Régionales : quand (le candidat ? ) Barnier soutient le candidat Pradié (LR) en Occitanie

À une dizaine de jours du premier tour des élections régionales en Occitanie, le candidat (LR) Aurélien Pradié a enregistré le soutien de Michel Barnier, le négociateur en chef de l'Europe sur le Brexit qui pense à l'élection présidentielle de 2022.

5 mn

Pour matérialiser le soutien de Michel Barnier à Aurélien Pradié dans ces élections régionales, le duo a visité la Cité de l'Espace à Toulouse, jeudi 10 juin.
Pour matérialiser le soutien de Michel Barnier à Aurélien Pradié dans ces élections régionales, le duo a visité la Cité de l'Espace à Toulouse, jeudi 10 juin. (Crédits : Rémi Benoit)

Ces derniers mois, ces dernières années, il a pris le surnom de "Monsieur Brexit". Et pour cause, Michel Barnier a, pendant ces cinq dernières années, négocié dans tous ses aspects et les moindres détails la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, en tant que négociateur en chef de l'institut aux 27 États membres.

Cette tâche désormais terminée, Michel Barnier admet désormais avoir "besoin de revenir sur le terrain", et plus particulièrement en France, pays où il a été quatre fois ministre. C'est ainsi qu'il était à Toulouse, jeudi 10 juin, notamment pour soutenir Aurélien Pradié, le candidat LR aux élections régionales en Occitanie. La suite du planning était assez chargée pour celui qui a aussi été commissaire européen : séance de dédicaces de son nouveau livre "La grande illusion journal secret du Brexit" à la librairie Privat de Toulouse, rencontre avec le maire de la ville Jean-Luc Moudenc et le lendemain visite de soutien aux candidats de son parti pour les élections départementales à Cintegabelle... Un programme de prochain candidat à l'élection présidentielle de 2022 diriez-vous ?

"Je ne peux pas dire cela maintenant, mais c'est vrai que je veux prendre ma part dans ce débat... (...) L'élection présidentielle est un chemin long dans lequel il faut trouver l'unité de sa famille politique", répond Michel Barnier qui perçoit "un sentiment populaire, un sentiment d'abandon" au fil de ses déplacements.

Lire aussi 12 mnRégionales : Qui est Carole Delga, celle qui veut prendre part au débat en 2022 ?

"Une bataille difficile"

Pour le moment, l'heure est aux élections régionales, dont le premier tour est fixé au dimanche 20 juin puis le second le 27. À une dizaine de jours de cette première manche, le candidat du parti Les Républicains en Occitanie est dans une situation complexe. Il y a quelques jours, un sondage IFOP pour La Tribune le plaçait en troisième position, avec 14% des intentions de vote, mais loin derrière Jean-Paul Garraud (RN-30%) et Carole Delga (PS-26%). Une tendance confirmée par un autre sondage, publié mercredi 9 juin.

Lire aussi 10 mnRégionales 2021 : en Occitanie, le duel Delga (PS)-Garraud (RN) se confirme selon un sondage exclusif La Tribune-IFOP-Europe 1

"Je savais que ce serait une bataille difficile, mais les sondages ne sont là que pour impressionner les faibles. C'est une bataille pour l'honneur politique et j'ai d'autant plus face à moi les meilleures girouettes politiques", tente de se défendre le candidat Aurélien Pradié.

Néanmoins, celui qui depuis plusieurs semaines présente par thématique son programme pour l'Occitanie croit à une récompense dans les urnes. Dans ses engagements, notamment en matière d'économie, le député du Lot promet la création d'un fonds souverain régional pour soutenir les entreprises innovantes en devenant une région actionnaire ou encore des prêts à taux zéro de 50.000 euros pour les jeunes en l'échange de deux mois au service de l'intérêt général.

Lire aussi 14 mnÉlections régionales : le "projet de souveraineté économique" d'Aurélien Pradié (LR) pour l'Occitanie

"Je pense que ce que nous avons fait a fait du bien à la politique, face aux comportements intolérables de certains dans cette région. D'ailleurs, je suis sûr qu'à un moment les électeurs vont s'en rendre compte. Le vrai sondage ce sera les urnes", ajoute celui qui est aussi secrétaire général du parti Les Républicains.

Barnier Pradié

Michel Barnier souhaite qu'Aurélien Pradié "ait un rôle important dans notre pays, et avant dans cette région". (Crédits : Rémi Benoit)

Une fusion mal digérée par la population, qu'il veut exploiter

Néanmoins, dans cette première manche de la campagne électorale pour les élections régionales en Occitanie, Aurélien Pradié semble porter davantage de coups à ses opposants de la droite et du centre (Jean-Paul Garraud et Vincent Terrail-Novès), qu'à la présidente socialiste sortante Carole Delga.

Lire aussi 5 mnRégionales : Terrail-Novès (LREM) propose la mise en concession de la LGV Toulouse-Bordeaux

"Je suis là pour être le concurrent direct de la présidente sortante", assure-t-il. Durant son mandat, Carole Delga a concentré plus d'énergie à communiquer qu'à répondre aux réels besoins des habitants de cette région. Pour cette raison, nous sommes dans l'une des régions de France où les habitants se sentent le moins à l'aise", peste Aurélien Pradié.

En l'occurence, le candidat fait référence à un chiffre faisant partie du sondage exclusif IFOP pour La Tribune. À la question, "vous personnellement, comment vous définiriez-vous ?", pas moins de 49% des sondés répondent "un habitant de notre ancienne région", à savoir Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Un aspect qu'il compte bien mettre à son avantage donc face à la candidate socialiste.

Lire aussi 12 mnRégionales : les priorités des électeurs en Occitanie, selon notre sondage exclusif

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.