Municipales 2020 : quelle personnalité devra sortir de l'ombre à Toulouse ?

 |   |  680  mots
Au-delà du maire actuel et de son prédécesseur, les Toulousains connaissent très peu les autres candidats potentiels à l'élection municipale de mars 2020.
Au-delà du maire actuel et de son prédécesseur, les Toulousains connaissent très peu les autres candidats potentiels à l'élection municipale de mars 2020. (Crédits : Rémi Benoit)
Malgré la présence de personnalités incontournables sur la scène politique toulousaine, les élections municipales de 2020 à Toulouse devraient faire émerger une nouvelle génération d'élus aux yeux du grand public. Certains, devront gagner en notoriété pour espérer conquérir le Capitole. Les enseignements tirés du sondage exclusif BVA-La Tribune.

Si l'élection avait lieu aujourd'hui, le maire sortant Jean-Luc Moudenc (LR) serait bien placé pour espérer être réélu, d'après le sondage exclusif BVA pour La Tribune. Il est la personnalité dont la candidature est la plus attendue dans la population toulousaine (52 %), devant l'ancien maire, Pierre Cohen (33 %) et Carole Delga (25 %), la présidente PS de la région Occitanie, qui ne sera pourtant pas candidate à la mairie de Toulouse.

Lire aussi : Municipales 2020 : quel maire veulent les Toulousains ?

Quant au prédécesseur de Jean-Luc Moudenc, son avenir politique sur le plan local est incertain. Pierre Cohen est le référent local du parti Génération-S, fondé par Benoit Hamon quand il a quitté le PS en 2017 et toujours selon notre sondage, il est la personnalité de la gauche toulousaine la mieux identifiée parmi l'électorat local. Sur l'échantillon composé d'environ 700 électeurs, 41 % "ont plutôt une bonne opinion" de lui, contre 26 % d'opinions négatives et 33 % ne le connaissent pas.

Alors, Pierre Cohen peut-il être le candidat de la gauche toulousaine comme en 2014 malgré la défaite ? Dans un article publié sur la site internet de France 3 le 14 mai dernier, l'intéressé "ne s'interdit rien. Si je suis celui qui peut rassembler".

Lire aussi : Municipales 2020 : la difficile recomposition de la gauche toulousaine (1/3)

sondage toulouse

Crédits : sondage BVA pour La Tribune.

Le bal des inconnus à gauche...

Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il part avec une longueur d'avance sur ses principaux concurrents pour porter la gauche toulousaine au scrutin de mars 2020. Le sénateur Claude Raynal, qui vise l'investiture du PS pour cette élection, est un inconnu pour 85 % des sondés et seulement 7 % désirent qu'il se présente. L'autre candidat potentiel du PS, le conseilleur municipal Romain Cujives, n'est pas mieux loti. Il ne recueille que 6 % de bonnes opinions dans l'échantillon et 91% des sondés ne le connaissent pas.

Face à ce manque de notoriété criant, la branche locale du Parti Socialiste ne ferme pas pas la porte à soutenir un candidat, en l'occurrence Nadia Pellefigue, la vice-présidente de la Région Occitanie en charge du Développement économique, de la Recherche, de l'Innovation et de l'Enseignement supérieur.

L'élue régionale socialiste a lancé son propre mouvement nommé Une à la fin du mois de février, avec la volonté de "changer la politique toulousaine". Pour cela, elle mise sur la participation active des citoyens dans l'élaboration de son programme à travers des ateliers afin de répondre à ce besoin de démocratie participative comme l'a encore démontré récemment le mouvement social des Gilets jaunes. Malgré ce positionnement, elle aussi ne recueille que 8 % de bonnes opinions au sein des sondés, et 88 % ne la connaissent pas. D'ailleurs, le sondage BVA-La Tribune ne la crédite que de 5 % des intentions de vote, avec ou sans liste de La République en Marche.

...Tout comme du côté de la majorité

Personne ne sait encore si la majorité présidentielle, portée par LREM et le Modem, va présenter une liste aux élections municipales à Toulouse en mars 2020, ou si elle soutiendra le maire sortant, Jean-Luc Moudenc.

Lire aussi : Municipales 2020 : que va faire le maire sortant Jean-Luc Moudenc ?

Dans le cas où une liste LREM venait à se monter, plusieurs personnalités politiques pourraient l'incarner. Les noms des députés Jean-Luc Lagleize et Mickaël Nogal circulent, mais pour le moment rien n'est encore décidé. Malgré un score de 24,62 % aux dernières élections européennes sur la ville de Toulouse, la majorité présidentielle dispose à première vue de candidats peu connus. Le député Mickaël Nogal est un inconnu 96 % des sondés (contre 2 % d'opinions favorables), pas mieux que Jean-Luc Lagleize et ses 5 % d'opinions positives quand 91 % des personnes interrogées le ne connaissent pas. Enfin, 4 % des sondés souhaitent une candidature du second, contre seulement 1 % pour le premier.

Au-delà d'un débat idéologique pour les candidats à ce prochain scrutin, il sera également question pour eux de faire un important travail afin de se faire remarquer aux yeux des Toulousains.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2019 à 10:39 :
Nadia Pellefigue saura j'espère rassembler toutes les partis du PS à EELV en passant par Génération et FI pour que Toulouse soit enfin une ville écologiste, solidaire pour toutes et tous, et enfin en finir avec le clientélisme et les lobbys de la municipalité actuelle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :