Municipales : "Je serai le maire du renouveau démocratique" à Toulouse (A.Maurice)

 |   |  688  mots
Antoine Maurice, le candidat écologiste aux élections municipales à Toulouse, a bon espoir pour dimanche.
Antoine Maurice, le candidat écologiste aux élections municipales à Toulouse, a "bon espoir pour dimanche". (Crédits : Rémi Benoit)
Pour sa dernière conférence de presse de candidat aux élections municipales à Toulouse, mercredi 24 juin, Antoine Maurice a tenu à insister sur le renouveau démocratique et l'éthique. Il veut surtout mobiliser les électeurs après la vague de soutiens publics reçus ces derniers jours. Les précisions.

À quatre jours du second tour des élections municipales à Toulouse, et partout en France, l'heure est à l'appel à la mobilisation dans le camp d'Archipel Citoyen. "Nous sommes à la veille d'un tournant décisif (...) C'est la mobilisation qui donnera le résultat, maintenant reste à savoir la mobilisation pour quel monde ?" lance Antoine Maurice, tête de liste d'Archipel Citoyen dans la Ville rose.

L'écologiste le sait, selon le dernier sondage BVA pour La Tribune, la participation pourrait tourner autour des 50% dans la quatrième ville de France, mais les électeurs sûrs d'aller voter sont certains de leur choix. Alors pour espérer l'emporter, il faut tenter de mobiliser ceux qui comptent s'abstenir ou voter blanc dimanche 28 juin. Pour y parvenir, le candidat écologiste de Toulouse veut jouer sur l'impression de fraîcheur.

Lire aussi : Municipales : Maurice en pôle position face à Moudenc, à Toulouse

"Jean-Luc Moudenc, c'est le candidat du monde d'avant. Il est élu à Toulouse depuis 1987, quand j'étais au CP et que j'apprenais à lire (...) Enfin, je ne cumulerai pas mon mandat d'élu avec un emploi si je suis élu", pique Antoine Maurice.

Une allusion directe aux révélations du livre "Les Voraces", de Vincent Jauvert, aux éditions Robert Laffont, publié en début d'année 2020. Cet ouvrage a notamment révélé que Jean-Luc Moudenc, en plus de ses fonctions d'élu, cumule un poste de contrôleur au sein d'une branche de Bercy, le CGefi. Un point sur lequel avait notamment appuyé durant sa campagne Franck Biasotto, tête de liste de Toulouse Belle&Forte qui a obtenu près de 3% des suffrages.

Lire aussi : Municipales : Biasotto dévoile sa liste et attaque Moudenc pour son opacité

Franck Biasotto

Franck Biasotto avait appuyé sur les révélations du livre "Les Voraces" au cours de sa campagne électorale (Crédits : Rémi Benoit).

Renforcé par une vague de soutiens

Celui qui promet ainsi d'être "le maire du renouveau démocratique" à Toulouse a profité de sa dernière conférence de presse de candidat, mercredi 24 juin, pour rappeler certains, de ce que Antoine Maurice considère être, de ses engagements forts. Le candidat a ainsi garanti l'encadrement des loyers, la restauration d'une tarification sociale dans les services publics (transports en commun et cantine scolaire) ou encore la création de 20 000 emplois-climat sur le prochain mandat en soutenant par la commande publique les filières de la rénovation énergétique, de l'agroalimentaire, du recyclage et de la construction notamment.

Lire aussi : Transports, logements, emplois... Comment Maurice veut faire de Toulouse une ville verte

À 48 heures de la clôture officielle de cette campagne électorale, atypique et sans meeting, le candidat aux élections municipales a surtout voulu se montrer confiant après avoir engrangé de multiples soutiens publics ces dernières jours. Il y a tout d'abord eu la présidente PS de la Région Occitanie, Carole Delga et tout récemment Franck Biasotto, pourtant issu de la majorité sortante de Jean-Luc Moudenc, qui appelle à voter Archipel Citoyen. Au contraire de ses alliés du premier tour, le MoDem, qui appelle "ses électeurs à la responsabilité en ne votant pas pour la liste portant le programme de La France Insoumise", composante de la liste portée par Antoine Maurice. Mais ce dernier a surtout la visite de plusieurs cadres nationaux des composantes de son collectif, mardi 23 juin. Ainsi Benoit Hamon (Génération-S) était présent, tout comme la députée Clémentine Autain (LFI), Ian Brossat (adjoint PCF à la mairie de Paris), Noël Mamère, Corinne Narassinguin (secrétaire nationale du Parti Socialiste) et Sandra Régol (secrétaire nationale adjointe EELV).

Archipel Citoyen

Antoine Maurice a fait une déambulation dans la Ville rose, mardi 23 juin, aux côtés de ses soutiens (Crédits : Rémi Benoit).

"Archipel renonce à sa dimension citoyenne en faisant venir des hiérarques qui vont dire aux Toulousains pour qui voter dimanche", a réagi non sans malice son adversaire et maire sortant. Reste à savoir maintenant si les électeurs choisiront "l'alchimiste Antoine Maurice" ou "le bon élève de la macronie Jean-Luc Moudenc", selon les définitions de Benoit Hamon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :