De l'aéronautique au luxe : l'incroyable reconversion de ST Luxury à Toulouse

"Faire un petit Vuitton made in Toulouse". Voilà l'ambition du dirigeant de ST Composites, Stéphane Trento. Sous-traitant aéronautique, la crise sanitaire a réduit de deux tiers son activité et il compte bien sur la maroquinerie de luxe, éco-responsable et technologique pour se relancer avec sa nouvelle filiale ST Luxury. Les premiers produits de cette dernière sont déjà disponibles en pré-commande. Récit.

6 mn

Le sous-traitant aéronautique ST Composites s'est lancé dans la maroquinerie.
Le sous-traitant aéronautique ST Composites s'est lancé dans la maroquinerie. (Crédits : Rémi Benoit)

À l'étage de l'usine de ST Composites, dans le bureau de Stéphane Trento, son président-fondateur, une longue file de produits de luxe sont fièrement exposés. Boîte à cigares, étui à montre, vanity, sac à main pour femme, housse d'ordinateur, valise, sac de travail pour homme... Une gamme complète en cuir digne d'une grande maison. Le visiteur a de quoi être décontenancé : l'entreprise toulousaine n'est pas - encore - connue pour son activité de maroquinerie mais plutôt pour son ancrage solide dans le secteur aéronautique et spatial toulousain. Bousculée par la crise sanitaire et économique, l'entreprise mène sa révolution industrielle. "Nous voulons faire un petit Vuitton made in Toulouse", dévoile le patron, qui vient de créer la société ST Luxury pour séparer l'activité aéronautique et celle - balbutiante - du luxe.

Un CV prestigieux érodé par la crise

Rentable, fort d'une chiffre d'affaires de 3,5 millions d'euros, poussé par une croissance annuelle à deux chiffres, le fabricant a longtemps pu compter sur des programmes et des clients prestigieux : l'avionneur ATR, le constructeur européen Airbus, les avions militaires type Rafale, le programme 787 de l'Américain Boeing et même quelques collaborations pour des satellites liés aux télécommunications militaires.

"100% de notre activité était jusqu'à maintenant dédiée à l'aéronautique et au spatial. Nous produisons des pièces d'aménagement en matière composite pour les cockpits et les cabines", rappelle Stéphane Trento, le dirigeant de cette entreprise installée au sud de Toulouse.

Seulement, en février 2020, la crise sanitaire met à mal le "CV" de ce sous-traitant aéronautique de rang 2. En quelques semaines, la société déplore une chute d'activité de 70%. Et 18 mois après "nous ne voyons toujours pas un signe de reprise", lâche le dirigeant un brin nostalgique, qui emploie une trentaine de salariés. Stéphane Trento est alors passé en mode survie, alors qu'il se battait auparavant pour attirer des profils pour faire face à la montée des cadences de production.

La maroquinerie haut de gamme comme voie de reconstruction

Aujourd'hui, le ralentissement de l'activité traditionnelle est visible dans les locaux de la société. Une fois la porte d'entrée franchie, quelques pièces trônent encore sur des postes de travail qui semblent figés. Très peu de salariés sont présents dans les bureaux. "Nous sommes en chômage partiel à hauteur de notre perte d'activité", commente le dirigeant.

Pourtant, en tendant l'oreille, une agitation redonne de la vie à l'usine. Au fond du plateau, un grand robot automatisé, flambant neuf, s'anime.

"Nous avons décidé de faire de cette crise une opportunité en transformant profondément notre outil de production et en engageant une grande démarche de diversification", raconte Stéphane Trento, les yeux rivés sur le cobot, cette machine impressionnante dont il précise fièrement qu'elle est française. Cet investissement d'environ 500.000 euros s'est concrétisé grâce au soutien de France Relance, dont l'entreprise a été l'un des premiers lauréats sur le segment aéronautique.

ST Luxury

Ce cobot a nécessité un lourd investissement soutenu par France Relance (Crédits : Rémi Benoit).

C'est ce nouvel équipement, ainsi que la toute nouvelle imprimante 3D Strateo, qui vont servir les nouvelles ambitions de l'entreprise dans le luxe. "Nous allons mettre la technicité et 100% des process de l'aéronautique au service de ce nouveau secteur. Ce robot, qui permet de faire de l'usinage dit cinq axes, produira des pièces complexes en matières composites en quelques minutes voire secondes, selon les spécificités du produit en question. C'est un savoir-faire que nous n'avions pas et c'est aussi un gain à la fois qualitatif et quantitatif", détaille le responsable, au cœur de son usine configurée, à la base, uniquement pour l'activité aéronautique.

ST Luxury

Stéphane Trento veut relancer sa société par le luxe, avec notamment sa gamme de maroquinerie mixte (Crédits : Rémi Benoit).

Un ST Luxury "vert" et technologique

Mais ST Luxury ne veut pas faire n'importe quel luxe. "Nous voulons avoir une démarche éco-responsable, pour nous démarquer et ainsi créer une base de clients fidèles", poursuit-il. Dès lors, de la production au conditionnement, toutes les matières et matériaux utilisés seront biosourcés et/ou recyclables. "Tuer un voire deux crocodiles pour faire une boîte, ce n'est plus acceptable aujourd'hui", lâche l'entrepreneur.

ST Luxury

Le nom a été pensé pour faire un clin d'oeil à l'histoire de l'aéronautique (Crédits : Rémi Benoit).

Si tout se passe comme prévu, les premiers sacs éco-responsables de ST Luxury devraient sortir de l'usine au cours de l'été, avec pour cible initiale une clientèle régionale. Pour sonder le marché et roder sa stratégie marketing dans un univers nouveau pour les salariés de ST Composites, le choix a été fait d'intégrer la plateforme de financement participatif régional Épargne Occitanie. Sur les 400.000 euros espérés par Stéphane Trento en dons et pré-commandes, déjà plus de 100.000 euros ont été récoltés en une quinzaine de 15 jours. Un bon départ selon lui, avant de créer sa propre boutique virtuelle d'ici la fin de l'année.

Lire aussi 4 mnLes entreprises d'Occitanie peuvent à présent se financer par l'épargne citoyenne

Convaincu qu'il ne retrouvera jamais "les niveaux d'activité d'avant crise dans l'aéronautique", Stéphane Trento espère réaliser 2,5 millions d'euros de chiffre d'affaires avec ST Luxury d'ici la fin de l'année 2022. Pour cela, il compte ajouter des services innovants à ses produits de maroquinerie de luxe, comme le déverrouillage du bagage via le smartphone ou encore en proposant un tracking. Et surtout, en se lançant prochainement dans le sur-mesure. Un plan de bataille pour tenter de se frayer un chemin entre les grands noms du secteur.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.