Avenir de l'usine Bosch à Rodez : réunion décisive le 5 mars

 |  | 1094 mots
Lecture 6 min.
Le site Bosch de Rodez est spécialisé dans la production d'éléments mécaniques pour moteur diesel.
Le site Bosch de Rodez est spécialisé dans la production d'éléments mécaniques pour moteur diesel. (Crédits : Pierrick Merlet)
Selon des informations de La Tribune, une réunion importante doit se tenir le 5 mars, entre les syndicats et la direction allemande de Bosch, sur la situation de l'usine du groupe à Rodez (Aveyron). L'usine étant menacée de fermeture, les représentants des 1.200 salariés militent auprès du gouvernement pour obtenir une meilleure classification écologique des nouveaux moteurs diesel (le site est spécialisé dans la production d'injecteurs), afin de remonter la côte du diesel auprès des consommateurs. Du côté du conseil régional d'Occitanie, on déplore "un manque d'ambition" pour le site de la part de la direction, notamment au niveau de la diversification. Récit de ces dernières semaines autour de ce site industriel.

Selon des informations de La Tribune, et de sources concomitantes, la direction du groupe allemand Bosch a invité les syndicats à une réunion en visioconférence, vendredi 5 mars. Les représentants du personnel ont tenté d'inclure les collectivités locales et le gouvernement à ce rendez-vous, mais cette réunion tripartite devrait se faire dans un second temps. "Cette prochaine réunion doit permettre de faire un point avec la direction sur l'usine de Bosch à Rodez", confirme Florence Melin, directrice de la communication et des affaires publiques de Bosch France-Benelux.

"Nous craignons, lors de cette entrevue, des annonces négatives, probablement pas sur une fermeture de l'usine mais plutôt sur une réduction drastique des effectifs", s'inquiète Pascal Raffanel, le représentant CFE-CGC au sein de la Bosch de Rodez, invité à cette réunion. "On attend de cette réunion une totale transparence sur l'avenir du site et de ses emplois. Nous ne pouvons plus vivre dans cette incertitude qui a démarré il y a déjà des années", peste Cédric Belledent, son homologue pour le syndicat SUD.

Pour mémoire, cette usine, qui n'est autre que le premier employeur privé du département de l'Aveyron, est devenue un dossier politique hautement sensible au niveau franco-allemand ces dernières années. Avec pour preuve,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2021 à 10:12 :
La présidente de la région est une écolo convaincue et elle est pour la disparition totale des moteurs diesels mais elle est contre la fermeture de l’usine ???
a écrit le 10/02/2021 à 4:09 :
@ Jason.
Cette usine est situee dans l'Aveyron, a cote du Tarn, un peu perdu, faut l'admettre. Tous les constructeurs dans leur grande majorite vont etre contraints de passer a l'electrique voire a l'hybride.
Comment une ligne de prod allemande d'injecteurs pour des moteurs diesels peut continuer a exister ? Manque total de realisme.
a écrit le 09/02/2021 à 20:54 :
Humour, Lozère fait vraiment bout du monde ,l'Aveyron est un département bien plus agréable pour randonner à pied ou en vélo.
Mais l'un et l'autre ont hélas vocation à devenir des déserts industriels.
Réponse de le 10/02/2021 à 14:33 :
Vous vous trompez. L'Aveyron ,avant la covid,était un des départements où le chômage était très faible. Rodez est une ville moyenne en plein essor. Ses accès routiers ont été favorisés et l'attrait du département est indéniable. Le musée Soulages est un des premiers musées provinciaux par sa fréquentation. De nombreux Parisiens ont de profondes attaches dans ce département. en particulier les petits fils de bougnats qui ont fait la prospérité des cafés parisiens dans les années cinquante.
a écrit le 09/02/2021 à 19:17 :
La motorisation diesel est vouée à disparaitre à court terme donc cette usine est condamnée, qui aura envie d'investir dans coin aussi perdu que la Lozère ?
Réponse de le 09/02/2021 à 20:18 :
Humour ou lacunes en géographie?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :