Le Toulousain ThirtyOne Bikes se relance

 |   |  479  mots
Le fondateur de ThirtyOne Bikes, Christophe Baeza, va désormais davantage se tourner vers les entreprises.
Le fondateur de ThirtyOne Bikes, Christophe Baeza, va désormais davantage se tourner vers les entreprises. (Crédits : ThirtyOne)
Première entreprise en France à avoir mis au point le vélo à assistance électrique, la société toulousaine ThirtyOne Bikes fondée en 2013 a dû revoir sa stratégie commerciale. Après des débuts prometteurs auprès des collectivités locales, cette vision n'a finalement pas été gagnante et l'entreprise se tourne désormais vers les grands groupes. Elle vient d'ailleurs de signer un contrat avec Airbus et reprend en main sa distribution. Décryptage de cette nouvelle stratégie.

Son arrivée dans le secteur des mobilités et plus particulièrement du cycle avait fait grand bruit à l'époque. En 2013, l'entreprise toulousaine ThirtyOne Bikes se lance en proposant le premier vélo à assistance électrique. Une petite révolution dans une période où les trottinettes électriques n'étaient pas encore dans les rues.

L'entreprise installée à Villeneuve-de-Rivière (31) connait alors des débuts prometteurs en décrochant notamment des contrats avec des collectivités locales comme Vannes, Aix-en-Provence, ou encore Toulouse Métropole, sa cible prioritaire avec les particuliers. Mais depuis quelques temps, cette stratégie a quel que peu mis en retrait la jeune société toulousaine.

"Nos ventes ont ralenti alors que l'année dernière le marché du vélo électrique a doublé en France (...) Nous n'allons pas abandonner le marché des collectivités locales. Mais en raison du temps de décision qui est trop long en interne, nous allons davantage concentrer nos efforts sur les entreprises et les grands groupes", fait savoir Christophe Baeza, cofondateur et président de ThirtyOne.

Ce changement de braquet porte déjà ses fruits puisque ThirtyOne Bikes vient de décrocher un premier contrat auprès du constructeur aéronautique européen, Airbus. Le vendeur de vélo à assistance électrique est ainsi en train d'équiper trois sites de l'avionneur, à hauteur de 10 vélos chacun pour une expérimentation avec installation de bornes et maintenance, avant un déploiement plus important si le test est positif.

Plusieurs recrutements prévus

Néanmoins, ce changement n'est pas le seul notable à souligner sur le plan commercial. Jusqu'à présent, la marque ThirtyOne Bikes était distribuée dans une quinzaine de villes métropolitaines françaises, dans un magasin spécialisé pour chacune. Seulement, face à la concurrence de plus en plus forte, Christophe Baeza a noté les limites de ce modèle de distribution.

"Un magasin nous vendait environ cinq vélos par an et rien qu'aujourd'hui on est capable de vendre cinq vélos par semaine à Toulouse. Nous avons donc décidé de ne plus être distribué dans ces magasins et de reprendre la distribution entre nos mains. De plus, cela va nous permettre de multiplier nos marges par 90 !", se réjouit le fondateur.

Ainsi, après avoir vendu seulement une centaine de vélos en 2018, ThirtyOne en a déjà vendu près de 500 sur le premier semestre de l'année...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :