Troisième ligne de métro à Toulouse : pourquoi Tisséo a retenu Alstom pour le matériel roulant

-DÉCRYPTAGE- À l'occasion d'un comité syndical mercredi 4 novembre, Tisséo a désigné le Français Alstom pour concevoir et produire le système roulant de la troisième ligne de métro à Toulouse. Pourquoi ce choix de la part de l'autorité en charge des transports en commun et comment a-t-il été mené ? Quel sera le visage de ces futures rames et leur capacité de passagers ? À quel prix ? Toutes les réponses ici.

5 mn

La date de mise en service de la future troisième ligne de métro à Toulouse, qui sera produite par Alstom, est encore incertaine.
La date de mise en service de la future troisième ligne de métro à Toulouse, qui sera produite par Alstom, est encore incertaine. (Crédits : image non contractuelle Alstom/rcp)

Comme annoncé quelques jours plus tôt par La Tribune, une short-list s'est dégagée parmi les quatre candidats à l'appel d'offres pour la construction du matériel roulant de la troisième ligne de métro à Toulouse. Afin de définir le lauréat de ce marché public évalué à plus de 800 millions d'euros, une commission d'appel d'offres de Tisséo s'est réunie mardi 3 novembre. Celle-ci a désigné le français Alstom pour mener à bien ce chantier au calendrier incertain.

Lire aussi : Troisième ligne de métro à Toulouse : le maire s'attend à un "décalage" dans la mise en service

"Le choix s'est porté sur l'offre d'Alstom car elle est la moins chère financièrement et la meilleure techniquement. Notre commission l'a classée première, sur les quatre, sur ces deux points", a tenu à préciser  lors du comité syndical mercredi 4 novembre Jean-Michel Lattes, élu au conseil municipal de Toulouse chargé des mobilités et président de Tisséo, l'autorité régulatrice des transports en commun à Toulouse.

"Cette annonce est une excellente nouvelle pour Alstom, qui a remis à Toulouse Métropole une offre système très compétitive correspondant aux critères du cahier des charges. Nous attendons désormais la notification officielle de la commande qui devrait intervenir d'ici quelques semaines. Nous ne pouvons faire d'autres commentaires à ce stade", a réagi ce jour la direction d'Alstom, sollicitée par La Tribune.

Pour en arriver à ce verdict, le coût global était noté sur 60 points et l'aspect technique sur 40, d'après les éléments communiqués par Tisséo. "Une méthode d'évaluation classique", selon Jean-Michel Lattes. Néanmoins, cette consultation avec les candidats à débuter deux années en arrière, face à l'ampleur de ce contrat, devenu encore plus important en cette période de ralentissement économique lié à la crise sanitaire. "Un dialogue compétitif", selon les termes employés par l'élu, qui a amené à un échange entre Tisséo et les candidats alimenté par 1 240 questions et en finalité "un cahier des charges initial adapté à 10%".

"Les candidats avaient la liberté sur la longueur et le nombre de rames proposés. Ce qui nous intéressait en priorité c'était la capacité des rames et la garantie d'une expérience voyageur qualitative", ajoute le monsieur Transports toulousain.

Des rames plus grandes et climatisées

Et les élus toulousains ont jugé que la gamme Métropolis d'Alstom était la mieux appropriée pour répondre à ces exigences de qualité sur cette future troisième ligne de métro à Toulouse, dont déjà 5 500 voitures de la sorte sont vendues dans le monde. Cette rame française offre une longueur de 36 mètres avec une possibilité d'évoluer à 48 mètres. Ainsi, elle peut monter sa capacité de 286 à 386 voyageurs.

"Nous avons demandé à nous fournir des rames permettant une capacité PPHPD (personnes par heure et par direction, ndlr) de 5 000 au lancement, avec une possibilité de pourvoir la faire évoluer jusqu'à 10 000 PPHPD. Notre investissement pour cette future infrastructure vise une performance jusqu'à 15 000 PPHPD sur cette troisième ligne de métro à Toulouse. À titre de comparaison, nous allons jusqu'à 10 500 sur la ligne A et 8 200 sur la ligne B", décrypte Jean-Michel Lattes.

troisième ligne de métro

Le futur intérieur des rames de la troisième ligne de métro de Toulouse / (Crédits : image non contractuelle Alstom/rcp).

Si ces rames offrent une capacité plus importante grâce à une largeur revue à la hausse, en comparaison aux deux lignes actuelles, d'autres nouveautés sont à répertorier. En plus d'une vitesse commerciale plus importante (41 km/h), environ 20% de places assises seront assurées et quatre places PMR par rame seront garanties. Enfin, en termes de confort, les rames d'Alstom offriront un système de climatisation, tout en permettant la circulation entre les voitures (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui). Par ailleurs, l'acoustique intérieure sera optimisée et la vidéosurveillance sera intégrée à la livraison.

Un contrat qui comprend la maintenance

Alstom propose ainsi cet équipement novateur contre 713 millions d'euros hors taxe, "un bon prix", selon Jean-Michel Lattes, permis grâce à la concurrence et une économie de plus de 85 millions d'euros pour Tisséo bienvenue en ces temps difficiles, face à la chute du versement transport (taxe payée par les entreprises locales en fonction du nombre de salariés, ndlr). Mais ce prix ne comprend pas que la conception de ces nouvelles rames de la troisième ligne du métro de Toulouse.

Lire aussi : Troisième ligne de métro : quel est le tracé définitif choisi par Tisséo ?

"Afin de maîtriser les coûts, cet appel d'offres a été émis sous la forme d'un marché global de performance qui associe la conception, la production et la maintenance des rames. Une pratique que nous avons utilisée pour le futur téléphérique urbain et qui va permettre d'éviter les difficultés que nous connaissons avec les escaliers automatiques et électriques dans les stations de métro", fait savoir le président de Tisséo.

Désormais, Tisséo va travailler avec Alstom pour lancer en 2021 les appels d'offres pour les marchés de génie civil, une autre étape déterminante qui sera menée conjointement à l'enquête publique sur les conséquences environnementales de ce projet.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/11/2020 à 18:42
Signaler
Protectionnisme français, il n'y a aucune autre raison pour choisir Alstom.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.