Covid-19 : la prime aux soignants fait polémique au CHU de Toulouse

 |   |  980  mots
La prime Covid sème le trouble au sein du CHU de Toulouse.
La prime Covid sème le trouble au sein du CHU de Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
Un syndicat a allumé un incendie en interne en révélant que des directeurs du CHU de Toulouse vont bénéficier de la prime Covid, dédiée au personnel soignant qui a affronté l'épidémie. Des faits qui ont obligé la direction de l'établissement de santé à prendre la parole sur le sujet lors d'une conférence de presse, mercredi 17 juin, pour éclaircir certains points des modalités de versement. Explications.

La prime Covid-19 en guise de reconnaissance au personnel soignant, décidée par le gouvernement, est-elle en train de devenir "un truc foireux", comme le pense Vincent Bounes, le responsable du Samu 31 ? Tout a commencé lundi 15 juin quand la CGT du CHU de Toulouse a dénoncé sur son site internent et ses réseaux sociaux que certains directeurs de l'établissement de santé toucheraient le montant maximal de 1 500 euros, tandis que des personnels soignants, au contact des malades n'en verraient pas la couleur.

"Le directeur général du CHU de Toulouse (Marc Penaud, ndlr) a choisi nominativement les agents qui auront 1 500 euros et celles et ceux qui n'auront que 500 euros. Cette prime est présentée par le gouvernement comme une reconnaissance de celles et ceux qui ont pris en charge des patients Covid-19 et qui ont été mobilisés par les circonstances exceptionnelles d'exercice... Nous avons découvert aujourd'hui que le DRH, la DRH adjointe et le directeur des soins allaient toucher 1500 euros, alors que certains soignant.e.s ayant pris en charge des patients Covid, beaucoup d'ASH et de personnels techniques ultra mobilisés pendant la période...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2020 à 9:26 :
Bonjour.
Cette prime à certes avoir avec le mérite mais aussi par rapport à une grille de salaire. Tout honneur aux directeurs qui furent là 24h/24, mais à ce moment là décernons leur une médaille s'ils ont besoin de reconnaissance, ce que je peux comprendre. IL me semble qu'ils n'ont pas besoin de 1500 euros de plus. La noblesse d'acte voudrait en effet que la totalité des primes soient attribuées à celles et ceux qui furent là et en fonction de leur salaire, afin de rétablir l'égalité pour quelques mois, avec un seuil maximum de salaire prime comprise à prendre en compte pour être plus juste dans la répartition. Pourquoi les postes hauts placés toucheraient une prime? Les cadres sont astreints par leurs statuts à une présence sans limite si nécessaire et mieux payés pour cela, laissez donc le personnel moins bien rémunéré accéder à ces primes. qu'en est il des aides à domiciles dans les communes? Elles (car ce ne sont presque que des femmes) mouillé leurs chemises sans protection pendant plusseurs mois.
Foda

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :