En images : les soignants défilent à Toulouse pour qu'on ne les oublie pas

Plusieurs milliers de soignants ont manifesté mardi 16 juin dans la Ville rose. Après la vague de la Covid-19, beaucoup ont le sentiment d'avoir été oubliés par la population et le gouvernement. En plein "Ségur de la Santé", ils espèrent une revalorisation des salaires. Reportage au cœur du cortège.

4 mn

En première ligne durant l'épidémie, les soignants ont défilé à Toulouse pour demander de la considération et une revalorisation de leurs salaires.
En première ligne durant l'épidémie, les soignants ont défilé à Toulouse pour demander de la "considération" et une revalorisation de leurs salaires. (Crédits : Rémi Benoit)

Cindy fait partie de celles et ceux qui ont été en première ligne pour gérer l'épidémie de la Covid-19. Aide-soignante en réanimation au CHU de Toulouse, elle a défilé pour demander un peu plus de "considération".

"Nous avons été les héros pendant quelques semaines, mais maintenant c'est fini. Tout le monde a oublié. Même ceux qui nous ont applaudi tous les soirs à 20 heures. Et la prime promise par le gouvernement, pour l'instant, on ne la voit pas venir".

manif soignant

Un groupe de manifestants a brandi une banderole 'Ni oubli, ni pardon" devant le Monument aux Morts de Toulouse (Crédits : Rémi Benoit).

"Le Ségur de la santé est une mascarade"

Comme elle, des milliers de soignants ont manifesté mardi 16 juin dans les rues de Toulouse. Ils étaient 20 000 selon la CGT, 7 500 selon la préfecture de Haute-Garonne. Le mot d'ordre était de réaliser une démonstration de force pour faire pression sur les négociations du "Ségur de la Santé". Les conclusions de cette concertation, qui doit déboucher sur un "plan massif pour l'hôpital" promis par le chef de l'État fin mars, sont attendues avant le défilé du 14 juillet. Le jour de la Fête nationale, Emmanuel Macron a prévu de rendre hommage au personnel soignant place de la Concorde, à Paris.

manif soignant

Les soignants ont fait pression sur le gouvernement en plein "Ségur de la santé" (Crédits : Rémi Benoit).

Mais la démarche laisse sceptique Grégory Chakir, le porte-parole du collectif Inter Blocs.

"Ce Ségur de la santé est une mascarade. Nous avons été reçus par la médiatrice du gouvernement, madame Notat, qui nous a dit n'avoir aucune marge de manœuvre. Pourtant, des milliards d'euros ont déjà été débloqués pour les filières aéronautique, automobile ou le tourisme."

Lire aussi : Le plan de relance aéronautique offre du répit à Toulouse

 Revalorisation des salaires

Parmi les revendications du collectif figure une revalorisation des salaires. "Nous demandons une hausse de 300 euros nets par mois pour rattraper les douze années de gel de nos revenus. Il faut savoir que les infirmiers gagnent 1900 euros bruts par mois, ceux qui ont fait une spécialisation pour travailler dans les blocs opératoires touchent 2300 euros bruts par mois, c'est un scandale", dénonce Grégory Chakir.

manif soignant

Les soignants réclament plus de moyens pour le service public (Crédits : Rémi Benoit).

Dans les rues de la Ville rose, les soignants ont également réclamé une augmentation du nombre de lits et plus d'effectifs dans les hôpitaux. Et l'idée du président de la République de donner une médaille du mérite au personnel de santé passe mal.

"Macron, ta médaille elle est moche, nous ce qu'on veut ce sont des embauches", scandait en tête du cortège une manifestante.

manif soignant

Les soignants ont terminé symboliquement la manifestation en investissant l'hôpital de La Grave (Crédits : Rémi Benoit).

manif soignant

Aux côtés des soignants, de simples citoyens se sont joints au cortège, mais aussi le candidat écologiste aux élections municipales Antoine Maurice (Crédits : Rémi Benoit).

Lire aussi : Municipales : Maurice en pôle position face à Moudenc, à Toulouse

Des salves d'applaudissements ont retenti régulièrement dans les rangs, en écho à l'hommage quotidien des Français depuis les balcons durant le confinement. De simples citoyens s'étaient d'ailleurs joints au cortège pour manifester leur solidarité avec les soignants. Eux, au moins n'avaient pas oublié.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 17/06/2020 à 8:39
Signaler
Qui sont il ? Ils passent leur vie professionnelle à se plaindre, ne sont jamais content, toujours en grèvent, aucun objectif ni résultat ni évaluation de leur activité. Ont la plus faible productivité dans leur métier de tout l'union européenne. Ch...

le 17/06/2020 à 11:32
Signaler
Entièrement d'accord !!!

le 18/06/2020 à 9:40
Signaler
Vos sources, chère Devinette ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.