Syselec accélère sur l'électronique made in France avec une nouvelle usine dans le Tarn

 |  | 818 mots
Lecture 5 min.
Fabrice Castes, président de Syselec.
Fabrice Castes, président de Syselec. (Crédits : Rémi Benoit)
Le spécialiste tarnais du câblage de cartes électroniques Syselec a investi près de cinq millions d'euros pour construire une nouvelle usine et doubler sa capacité de production. Face à une forte concurrence étrangère, son dirigeant est un ardent défenseur du made in France. Il mise sur une offre intégrée et des partenariats à taille humaine, notamment avec des startups locales, pour tirer son épingle du jeu.

"Le prix, à un moment donné, il faut le payer", lâche Fabrice Castes. Fervent défenseur du made in France, le président de Syselec ne parle pas que de son activité de cartes électroniques, durement attaquée par la concurrence étrangère. Quand il a décidé de construire une nouvelle usine, le dirigeant a tenu à faire travailler les artisans locaux. Même esprit quand il a fallu investir dans de nouvelles machines. "J'ai acheté des machines françaises. Si j'avais voulu gagner de l'argent, j'aurais pu choisir une Yamaha. Mais l'intérêt est que que le fabricant de ma machine est nantais. Demain, j'ai un problème, il prend la voiture et vient me dépanner".

Lire aussi : Kareen Maya Levy, future reine de l'électroménager made in France ? Portrait.

Fabrice Castes a repris en 2013 la petite société fondée en 1981 et l'a grandement développée à tel point que l'entreprise était un peu à l'étroit dans son siège historique de Castres (Tarn).

"La société a été créée avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :