Relance économique : comment Toulouse peut s'éviter un destin à la Détroit

 |  | 1038 mots
Lecture 6 min.
Toulouse peut être la star européenne de la relance, selon Pierre-Olvier Nau, le nouveau président du Medef 31.
"Toulouse peut être la star européenne de la relance", selon Pierre-Olvier Nau, le nouveau président du Medef 31. (Crédits : Rémi Benoit)
À l'occasion du lancement de la sixième édition de son hors-série Le Book Eco, La Tribune a organisé une conférence-débat sur l'avenir économique de Toulouse : "Pourquoi Toulouse ne sera pas Détroit". Si la crise aéronautique traverse une grave crise, non sans casse sociale, elle a d'autres arguments à mettre en avant pour assurer son attractivité économique. Analyse.

Une forte dépendance à l'industrie automobile et une crise des subprimes en 2008, qui a provoqué la mise en faillite de la ville en raison d'une dette colossale de plusieurs milliards de dollars. Voilà la dégringolade économique qu'a connu la ville de Détroit, aux États-Unis, ces dernières années. Par la forte présence de l'activité aéronautique à Toulouse et les difficultés qu'elle connait en raison de la crise sanitaire, est-il possible de relier le destin de ces deux grandes villes ? C'est ainsi le thème qu'a choisi la rédaction de La Tribune, à l'occasion du lancement de la sixième édition de son hors-série le Book Éco, dédiée cette année à la relance économique.

Lire aussi : Un arbre à algues installé à Toulouse pour capturer le CO2

"Non, le principal vecteur d'emploi à Toulouse n'est pas l'aéronautique, mais bel et bien tout le tissu de PME qui compose cet écosystème métropolitain, avec notamment des entreprises de l'agro-industrie dont nous faisons partie. Il faut tordre cette idée qu'à Toulouse tout tourne uniquement autour de l'aéronautique", lâche Pierre-Alain Hoffman, directeur scientifique chez Kyanos Biotechnologies. "À Toulouse, l'aéronautique ne représente pas une mono-industrie, mais plutôt une industrie dominante", tient à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :