Des Toulousains lancent un label sanitaire pour sécuriser les commerces

Depuis Toulouse, un dizaine de bénévoles ont créé un label afin d’aider les commerçants à reprendre leur activité et à rassurer les consommateurs. "Le Bon Geste" permet de s’assurer de la bonne mise en place des mesures de sécurité imposées par l’État, contre la propagation du virus. L’obtention du label se fait de manière rapide en ligne au travers d'un audit. Reconnu par plusieurs institutions, ce gage de sécurité s’adresse autant aux commerces de bouches, qu’aux enseignes et magasins hors alimentaire.

6 mn

Le label peut être obtenu par tous les commerçants de France via internet.
Le label peut être obtenu par tous les commerçants de France via internet. (Crédits : DR)

Assurer la sécurité des salariés et des clients au sein des commerces, en pleine crise sanitaire. C'est avec cette ambition que des bénévoles toulousains ont lancé le label sanitaire "Le Bon Geste". Ce dernier a vocation de permettre aux commerces de reprendre et redynamiser leur activité après le confinement et redonner confiance aux consommateurs, comme aux salariés dans ce contexte sanitaire particulier. "Le Bon Geste" fournit ainsi aux professionnels et commerçants les outils pour mettre en œuvre les mesures de sécurité manquantes au sein de leur commerce et répondant aux exigences imposées par l'État.

"J'ai vu autour de moi des entrepreneurs confrontés au casse-tête du déconfinement et du Covid-19. Ils avaient un réel problème à mettre en sécurité et en confiance leurs équipes et leurs clients. Très vite, nous nous sommes mobilisés pour développer les outils capables de répondre à cette problématique", explique Julien Valadié, fondateur du label.

Aujourd'hui, une équipe de 11 personnes, spécialisées dans le contrôle qualité, la communication ou en informatique, travaillent au développement du label bénévolement. Déjà 14 épiceries, boulangeries, supérettes situées dans la région toulousaine, à Cahors et Castres ont obtenu leur label "Le Bon Geste". Plus d'une quinzaine d'enseignes, parmi lesquelles Midica ou encore GO Sport sont en phase d'être labellisées. À la base créé pour les commerces toulousains, le champs géographique a été étendu grâce aux outils digitaux et l'étiquette "Le Bon Geste" peut dorénavant être obtenue partout en France.

"Durant le confinement, nous nous adressions aux commerces de bouches et depuis le déconfinement, nous développons de nouveaux outils pour les agences immobilières, les coiffeurs, les fleuristes, etc. Le but est d'avoir un outil qui correspond à chaque secteur d'activité qui a des règles spécifiques", précise le porteur du projet.

Lire aussi : L'Icam confie à Solutech Industries l'industrialisation de sa poignée de coude

"Un gage de crédibilité"

Pour les commerçants, ce label est une valeur ajoutée, un signe, une étiquette gage du respect des règles sanitaires vis-à-vis des clients qui sont en confiance et consomment plus sereinement.

"En matière de sécurité et d'hygiène, nous n'avons pas le droit de faire défaut à nos clients et bien sûr de mettre en danger nos collaborateurs. 'Le Bon Geste' est la récompense d'un travail de chaque jour, mais surtout et aussi un gage de crédibilité et de confiance valorisant notre équipe et notre organisation. Il rassure, mais nous oblige également à nous inscrire dans la durée", témoigne Eric Calixte-Pur, dirigeant d'Intermarché Ramonville, qui bénéfice de la distinction

Malgré son émergence récente, l'outil est dorénavant reconnu et soutenu par la CPME 31, la Confédération nationale de la boulangerie et boulangerie-pâtisserie française, la Fédération des artisans commerçants et professionnels de Toulouse, ainsi que la mairie de Toulouse.

Le bon geste

Fred, un artisan boulanger ayant obtenu son label pour sa boulangerie située à
Ramonville Saint-Agne près de Toulouse. (Crédits : DR)

Lire aussi : Solea propose de lutter contre le Covid-19 avec du sel, de l'eau ... et du soleil

Un service désormais payant

Pour se faire labelliser, un commerce doit se rendre sur le site internet "Le Bon Geste" afin d'y effectuer, en une vingtaine de minutes, un bilan de sécurité, gratuit, qui l'aide à identifier les mesures de sécurité manquantes à mettre en place et existantes à améliorer. Parmi les consignes vérifiées, figurent : laisser les portes ouvertes, éviter que les personnes se croisent en mettant en place un sens de circulation, limiter le nombre de clients simultanément présents dans le magasin, l'organisation des distances de sécurités, l'installation des panneaux à l'entrée du magasin, la mise à disposition de produits et outils de nettoyage et de protection, etc. Le modèle collaboration pensé par les jeunes toulousains permet de s'assurer de la véracité de l'audit grâce aux commerçants, leurs équipes mais également leurs clients.

"Si le commerçant obtient une note supérieures à 80 % sur le respect des gestes conseillés par l'État, il peut demander le label. Ensuite, nous nous chargeons de lui envoyer des formations pour ses équipes ainsi que des documents qui attestent de la véracité de l'audit rempli par le responsable ainsi que les employés. La demande de labellisation peut être acceptée en 24 heures. De plus, nous avons mis en place des outils digitaux collaboratifs qui impliquent les clients. ils peuvent ainsi valider, ou non, le respect, des règles de sécurité sanitaire mises en place par un commerce et nous faire remonter leurs avis via le site internet lebongeste.com. Nous informons le magasin de l'avis des clients pour qu'il mette en place les bonnes mesures sanitaires et rassurer ses prochains clients. Cela nous permet aussi de vérifier que le commerçant continue d'appliquer les règles sanitaires, et si ce n'est pas le cas, le magasin perdra le label", affirme Julien Valadié.

Après l'obtention du label, les commerces reçoivent un kit dans lequel figurent l'étiquette "Le Bon Geste", ainsi que des instructions et de la signalétique permettant de faire respecter les gestes barrières à afficher. Ils pourront également bénéficier des conseil de l'équipe toulousaine.

le bon geste

Des discours différenciants, où se mêlent touche d'humour et message impactant ont  été choisis pour véhiculer les gestes préconisés. (Crédits : DR)

Si à son lancement, le label pouvait être obtenu gratuitement, le flot de demandes et le développement d'outils ont fait que ce service est devenu payant. Le bilan et conseils sont gratuits pour tous. Ensuite, les entreprises doivent débourser, selon leur taille, entre 19 et 49 euros pour recevoir le label plus un abonnement mensuel de suivi, entre 4,90 et 29,90 euros par mois toujours selon leur nombre d'employés.

Lire aussi : Usipanel met au point un sas qui sécurise les visites dans les Ehpad

Création d'entreprise

Face au succès rencontré, Julien Valadié a décidé de fonder l'entreprise "Le Bon Geste" en mai 2020. D'Ici la fin du mois de mai, la nouvelle société a pour ambition de labelliser quelques 2 000 commerces partout en France.

"Le Covid-19 est malheureusement là pour un long moment, il faut apprendre à vivre avec. Nous voulons apporter une solution pour aider tout le monde à mieux vivre avec et que l'on puisse retrouver nos libertés en toute sécurité après deux mois de confinement", espère-t-il.

Afin de développer son activité la très jeune entreprise toulousaine souhaite rapidement recruter des salariés qui la représenteraient dans chaque région de l'Hexagone afin d'accompagner les commerçants locaux.

Lire aussi : Comment le centre commercial de Blagnac a obtenu sa réouverture

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/05/2020 à 18:08
Signaler
La puissance d'influence des médias de masse va bien par delà ce genre d'initiative, les gens ont été terrorisés par leurs télés pendant deux mois, j'ai bien peur que ce genre d'action ne les rassure pas. Cette clientèle là semble perdu pour longtemp...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.