LGV Toulouse-Bordeaux : l'État débloque 28 millions d'euros, pour quoi faire ?

 |  | 1130 mots
Lecture 6 min.
La LGV Bordeaux-Toulouse fait l'objet encore d'un financement incertain et d'un calendrier indéterminé.
La LGV Bordeaux-Toulouse fait l'objet encore d'un financement incertain et d'un calendrier indéterminé. (Crédits : RFF / Christophe Recoura)
Dans une interview, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a fait savoir que l'État allait débloquer des fonds pour la LGV Toulouse-Bordeaux et la réalisation d'études associées. Néanmoins, cette annonce ne provoque pas une joie immense dans les rangs des collectivités locales. En cause ? Des négociations avec les ministères, autour du financement, qui patinent et qui se répercutent sur un potentiel calendrier. Les détails.

Pas de déplacement ministériel sur place, pas de communiqué officiel, pas de prise de parole publique, et pourtant cette annonce s'apparente à une petite avancée (ou pas ?) à propos de ce serpent de mer qu'est la LGV Toulouse-Bordeaux. Dans une interview publié dimanche 31 janvier par le quotidien régional La Dépêche Du Midi, le ministre délégué chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé le déblocage de fonds dès 2021 dans le cadre de France Relance, le plan de relance économique du gouvernement français doté de 100 milliards d'euros.

Lire aussi : Comment la région Occitanie va profiter des 100 milliards de France Relance

"En Occitanie, l'État apportera 42 millions d'euros pour les projets routiers et 50 millions pour les projets ferroviaires, dont quatre millions d'euros pour le RER toulousain et 28 millions pour le GPSO (le Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest, dont la ligne LGV Toulouse-Bordeaux, ndlr)", a-t-il notamment déclaré sans donner plus de détails.

Un peu plus loin dans son entretien, le membre du gouvernement évoque le financement d'"études" et "travaux". Selon Jean-Louis Chauzy, le président d'EuroSud Team, l'association qui milite en faveur du projet ferroviaire, "ce sont des études complémentaires pour affiner l'approche des travaux sur les noeuds ferroviaires Toulouse Nord et Bordeaux Sud, qui sont des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2021 à 8:26 :
Ah ils aiment pas le train, même quand tous les indicateurs leur affirment qu'il est indispensable à devellopper, ils ont du mal à perdre l'habitude de le démanteler d'ailleurs une de leurs premières initiatives en début de mandat aura été d'augmenter de 4 tonnes la charge autorisée des poids lourds.
Réponse de le 10/02/2021 à 7:59 :
Ah oui indispensable à se developper ? Expliquez je ne comprend pas 🤔🤔
Demandé aux Bordelais si ils sont content du TGV les loyers explosent l’achat de bien immobiliers les bordelais fuient la ville aussi l’aéroport vient d’être enterré en grande pompe avec l’arrêt de l’exploitation d’Air France.
La ville devient RbN’b et en fait un villégiature pour bobo parisiens en quête d’un bon verre de vin et d’une plage promise à 1h de route eux qui croyaient que la plage était en centre ville et vous trouver que sa ce développe vous ?
La ville de Toulouse se développera avec l’aéroport connecté au monde car la base financière et industrielle de Toulouse et son ADN avec la recherche, l’aéronautique et le spatial ou la biotechnologie et la recherche du transport du futur est mondiale et non Parisienne les années 80 et 90 sont finies, Toulouse en 2021 est connectée au monde plus à Paris.
Toulouse en 4h10 c’est très bien et gagner une heure ça change quoi à part exproprier et détruire le sud ouest ?
La nouvelle ligne POLT sera par contre une belle réussite et une chance enfin pour tout ces territoires oubliés du sud de la France et sera aussi le retour du train de nuit quel bonheur ! Et avec des trains neufs ultra confortable le plaisir de réapprendre la lenteur et profiter.
a écrit le 01/02/2021 à 20:36 :
la relance a la francaise
des prets de 10.000 euros remboursables ' pour ceux qui en ont les moyens eux', et des lignes de tgv paris gueret
le tout avec l'argent de la bce non remboursable et des emplois bien payes finances par des emprunts non remboursables
mais si il faut rembourser, c'est la faillite
Réponse de le 02/02/2021 à 7:20 :
ont vous parle de Bordeaux Toulouse
deux grandes villes Française
ca vous agace quand c'est de province a province et que ca ne passe pas par
Panam ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :