Les 4 enseignements à tirer des délégations aux adjoints du maire Moudenc à Toulouse

 |   |  1086  mots
Les nouvelles délégations sont à l'image des priorités érigées par Jean-Luc Moudenc, notamment autour de l'écologie et de l'économie.
Les nouvelles délégations sont à l'image des priorités érigées par Jean-Luc Moudenc, notamment autour de l'écologie et de l'économie. (Crédits : Rémi Benoit)
Le maire réélu de Toulouse a dévoilé les délégations de ses adjoints à la mairie de Toulouse et les titulaires de celles-ci. Des répartitions riches en enseignements notamment sur l'écologie, le logement ou encore la vie économique repris par Olivier Arsac, auparavant en charge de la sécurité. Analyse.

1) Une grande délégation écologique

Comme évoqué par celui qui était alors candidat à cette période, quelques mois avant le deuxième tour des élections municipales, Jean-Luc Moudenc avait annoncé dans la presse locale l'idée de nommer, en cas de victoire, un "super" adjoint en charge de l'environnement. Finalement, le maire sortant réélu a fait savoir, lors du conseil municipal d'installation du 3 juillet, qu'il coordonnerait lui-même ce portefeuille stratégique, après avoir résisté à la vague verte.

Lire aussi : Municipales : comment Jean-Luc Moudenc, à Toulouse, a résisté à la vague verte

Et, jamais vu au cours des mandatures précédentes, pour mener à bien cette mission de "l'écologie en ville", le maire toulousain s'est entouré de sept visages, nouveaux et anciens appartenant à l'équipe municipale 2014-2020. Par exemple, il est à noter la nomination du nouveau conseiller municipal Clément Riquet (société civile) pour le dossier des espaces verts. Il aura donc en partie la lourde tâche de mener à bien l'ambition de son édile qui consiste à planter 100 000 arbres à Toulouse d'ici 2030.

Par ailleurs, après avoir proposé comme engagement de campagne d'investir 10 millions d'euros par an dans les pistes cyclables, quand Antoine Maurice et Archipel Citoyen proposaient 50 à 60 millions par an, Jean-Luc Moudenc a fait savoir récemment qu'il ferait bien plus que son engagement à ce sujet. La nomination d'un adjoint spécialement sur ce dossier est-elle une première preuve de bonne foie ? En effet, Philippe Perrin (société civile également) a été désigné pour gérer le "vélo et cheminements piétonniers", mais aussi "les nouvelles mobilités" et "le code de la rue" désormais souhaité par Jean-Luc Moudenc, pour fluidifier la cohabitation des différents modes de déplacement à Toulouse.

Lire aussi : Municipales : Moudenc promet un "Code de la rue" pour les mobilités

Il est également important de souligner la présence, dans cette délégation, de l'entrepreneur toulousain Nicolas Misiak, chargé de la rénovation énergétique des bâtiments publics et des "conventions citoyennes pour l'écologie en ville par quartier".

L'une des raisons principales de mon engagement en politique est la lutte contre le réchauffement climatique. Je suis donc ravi du poids mis sur le sujet et honoré que @jlmoudencmaire me fasse confiance pour appartenir à cette équipe Écologie en Ville. https://t.co/6k7OfjEyhd

— Nicolas Misiak (@misiak_nicolas) July 4, 2020

2) Olivier Arsac à la tête de la politique économique

Si l'écologie est l'une des grandes priorités de celui qui entame un troisième mandat de maire de Toulouse, en revanche, dans la campagne électorale d'entre-deux tours, il s'est plus que jamais posé comme "le maire qui protégera nos emplois" alors que les plans sociaux commencent à se cumuler en conséquence de la crise sanitaire.

Lire aussi : Municipales : la stratégie de Moudenc pour accompagner les demandeurs d'emploi

Ainsi, et pour la première fois, la mairie de Toulouse aura un adjoint à "la vie économique, commerce, artisanat et emploi", en la personne d'Olivier Arsac, qui laisse son portefeuille de la sécurité à Emilion Esnault, en charge de l'éclairage public sous la mandature précédente. Au-delà de ce choix surprenant, quatre autres élus seront chargés de ce lourd dossier, alors que Jean-Luc Moudenc a fait de l'emploi sa "priorité des priorités".

L'ancienne présidente du pôle de compétitivité Aerospace Valley et 4ème adjointe, Agnès Plagneux-Bertrand, sera chargée des "relations avec les acteurs économiques". Une nomination logique de par son expérience professionnelle. Elle sera notamment aux côtés d'Isabelle Ferrer, une autre nouvelle entrante dans l'équipe municipale, qui s'occupera du dossier de l'emploi et de l'insertion dans les marchés publics dont le maire a promis d'augmenter le volume d'heures durant ce nouveau mandat. Ainsi, la secrétaire générale de la FRTP d'Occitanie travaillera en étroite collaboration avec Pierre Trautmann, l'adjoint à la commande publique. De plus, Nicole Miquel-Belaud, même si elle n'est plus adjointe, conserve son portefeuille autour de l'économie sociale et solidaire, tandis que l'adjoint Maxime Boyer est chargé des relations avec l'enseignement supérieur.

Pour mémoire, durant ce nouveau mandat, Jean-Luc Moudenc compte s'entourer d'une commission indépendante, composée d'experts reconnus mais non toulousains pour réfléchir sur l'économie toulousaine et métropolitaine de demain. Ses membres et sa feuille de route seront présentés mercredi 8 juillet.

3) L'urbanisme et le logement éparpillés à travers plusieurs élus

En remplacement de l'ancien adjoint au logement Franck Biasotto, qui a présenté une candidature face à son ancien patron aux élections municipales 2020, Jean-Luc Moudenc a désigné Bertrand Serp, qui perd au passage son costume d'adjoint par rapport à 2014-2020. Dans la mandature précédente, le maire de quartier de Saint-Cyprien était en charge du numérique.

A contrario, Annette Laigneau reste adjointe tout en conservant sa délégation autour de l'urbanisme. Elle évoluera en binôme avec la nouvelle adjointe Souhayla Marty, responsable de la qualité urbaine dont la délivrance des permis de construire. Un dossier qui s'annonce plus que jamais majeur avec la négociation prochaine d'une charte, par quartier, autour des questions d'urbanisme et de logement, pour tenter de réconcilier les habitants avec le développement urbain.

D'ailleurs, l'adjoint Jean-Baptiste de Scorraille sera chargé de veiller à la qualité de la rénovation de l'espace public et des cœurs de quartiers. Il est également à souligner la nomination de la conseillère municipale Claire Nisson comme visage toulousain de la lutte contre les logements insalubres, membre de la délégation d'Émilion Esnault consacrée à la "bonne tenue de l'espace public".

4) La modernisation de la collectivité dans la feuille de route municipale

Certainement pour tenter de rassemblement les Toulousains, et peut-être en réaction aux 48% des électeurs qui ont voté en faveur d'un changement via d'Archipel Citoyen et Antoine Maurice, l'édile toulousain a mis sur pied une délégation dédiée à la "modernisation de la collectivité", dirigée par Sacha Briand. Si celui-ci conserve la mission des finances, il sera en revanche épaulé par trois élus dans cette tâche.

En plus de Pierre Esplugas et Annette Laigneau, on retrouve Nicolas Misiak missionné plus particulièrement de cette mission de modernisation et surtout, de "l'évaluation des politiques publiques". Malgré cela, l'opposition, qualifiée de "minorité" par Jean-Luc Moudenc, compte créer un observatoire sur les engagements de campagne du maire actuel afin d'analyser la mise en œuvre de ses promesses électorales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :