Un arbre à algues installé à Toulouse pour capturer le CO2

 |  | 588 mots
Lecture 3 min.
L'arbre à algues est installé sur les allées Jean-Jaurès, l'une des avenues les plus denses en matière de circulation automobile à Toulouse.
L'arbre à algues est installé sur les allées Jean-Jaurès, l'une des avenues les plus denses en matière de circulation automobile à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
La startup toulousaine Kyanos expérimente pour la première fois dans la Ville rose un arbre à algues. Les micro-organismes absorbent le CO2 lors de la photosynthèse et peuvent servir d'engrais pour faire pousser des plantes. L'ambition est de réaliser l'équivalent en séquestration carbone de 100 arbres à partir d'un seul engin.

La Tribune l'avait annoncé dès septembre 2019. La startup toulousaine Kyanos expérimente pour la première fois dans la Ville rose son arbre à algues. L'engin de près de cinq mètres de hauteur a été installé au milieu des allées Jean-Jaurès, l'une des avenues les plus dense en matière de circulation automobile dans le centre-ville. Le principe est simple :

"L'air ambiant est aspiré par le bas grâce à un système de pompage . Il remonte à travers une cuve d'eau cylindrique où les algues absorbent le CO2 lors de la photosynthèse et retiennent les oxydes d'azote et les particules fines qui proviennent des pots d'échappement des voitures. L'air purifié ressort par le haut de l'arbre à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2020 à 9:13 :
D'un côté on continue de bétonner des marres et de l'autre on installe des arbres à algues, l'important étant de taire ce premier phénomène et de souligner ce second et le tour est joué.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :