La LGV Bordeaux-Toulouse confirmée par l'État mais le calendrier reste incertain

La ministre des Transports Élisabeth Borne a présenté mardi 11 septembre les grandes orientations du gouvernement en matière d'investissements ferroviaires. Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan font partie des cinq lignes à grande vitesse prioritaires. Toutefois, le calendrier n'est communiqué, il sera affiné avec la présidente de Région Carole Delga le 25 septembre prochain.

3 mn

Le calendrier définitif de la LGV Bordeaux-Toulouse fera l'objet de discussions dans les prochaines semaines entre Carole Delga et le ministère des Transports.
Le calendrier définitif de la LGV Bordeaux-Toulouse fera l'objet de discussions dans les prochaines semaines entre Carole Delga et le ministère des Transports. (Crédits : RFF / Christophe Recoura)

Le gouvernement a enfin tranché. Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan font partie des cinq lignes à grande vitesse prioritaires en France. La ministre des Transports Élisabeth Borne l'a annoncé mardi 11 septembre lors de la présentation au Conseil d'orientation des infrastructures (COI) de la programmation des investissements en matière de transports sur les 10 prochaines années. Autrement dit, c'est un chapitre important de la future loi d'orientation des mobilités (LOM) qui sera présentée en conseil des ministres fin octobre. Ce plan d'investissement prévoit 13,4 milliards d'euros d'investissements ferroviaires et routiers d'ici la fin du quinquennat. "Cela représente une augmentation de +40% des investissements de l'État par rapport à la période 2013-2017", indique le ministère.

Les aménagements ferroviaires au nord de Toulouse pour commencer

Toutefois, Élisabeth Borne le martèle, "l'entretien des réseaux existants est la première des priorités pour la décennie à venir". Avant de préciser : "Le gouvernement s'inscrit dans l'approche nouvelle proposée par le Conseil d'orientation des infrastructures, reposant sur une réalisation phasée des projets commençant en priorité par les opérations concourant d'abord à l'amélioration des déplacements du quotidien".

Autrement dit, le gouvernement reprend la philosophie du rapport Duron réalisé en février dernier par le COI qui suggérait d'échelonner en plusieurs phases la construction de la LGV Bordeaux-Toulouse. Le scénario privilégié par cette institution préconisait la mise en place d'aménagements ferroviaires au Nord de Toulouse dès 2018-2022 dans l'optique de limiter la saturation ferroviaire.

Lire aussi : Carole Delga alerte sur la saturation du trafic ferroviaire autour de Toulouse

 La construction de la ligne nouvelle serait elle réalisée en plusieurs étapes : la ligne nouvelle Toulouse-Agen sur la période 2028-2032 et la ligne nouvelle Bordeaux-Agen sur 2033-2037 selon le scénario 2.

Carole Delga demande un "calendrier réaliste"

Le gouvernement va-t-il reprendre ce calendrier proposé par le COI ? La réponse sera connue dans quelques semaines. Élisabeth Borne doit rencontrer dans les prochaines semaines les présidents de chaque région "pour finaliser le phasage et les modalités de chaque projet". Un rendez-vous avec Carole Delga est prévu le 25 septembre prochain.

"J'aurai l'occasion de dire une nouvelle fois à la ministre notre détermination à faire aboutir ces projets dans les meilleurs délais. Nos concitoyens attendent plus que des promesses à l'horizon 2030. Je ne lâcherai pas et me battrai pour un calendrier réaliste, indispensable au développement et à l'attractivité de notre territoire", a réagit la présidente de Région Occitanie.

De son côté, Jean-Louis Chauzy, président d'Eurosud Team et du Ceser Occitanie demande à ce que "pour les lignes nouvelles le Premier ministre fasse inscrire dans la loi d'orientation des mobilités les montages financiers et les calendriers de réalisation qui en découlent et qui aujourd'hui ne sont pas arrêtés. Il en va de même du phasage de ces projets". "On ne va pas tout remettre en cause à chaque changement de gouvernement", argue-t-il à La Tribune Toulouse.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 15/09/2018 à 17:15
Signaler
On fait une grande région Occitanie avec Montpellier et on dit que le renforcement du lien avec Bordeaux est la priorité des priorités.... alors que la liaison avec Montpellier est excecrable. Faudrait que les politiques m'expliquent la cohérence ? N...

à écrit le 13/09/2018 à 6:01
Signaler
Le TGV est une machine à transporter, entre quelques autres, à 300 km/h des vieux, des étudiants, des chômeurs, et des personnels de la SNCF, ces derniers pouvant d'ailleurs le prendre gratuitement, or tous ces gens là, ne sont par définition pas pre...

à écrit le 12/09/2018 à 18:30
Signaler
Bonjour, j'ai lu avec attention, le dossier de presse concernant la loi LOM et les éléments de programmations investissements de transports. Nulle part on ne lit que seront réaliser la LGV bordeaux Toulouse. Seul un paragraphe, hors programme et bud...

à écrit le 12/09/2018 à 18:21
Signaler
Ces élus sont des irresponsables dangereux, tous nous savons que ces lignes sont déficitaires, mais rien n'y fait l'état à repris 35 milliards de dettes et on recommence à faire des dettes c'est surréaliste, on voit bien que ces élus n'ont pas de pro...

à écrit le 12/09/2018 à 15:06
Signaler
Aprés la région occitanie est la région qui dégage le plus gros exedent commercial de France, plus de 10 milliard par an. C'est le prix d'une ligne LGV par an qu'elle pourait financer seule sans l'aide de l'état par un emprunt.

à écrit le 12/09/2018 à 14:34
Signaler
En langage decode, ca signifie aux calendes grecques. Cette ligne prevue vers la fin du quinquennat, la patate chaude refilee a la prochaine majorite. Micron ne sera pas reelu. Pas d'argent, sera alors le maitre mot.

le 12/09/2018 à 16:49
Signaler
Bien d'accord ! Je vivais à TOULOUSE en 2002/2004 , on parlait d'un 2ème aéroport et du TGV pour 2015 . Heureusement , la raison l' a emporté : le 2 ème aéroport est oublié et le TGV aussi car d'ici 20 ans ... on lui remettra bien 30 ans de plus . ...

à écrit le 12/09/2018 à 14:22
Signaler
Faire une gare TGV à Agen (33000hab) n'a aucun sens. Situé à 1h de Toulouse (441000hab) et de Bordeaux (240000hab), cela ne permettra pas aux TGV d'apporter une amélioration du service (gain de temps du à sa vitesse élevé); cela limitera en plus ses ...

le 12/09/2018 à 21:20
Signaler
Agen est hors sujet. C'est sur le tracé de la LGV Bordeaux Toulouse, point. Avec celle ci les clients vont voir défiler Vendôme, Tours, Bordeaux, Agen... là où la A20 est directe... Mais les TGV n'ont peut être pas nécessité de stopper tous à Agen. ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.