Comment le Toulousain BoCantine réinvente le garde-manger

L’entreprise toulousaine a imaginé un concept pour révolutionner la pause déjeuner sur le pouce. Née en 2021, BoCantine propose une variété de recettes équilibrées, faites maison avec des produits locaux et de saison, conditionnées dans des bocaux en verre réutilisables. Livrés à domicile ou sur son lieu de travail, les plats BoCantine ont une date limite de consommation de près d’un mois. Présentation.

6 mn

Jordane Ponty et Cathy Sébastien, les deux fondatrices de BoCantine.
Jordane Ponty et Cathy Sébastien, les deux fondatrices de BoCantine. (Crédits : Manuel HUYNH)

"Comme beaucoup d'entre nous, j'avais une problématique pour manger à midi sur mon lieu de travail, correctement et sur le pouce. Soit j'allais me chercher un sandwich à la dernière minute, soit je ne mangeais pas faute de temps. Je n'arrivais pas à anticiper mes repas la veille pour le lendemain, ce n'était pas possible", lance Jordane Ponty.

Lassée par cette situation et désireuse d'entreprendre, cette ancienne employé en immobilier, décide de s'associer à Cathy Sébastien, sa belle-mère cuisinière et pâtissière de profession et ancienne restauratrice, pour fonder BoCantine. Lancée en septembre 2021, l'entreprise propose des plats faits maison, dans des bocaux en verre réutilisables, qui peuvent se conserver plusieurs semaines au frais et livrés sur son lieu de travail ou à domicile.

"Cathy faisait déjà des bocaux, à déguster le midi, pour son entourage. Cela m'a beaucoup servi. Je mangeais un plat maison, bon et à réchauffer en deux minutes au micro-ondes. De plus, je n'étais pas la seule à souffrir de cette problématique des repas du 12 h. Il y avait donc quelque chose à faire", souligne la cofondatrice de BoCantine.

Lire aussi 6 mnBocal en Boucle rejoint le Groupe InSitu pour réinventer la pause déjeuner en entreprise

BoCantine

Une cuisine saine et des produits de qualité

L'entreprise familiale propose des recettes faites maison, cuisinées avec des produits de saisons locaux et "complètement différentes des plats industriels". Pour déguster le contenu du bocal, il suffit de retirer le couvercle en fer et de le réchauffer quelques minutes au micro-ondes ou au bain-marie.

Les recettes de BoCantine peuvent être conservées au frais jusqu'à quatre semaines grâce à la pasteurisation. Cette méthode de conservation sûre, saine et de longue durée, permet de se constituer un garde-manger pour n'être jamais pris au dépourvu. "Avant commercialisation, chaque recette est validée par un laboratoire qui définit la date de péremption", précise Jordane Ponty. Cette technique permet à l'entreprise d'anticiper et de mieux gérer ses stocks et d'éviter les invendus et donc le gaspillage.

Entrées, plats et desserts, la jeune société toulousaine propose un large choix de recettes réalisées à partir de produits provenant de circuits courts. La carte BoCantine change plusieurs fois par an, au fil des saisons. Sur cette dernière figurent toujours trois entrées, six plats et trois desserts. À retrouver en ce moment : une fondue de poireaux mimosa au curry, un gaspacho vert, des légumes et poulet grillés sauce soja, un carbonade flamande, une polenta crémeuse aux carottes et filet de colin, un risotto du potager, un clafoutis aux poires ou encore un parfait au chocolat.

BoCantine

Comme au restaurant, BoCantine propose une multitudes d'entrées, plats et desserts. (Crédits : Manuel Huynh)

"Nous essayons de changer les plats tous les mois et nous proposons toujours un plat végétarien. Nous choisissons des produits de la région Occitanie. Par exemple, le riz vient d'un domaine de l'Aude, le sel de Gruissan, la volaille de Saint-Gaudens, etc. De plus, nous achetons nos bocaux en verre à une entreprise située à Portet-sur-Garonne."

L'ensemble des recettes sont imaginées et concoctées par Cathy Sébastien au sein d'une cuisine professionnelle que l'entreprise loue à Tournefeuille, dans la banlieue de Toulouse. D'une surface de près de 40m2, elle dispose de tous les équipements nécessaires dont une cellule de refroidissement et une chambre froide.

Lire aussi 4 mnLe Toulousain V21 met le chanvre dans l'assiette

Pour ceux qui n'ont pas le temps de cuisiner

Imaginé pour les entreprises, le service attire tout autant les particuliers. BoCantine propose uniquement de la livraison/remise en direct, à domicile ou sur le lieu de travail. L'entreprise livre ainsi partout au sein du territoire de Toulouse Métropole.

Parmi ses clients professionnels, elle compte plusieurs structures de dix à quinze salariés mais aussi des groupes comme le Crédit Agricole Immobilier ou Eiffage Construction. "Nous leur proposons également des plateaux repas pour les formations ou les réunions internes ainsi que des buffets cocktails pour les événements", indique la dirigeante. Sa clientèle de particuliers est elle principalement composée de jeunes dynamiques mais aussi de personnes âgées "qui ont la volonté de bien manger mais qui n'arrivent plus à cuisiner."

À l'instar d'une commande Deliveroo ou Uber Eat, les clients passent et paient leur commande via le site internet BoCantine et indiquent leur lieu de livraison. Les prix des entrées et des desserts sont fixés entre 3,20 et 3,50 euros. Les plats sont eux commercialisés entre 8 et 9,50 euros. BoCantine propose également une formule découverte à 60 euros où sont compris trois entrées, cinq plats et trois desserts au choix.

"Notre portefeuille clients grossit de plus en plus"

Pour des raisons d'organisation et de logistique, BoCantine n'a pas mis en place de système de consigne pour ses bocaux. Cependant, une grande majorité de sa clientèle lui retourne ces derniers une fois le contenu consommé afin qu'ils puissent être lavés et remis en circuit. À l'avenir, la jeune entreprise n'écarte pas l'idée de la mettre en place.

Aujourd'hui, les deux fondatrices, "différentes mais complémentaires", travaillent seules au développent de leur structure. Si elles prennent toutes les décisions relatives à BoCantine ensembles, Jordane Ponty s'occupe du développement pur de la société, à savoir la communication, la livraison ou encore la prospection et Cathy Sébastien, elle, est en charge de la production et du lien avec les fournisseurs. À terme, les deux cheffes d'entreprise souhaitent embaucher de l'aide en cuisine.

Lancé il y a à peine quelques mois, le concept séduit. BoCantine se donne "un an et demi à deux ans" pour valider son modèle, se générer un salaire à partir de celui-ci et fidéliser un maximum de clientèle. Financièrement, la jeune boîte ne s'est pas fixée d'objectifs.

"Nous avons un démarrage fort auquel nous ne nous attendions pas. Nous demandons aux entreprises et aux particuliers d'anticiper leurs repas sur les prochaines jours voire semaines. C'est un concept nouveau. Nous savions que cela répondait à un besoin, mais que les gens soient à ce point enthousiastes dès le début nous a surpris. Notre portefeuille clients grossit de plus en plus. Notre objectif est d'avoir un retour clientèle au top et un service de qualité. Nous tirerons des conclusions plus tard", explique Jordane Ponty.

Si le succès est au rendez-vous, BoCantine envisage d'acquérir son propre local où pourrons être installés sa cuisine et son espace de stockage. Le traiteur toulousain n'est pas contre l'idée d'exporter son concept au-delà de la Ville rose.

Lire aussi 5 mnAgroalimentaire : la startup MiOUM veut séduire avec ses goûters gourmands et sains

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.