Spatial : Microtec quitte le giron d'Agora et triple sa capacité de production de cartes électroniques

 |  | 734 mots
Lecture 4 min.
Microtec s'est équipé d'une ligne d'assemblage automatisée d'une capacité de 300 cartes électroniques par mois.
Microtec s'est équipé d'une ligne d'assemblage automatisée d'une capacité de 300 cartes électroniques par mois. (Crédits : Microtec/ Sébastien Denis)
La PME toulousaine Microtec, spécialisée dans l'assemblage de cartes électroniques, retrouve des niveaux d'activité d'avant-crise grâce à des contrats majeurs dans le spatial et pour la Marine nationale. De quoi compenser à terme la chute d'activité dans l'aéronautique. La société, qui vient de changer d'actionnaire principal, peut s'appuyer sur sa nouvelle ligne d'assemblage pour augmenter ses cadences de production et compte recruter une dizaine de collaborateurs en 2021.

Ne pas tout miser sur l'aéronautique. C'est la stratégie engagée depuis dix ans par Vincent Gayde, à la tête de la PME toulousaine Microtec et celle qui lui a permis en quelques mois de retrouver des niveaux d'activité d'avant-crise. Ce sous-traitant s'est spécialisé dans l'assemblage de cartes électroniques pour le compte de Thales, Continental et Liebherr avec pour ambition de viser "la haute qualité du spatial au prix de l'aéronautique".

300 cartes par mois grâce à une ligne d'assemblage automatisée

Concrètement, depuis mi-2019, Microtec dispose d'une ligne d'assemblage automatisée qui triple sa capacité de production en baissant drastiquement ses coûts.

"Nous sommes désormais en capacité de sortir aux alentours de 300 cartes spatiales par mois. Cela n'a l'air de rien du tout en comparaison des cadences dans l'automobile, par exemple, ou même l'aéronautique. Mais dans le secteur spatial, les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :