La commission indépendante sur l'avenir de l'économie de Toulouse lancée

 |  | 941 mots
Lecture 5 min.
La mission Toulouse, territoire d'avenir doit définir le visage de l'économie locale de demain.
La mission "Toulouse, territoire d'avenir" doit définir le visage de l'économie locale de demain. (Crédits : Rémi Benoit)
Frappée de plein fouet la crise sanitaire en raison de sa mono-culture économique autour de l'aéronautique, l'économie toulousaine doit se réinventer et trouver de nouveaux relais de croissance. C'est en ce sens que Toulouse Métropole et la Région Occitanie ont lancé, mercredi 8 juillet, la mission "Toulouse, territoire d'avenir". Une commission indépendante, d'une douzaine d'experts dans leurs domaines respectifs, qui doit identifier des pistes pour l'économie toulousaine de demain. Son premier rapport sera publié dans trois mois.

"C'est un défi" voire "une feuille blanche qui donne le vertige", mais "il faut réagir", lâche l'économiste toulousain Jean Tirole, prix Nobel d'économie. Le message a été bien reçu par Toulouse Métropole et le Conseil régional d'Occitanie. Sur proposition de Jean-Luc Moudenc, les deux collectivités ont lancé, mercredi 8 juillet, la "Mission Toulouse, territoire d'avenir".

"L'objectif est d'avoir une réflexion sur la stratégie économique de la Métropole, en se plaçant dans une perspective d'avenir, par le biais d'une commission indépendante. Celle-ci a été conçue en lien avec le Conseil régional qui est chef de file, par la loi, sur le plan économique au niveau local. Il était donc inconcevable d'engager une telle démarche sans que la Région ne soit partie prenante", explique Jean-Luc Moudenc.

Dans les faits, la création de cette instance indépendante n'est pas nouvelle. Le maire de Toulouse réélu avait annoncé son intention à ce sujet quelques semaines auparavant, alors qu'il était en pleine campagne électorale face à Antoine Maurice pour sa réélection. Une étape désormais franchie qui permet au Conseil régional de s'engager pleinement dans la démarche, et qui s'apparente comme le premier chantier concrètement ouvert par l'élu toulousain dans ce mandat 2020-2026.

Lire aussi : Les 4 enseignements à tirer des délégations aux adjoints du maire Moudenc à Toulouse

"La région Occitanie est très profondément impactée par la crise de la Covid-19, peut-être même bien plus que d'autres régions françaises de par au poids économique de sa filière aéronautique notamment. La Métropole comme la Région ont engagé des plans de soutien à l'économie de plusieurs centaines de millions d'euros et il faut donc faire en sorte que ces investissements publics puissent engager les transitions dont nous avons besoin, particulièrement sur le numérique et les énergies", justifie Bertrand Monthubert, ancien président de l'université Paul-Sabatier de Toulouse, et conseiller régional en Occitanie.

Une action d'autant plus importante pour "sa" collectivité car cette dernière va signer dans les prochains jours le tout premier Green New Deal pour une région française. Celui-ci consiste en un plan d'investissements dans les énergies décarbonées, en partenariat avec la Commission européenne.

Une ancienne astronautique, une championne olympique, un chef triplement étoilé...

S'il est impossible de prévoir à l'avance les conclusions de cette commission, néanmoins il est certain que son ambition sera de faire naître à Toulouse une économie durable et respectueuse de l'environnement, tout en atténuant certainement le sentiment de monoculture économique autour de l'industrie aéronautique. Et pour cela, "il faut apporter un regard nouveau sur l'économie du territoire", concède Jean Tirole, que Jean-Luc Moudenc a désigné comme parrain de cette mission "Toulouse, territoire d'avenir".

Lire aussi : Le Covid-19 va-t-il faire payer à Toulouse sa dépendance à la filière aéronautique ? Enquête.

Lui-même a proposé à Marion Guillou de prendre la présidence de cette commission, en compagnie de trois rapporteurs. Une proposition acceptée par celle qui préside actuellement l'institut agronomique vétérinaire et forestier de France (Agreenium), mais qui est aussi membre du Haut conseil pour le climat qui entoure le Premier ministre. Marion Guillon se dit d'ailleurs "fière" d'être à la tête de ce groupe de 12 personnalités "de haut-niveau et aux profils très différents", âgées de 21 à 72 ans.

Ainsi, on retrouve parmi eux le président du centre INRAE Occitanie-Toulouse Pierre-Benoît Joly, le directeur général de Cell-Easy Pierre Morsan, la championne olympique Perrine Lafont, l'économiste Jacques Delpla, le directeur de recherche au CNRS Pierre-Philippe Combes, le président de l'institut universitaire du cancer de Toulouse André Syrota, Cécile Maisonneuve, l'ancienne ministre et astronaute Claudie Haigneré, la présidente de l'IRT de Toulouse Geneviève Fioraso, le chef triplement étoilé Gilles Goujon et le professeur Hervé Le Treut.

Lire aussi : Cell-Easy devient le premier établissement à produire des cellules souches en France

Premier rapport attendu pour fin septembre

Ces experts vont se réunir très régulièrement et travailler en priorité sur les domaines de l'emploi industriel, la formation & l'apprentissage, l'innovation, l'aménagement et la gastronomie, la culture & le tourisme. "Nous avons déjà programmé quatre réunions de travail d'ici la fin juillet et nous allons échanger tous ensemble toutes les semaines jusqu'à la fin du mois de septembre, en visio-conférence et physiquement", annonce Marion Guillou.

Cette commission qui se veut "bienveillante mais critique", comme tient à le souligner Jean Tirole, alimentera ses travaux notamment par des auditions d'acteurs locaux et régionaux. De plus, pour éviter d'être hors-sol, le groupe pourra soumettre ses réflexions et ses travaux aux acteurs économiques locaux, réunis au sein d'une instance parallèle avec les élus économiques locaux, l'opposition métropolitaine et les organes économiques locaux. Un second groupe qui n'a vocation qu'à être consulté par les membres de la mission "Toulouse, territoire d'avenir".

Grâce à ce dispositif, le premier rapport de cette dernière est attendu pour la fin du mois de septembre sur les cinq domaines cités. "Nous proposerons des esquisses de pistes, il faut être modeste, nous ne pourrons pas faire mieux", prévient tout de même la présidente de la commission. Néanmoins, libre à celle-ci ensuite de définir le calendrier pour ses travaux futurs et les domaines qu'ils concerneront.

Lire aussi : Aéronautique : formation, avion vert et protectionnisme... Ce que contient le plan Ader pour la filière d'Occitanie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :