industrie régionale pour entretenir cet élan qui a déjà permis de boucler 700 opérations. Les détails sur la réussite de la fintech toulousaine.

5 mn

Mathilde Iclanzan est la nouvelle directrice générale de la fintech WiSEED, spécialisée dans le financement participatif.
Mathilde Iclanzan est la nouvelle directrice générale de la fintech WiSEED, spécialisée dans le financement participatif. (Crédits : WiSEED)

"Nous avons déjà levé près de 310 millions d'euros depuis notre création en 2008", révèle en exclusivité à La Tribune Mathilde Iclanzan, la nouvelle directrice générale de WiSEED, alors qu'elle en était jusqu'alors sa directrice générale adjointe. En une douzaine d'années, cette plateforme toulousaine de financement participatif (ou de crowdfunding) a été l'une des pionnières en France en la matière et est aujourd'hui l'une des leaders du marché hexagonal.

"C'est un cap important qui nous positionne dans le top trois des plateformes françaises. Surtout, c'est une performance atteinte uniquement avec des investisseurs particuliers qui investissent des tickets de 100 à 1.000 euros. De plus, le taux de défiscalisation en France est de seulement 25% en France, pour des investissements en actions, quand il est de 50% en Angleterre par exemple", souligne la dirigeante.

Lire aussi 3 mnFintech : Wiseed atteint l'équilibre pour la première fois depuis son lancement

Plus rémunérateur que les banques

Plusieurs raisons justifient l'élan autour de ce mode de financement aujourd'hui. Au-delà de l'aspect digital du processus, le crowdfunding - qui se positionne comme "un complément des banques", selon Mathilde Iclanzan - est tout d'abord bien plus rémunérateur que les produits offertes par celles-ci (Livret A, compte épargne, etc). Le co-fondateur et président du conseil d'administration de WiSEED, Nicolas Sérès, avait indiqué par le passé que "sa" plateforme affichait un taux de rendement moyen annuel net de 9,2%.

Un chiffre qui a encouragé plus de 170.000 investisseurs à s'inscrire auprès des services de l'entreprise toulousaine, bien que sa base active ne soit "que" de 21.000 investisseurs réguliers. Cette communauté a ainsi permis en douze ans le financement de quasiment 700 projets, basés sur des actifs matériels.

"L'avantage de WiSEED est que nous proposons des actifs à financer qui sont réels, où l'investisseur voit concrètement où il investit, à savoir des projets d'innovation d'entreprises ou bien des projets immobiliers par exemple", juge Mathilde Iclanzan qui veut attirer davantage de jeunes investisseurs dans cet univers.

Par ailleurs, bien qu'encore émergent, cet univers est très contrôlé par les autorités des marchés financiers. Agréée entreprise d'investissement par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), WiSEED bénéficie aussi du statut de prestataire de services d'investissement (PSI).

Lire aussi 7 mnLa fronde des investisseurs de Talao "dans le flou" après une ICO de 2,6 millions d'euros

Plusieurs projets structurants lancés en 2021

Alors que chaque projet d'investissement de WiSEED fait l'objet d'une notation ESG (responsabilité environnementale, sociale et de gouvernance), l'entreprise toulousaine de 40 salariés a lancé il y a quelques mois sa filiale WiSEED Transitions.

Lire aussi 4 mnESG, ISR... La finance en pleine mutation verte et responsable ?

Entre une crise sanitaire qui encourage au rapatriement de certaines activités industrielles et une urgence environnementale qui se fait de plus en plus ressentir, la demande des "wiseeders", comme ils sont appelés par le dirigeant, a changé. "Historiquement, nous finançons des entreprises technologiques et parmi elles, nous avons parfois des dossiers d'entreprises autour de l'environnement et des énergies. Depuis quelques temps, nous avons une demande très forte de la part des investisseurs sur ce type de projet", révélait en mars dernier Nicolas Sérès pour le lancement de cette nouvelle filiale qui s'ajoute à WiSEED Immobilier, née en 2014.

Preuve de cet engouement, la prometteuse startup toulousaine Hycco, qui développe des plaques bipolaires pour améliorer la performance des piles à combustible dédiées aux mobilités à l'hydrogène a séduit très rapidement 579 membres, levant ainsi 580.000 euros en début d'année 2021. "Avec cette nouvelle entité, nous espérons lever huit millions d'euros au total en 2021 et 15 à 20 millions par an dès 2022 en finançant plusieurs projets en lien avec la transition énergétique", fait savoir la directrice générale.

Par ailleurs, au-delà d'une diversification des activités de WiSEED via un club deal dédié aux startups de la santé et des organismes de placement collectifs (OPC), l'entreprise toulousaine est surtout le gestionnaire de la plateforme Épargne Occitanie, projet porté par le conseil régional d'Occitanie et la CCI de région.

Lire aussi 4 mnÉpargne post-Covid : du crowdfunding citoyen pour relocaliser l'industrie en Occitanie

"Nous avons déjà financé deux millions d'euros et nous maintenons l'objectif des cinq millions d'ici la fin de l'année. De part le succès de la levée d'Aura Aéro (d'1,6 million d'euros, ndlr) sur Épargne Occitanie, beaucoup d'autres acteurs industriels de premier plan ont pris attache avec nous pour éventuellement déposer un dossier de financement", se félicite Mathilde Iclanzan.

Cette dernière s'attend à mobiliser pas moins de 10 millions d'euros d'épargne citoyenne en 2022 avec ce nouveau service.

Lire aussi 5 mnAura Aero décroche une méga précommande de 200 avions électriques

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.