Jean-Luc Moudenc élu maire de Toulouse, la liste de ses adjoints

 |   |  780  mots
Jean-Luc Moudenc a été élu officiellement maire de Toulouse, vendredi 3 juillet, à l'issue d'un conseil municipal.
Jean-Luc Moudenc a été élu officiellement maire de Toulouse, vendredi 3 juillet, à l'issue d'un conseil municipal. (Crédits : Pierrick Merlet)
Le nouveau conseil municipal de Toulouse a désigné, vendredi 3 juillet et sans surprise, Jean-Luc Moudenc comme le maire de Toulouse pour le mandat 2020-2026. Une formalité politique et administrative marquée par un vif échange entre l'édile et son adversaire écologiste aux dernières élections, Antoine Maurice. Par ailleurs, le maire réélu a fait savoir qu'il avait un nouveau premier adjoint. Les précisions.

À 10h49, vendredi 3 juillet, la sentence est tombée au coeur de la Salle des Illustres du Capitole de Toulouse : "Jean-Luc Moudenc ayant obtenu la majorité des suffrages, il est proclamé maire de Toulouse". Ces mots du conseiller municipal Pierre Trautmann, ayant dirigé la séance d'installation du nouveau conseil municipal de la Ville rose car il est l'élu le plus âgé de la nouvelle assemblée, marquent la fin officielle du chapitre de ces élections municipales 2020 atypiques.

Ainsi, après avoir obtenu 52 voix pour, un bulletin nul et 16 blancs, la tête de liste Aimer Toulouse aux élections municipales va pouvoir débuter son troisième mandat à la tête de la quatrième ville de France, dont l'écosystème est fragilisé par la crise rencontrée par la filière aéronautique. Un défi de taille qu'il devra surmonter aux côtés d'un conseil municipal de 69 membres en partie renouvelé. Pas moins de 24 nouveaux visages sont à dénombrer au sein de la majorité municipale composé de 53 membres, contre 11 du côté d'Archipel Citoyen, sur un total de 16 élus.

"Pour Toulouse, enfilons tous le même maillot"

Après ce vote à bulletin secret, par petits groupes d'élus afin de respecter les gestes barrières, Jean-Luc Moudenc a tenu un discours liminaire au cours duquel il a à plusieurs reprises qualifié son opposition de "minorité", comme une façon de rappeler sa récente victoire en ayant récolté presque 52% des suffrages exprimés. Une majorité relative mais suffisante pour conserver son écharpe, après une campagne électorale pour le moins offensive.

"Je serai un maire de rassemblement (...) Il y a un temps de débats, débats qui ont été vifs (...) Mais on peut rassembler les Toulousains en étant parfaitement fidèles à ses convictions et pour cela, il faut écouter ceux qui ont des convictions différentes des nôtres (...) Désormais, pour Toulouse, enfilons tous le même maillot", a déclaré Jean-Luc Moudenc devant la nouvelle assemblée.

Des propos non sans sous-entendus mais avec aussi une main tendue, que le nouveau chef de l'opposition municipale, Antoine Maurice, a repoussé en rappelant le contexte dans lequel s'est déroulée la campagne d'entre-deux tours.

"Vous avez joué sur les peurs. Je déplore la campagne de caniveau qui n'a pas été à la hauteur des enjeux pour notre ville et qui, outre des caricatures sur notre vision, a laissé place à des attaques personnelles, des attaques diffamatoires, jusqu'à l'homophobie. Tout cela restera une tâche indélébile. La campagne que vous avez mené a contribué à fracturer Toulouse et diviser les Toulousains. Il vous appartient désormais de les rassembler autour d'un projet fédérateur", lui a-t-il répondu.

Une prise de parole et de position peu appréciée par le maire réélu, évoquant la tradition républicaine de ne pas refaire la campagne électorale lors de l'élection du maire, tout en ligne "l'attitude de mauvais perdant" d'Antoine Maurice, avant de conclure : "vous avez perdu, point final !".

Un nouveau premier adjoint

Ce premier conseil municipal a donc légèrement tourné au règlement de comptes après avoir commencé dans une bonne ambiance malgré les conditions inédites dans sa tenue. Ce qui n'a pas empêché d'aller à l'essentiel en nommant les adjoints, 26 au total, comme lors du précédent mandat (2014-2020). Et fait notable, le premier adjoint pour ce mandat 2020-2026 ne sera plus Jean-Michel Lattes, mais Daniel Rougé, adjoint à la Santé et aux Solidarités lors du précédent mandat et non encarté à un parti politique.

"Jean-Michel Lattes a souhaité être déchargé de cette fonction pour se consacrer à la troisième ligne de métro", a tenu à rassurer Jean-Luc Moudenc, qui sera le chantier majeur en termes de mobilité de ce nouveau mandat.

Néanmoins, celui qui devrait continuer à présider le syndicat mixte des transports en commun Tisséo sera 3ème adjoint, juste derrière Laurence Arribagé (LR), anciennement adjointe aux Sports. Après ce duo, l'ancienne présidente du pôle de compétitivité Aerospace Valley, Agnès Plagneux-Bertrand est 4ème adjointe, suivie par le monsieur finances Sacha Briand. D'autres nouveaux visages comme Cécile Dufraisse (20ème), Isabelle Ferrer (22) ou encore Maxime Boyer (23) seront également adjoints. Reste à définir leurs délégations, qui seront connues lors du prochain conseil municipal du 10 juillet. Mais déjà, Jean-Luc Moudenc a fait savoir qu'il n'y aurait pas de délégation au développement durable et qu'il assurerait lui-même la coordination de cette politique. Une manière de verdir davantage son image ?

Lire aussi : Municipales : comment Jean-Luc Moudenc, à Toulouse, a résisté à la vague verte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2020 à 10:35 :
Ha ça pour se féliciter chaudement et s'applaudir ils sont forts ya pas à dire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :