Commerçants vs Gilets Jaunes : le match reprend à Toulouse

 |   |  913  mots
En petit nombre, les commerçants de Toulouse ont manifesté contre un retour des Gilets Jaunes dans le centre-ville, samedi 16 mai.
En petit nombre, les commerçants de Toulouse ont manifesté contre un retour des Gilets Jaunes dans le centre-ville, samedi 16 mai. (Crédits : Rémi Benoit)
Après plus de deux mois de confinement, les commerces de Toulouse, et plus globalement de tout l'Hexagone ont pu reprendre leur activité. Une reprise menacée par le retour du mouvement des Gilets Jaunes dans les grandes métropoles. À Toulouse plus particulièrement, les commerçants ont bravé l'interdiction de manifester pour dénoncer leur ras-le-bol face à ce mouvement social. Un rassemblement émaillé par des tensions avec des Gilets Jaunes venus perturber leur action. Reportage.

Pas de communication officielle et pourtant le rendez-vous était connu : rendez-vous à 14 heures, place Saint-Georges à Toulouse, samedi 16 mai. Alors qu'ils craignent un retour des manifestations du mouvement des Gilets Jaunes les samedis, des représentants de commerçants de la Ville rose ont décidé de mener un contre-mouvement le même jour pour délivrer un message.

"Nous ne voulons plus de samedi comme on les a connu ces 18 derniers mois entre le mouvement des Gilets Jaunes, les manifestations contre la réforme des retraites et le confinement. Leur retour serait la goutte d'eau qui ferait déborder le vase. Aujourd'hui, nous sommes au bord du gouffre pour ne pas dire au bord de la faillite. Tous les commerces indépendants de Toulouse sont surendettés. Avec notre mobilisation, l'objectif est d'alerter le préfet et l'État", justifie Jonnhy Dunal, à la tête d'un commerce à Toulouse et président de l'association des commerçants du Carré Baragnon.

Car une fois cette intention connue, la préfecture le rappelle : "toute manifestation à Toulouse ce jour est interdite". Ce qui n'a pas empêché à une...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2020 à 13:22 :
decidemment "Martinez" est un pseudo d'agitateur qui a le vent en poupe !
a écrit le 19/05/2020 à 12:09 :
Covid-19, gilets jaunes à répétition... Le commerce de centre ville va finir par davantage prospérer dans les petites villes à ce train-là.
a écrit le 18/05/2020 à 20:25 :
Maintenant et avec tout le respect pour le début du mouvement car cela a permis de débloquer des fonds pour des travailleurs plus précaires, maintenant il faut raison garder. Ce ne sont plus que des extrémistes qui cherchent la confrontation. Il n’est plus possible d’accepter cela ... les commerçants et le centre ville doivent retrouver leur sérénité. #Stopgiletsjaunes #Marre !
Réponse de le 19/05/2020 à 9:33 :
Les gilets jaunes ont toujours été des extrémistes. Les médias ont légitimé le mouvement, pourquoi s'arreterait il ?
a écrit le 18/05/2020 à 19:27 :
Ah les gilets jaunes ! S'ils n'existaient pas, j'aimerais bien savoir qui on prendrait comme bouc émissaire de tous les maux d'éclat société française et de toutes les turpitudes de nos élites !
a écrit le 18/05/2020 à 18:49 :
Commerçants! Les gilets jaunes sont vos clients, les touristes viendront plus tard!
a écrit le 18/05/2020 à 18:39 :
Ils sont gentils les commerçants de Toulouse mais ils sont à coté de la plaque.

Les Gilets Jaunes c'est 52 jours de manifs qui ont essentiellement affecté les hyper centres des villes pendant les WE. Pendant cette période il n'y a eu aucune pénurie, une stagnation du chômage et un PIB en petite hausse.

Le confinement c'est 60 jours de blocage (inter)national en continu de presque toute l'activité économique.... C'est quand même Macron qui a décidé de planter l'économie avec l'aide des forces de police et le concours de la justice, pas les gilets jaunes.

S'ils doivent protester, c'est contre la politique de macron, pas contre les GJ dont beaucoup sont des aides soignants, des infirmiers, des routiers, des caissières, des employés de ménage.... ceux qui ont permis au pays de continuer à survivre pendant le grand confinement.
Réponse de le 19/05/2020 à 9:51 :
Mais aussi des chômeurs, des cassos, des coco, des punks à chien, des casseurs...
Réponse de le 19/05/2020 à 14:25 :
Je ne suis pas certain qu'il y ait maintenant beaucoup des gens sincères du début du mouvement que vous évoquez : En effet, ceux qui étaient légitimes au début étaient ceux qui étaient concernés par les taxes carbone. ils ont repris leur activité au service des autres et, c'est le seul point sur lequel je suis d'accord avec vous. Ceux qui restent sont les éternels opposants, pour une grande partie zadistes désœuvrés, avec des mentalités de petits casseurs qui voient dans le mouvement l'occasion d'en découdre avec les forces de l'ordre. Les petits commerçants ont énormément souffert de ces manifestations car les - braves - gens n'osaient plus sortir le samedi pour faire du shopping. C'est une réalité et je trouve un peu facile d'accuser Macron d'en être responsable.
Réponse de le 19/05/2020 à 16:26 :
Je suis au bord des larmes en lisant votre argumentation.
Je ne sais pas si vous êtes toulousain. Mais moi qui 'y vis depuis 40 ans, je n'ai jamais vu cette ville dans un tel état de dépérissement et de tristesse que de fin 2019 à fin 2020.
Alors, il est temps de passer à autre chose, au moment où les 50.000 emplois de l'aéronautique de l'aire urbaine de Toulouse, sont menacés par la crise mondiale du transport aérien, soit de chômage partiel, soit de licenciement. Cette menace sur l'activité économique de la ville suffit déjà hélas! à entretenir la morosité du commerce local. Il n'est pas besoin d'en rajouter.
Stop au virus jaune !
Réponse de le 19/05/2020 à 18:52 :
A bon, il y a eu des manifestation massives de GL ces derniers jours?
A l'évidence même pas quelques centaines et de toutes manières toute manifestation est doublement illégale puisque non déclarée et violant les lois de sureté qui fait de tout rassemblement de plus de 100 personnes un délit.

La seule revendication sur la TICPE ne suffit pas à expliquer la durée du mouvement. Il y avait le sort des EPHAD, les salaires trop bas, le sentiment du mépris du pouvoir vis à vis de la base (mais aussi des maires, des syndicats, des élus de l'opposition...). Là dessus sont venues se greffer les manifs contre la réforme des retraites.

Ce qui a dissuadé les français moyens (ou pas) de manifester ce ne sont pas les violences réelles mais localisées des black blocks, mais la violence de la répression policière et judiciaire dans toutes les manifs.

Maintenant, si les commerçants craignent les manifs, mauvaise nouvelle pour eux. On va sortir du déconfinement avec 10 millions de chômeur, dont beaucoup sans aucun filet de protection. Et en parallèle Pénicaud prépare un tour de vis sur toutes les prestations sociales.
a écrit le 18/05/2020 à 18:00 :
c'est pas comme si Toulouse capital de l'aéronautique dans le monde aller voir les plans sociaux de tous les côtés.
La métropole de toulouse va être la plus touché de france par la crise lié à l'arrêt de l'aéronautique. Les Gilets Jaunes peuvent s'ils le veulent encore manifester ils ne feront que creuser un peu plus la tombe des entreprises de la région.
a écrit le 18/05/2020 à 17:33 :
Contre les Gilets Jaunes, nous pouvons faire confiance aux Forces de l'Ordre, ce qui laisse penser qu'il existe un Désordre. Ces Gilets Jaunes doivent avoir une certaine légitimité puisqu'on a distribué 1 Macron, je veux dire 17 milliards d'Euros à la suite de leur manifestation, qui n'était pas seulement une réclamation financière mais une demande de différencier les solutions apportées aux problèmes des mégapoles et celles pour ceux des campagnes.
a écrit le 18/05/2020 à 15:44 :
Bravo à ces commerçants qui se mobilisent contre les gilets jaunes !!!! J’espère qu’il va y en avoir d’autres.
a écrit le 18/05/2020 à 15:43 :
Les GJ et leurs amis gauchistes, de l'ultra gauche et autres black blocs ne visent qu'à détruire la France par idéologie, peu leur importe de mettre des entreprises en faillite et des milliers de salariés au chômage. Pendant que certains veulent travailler d'autres se distraient comme ils peuvent le samedi après-midi.
Réponse de le 18/05/2020 à 23:20 :
Parce que Macron et sa clique de LREM/Modem ne détruisent pas la France par idéologie peut-être ?
a écrit le 18/05/2020 à 15:05 :
On pensait que le covid serait déjà la goutte d'eau qui fait déborder le vase, s'il y a toujours une goutte d'eau pour faire déborder le vase c'est qu'il ne déborde pas ou bien alors, comme on peut le penser le plus sûrement, ce sont les mieux lotis qui se plaignent encore et toujours.
a écrit le 18/05/2020 à 14:01 :
Le pire est que ces gilets jaunes se targuent de représenter le peuple...
Bref, ils n’ont ni l’intelligence ni le courage d’aller bloquer Amazon ou les sièges des banques au Luxembourg mais simplement les agences locales...
Ils nuisent à ceux qu’ils disent représenter... que de bêtise crasse.
Réponse de le 18/05/2020 à 14:17 :
Aucune prétention à représenter le peuple de la part des gilets jaunes, pas plus d'ailleurs que de la part des commerçants (j'ose espérer).
Ils constituent simplement une composante du peuple, pas forcément homogène, mais portant des revendications assez précises que, jamais (je dis bien jamais) le gouvernement n'a souhaité écouter.
Vous faites quoi, vous, quand en tant que citoyen (et non "le peuple"), vous avez un gouvernement ("démocratique") qui reste absolument sourd et aveugle à vos révendications? Vous criez, encore et encore. CQFD
Réponse de le 24/05/2020 à 19:55 :
Madame, Monsieur,

Si à chacun ses arguments, encore faut-il qu'ils soient réalisables. Bloquer les sièges des banques au Luxembourg est techniquement impossible car, logiquement, sous étroite surveillance policière ET militaire. Quant à bloquer Amazon.... Dès lors, les derniers mots de votre écrit... Tout le monde a droit au respect.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :