Municipales : Maurice enregistre le précieux soutien de Carole Delga à Toulouse

 |   |  1023  mots
À cinq jours du second tour des élections municipales à Toulouse, Carole Delga apporte son soutien au candidat écologiste Antoine Maurice.
À cinq jours du second tour des élections municipales à Toulouse, Carole Delga apporte son soutien au candidat écologiste Antoine Maurice. (Crédits : rémi Benoit)
Après plusieurs jours d'échanges entre les deux, la présidente (PS) du Conseil régional d'Occitanie a apporté publiquement son soutien au candidat écologiste d'Archipel Citoyen aux élections municipales à Toulouse, Antoine Maurice, lundi 22 juin. Malgré leur désaccord sur l'important dossier de la LGV Bordeaux-Toulouse, tous deux se retrouvent sur de nombreux points, comme l'alimentation, à l'image de leur visite commune dans un maraîchage bio de Toulouse. Les précisions.

"Chacun à ses amitiés, ses alliances et ses obligations et je respecte les personnes qui honorent leurs obligations...", lâche avec le sourire le maire sortant de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, quand il évoque le tout frais soutien de Carole Delga à son adversaire au second tour des élections municipales, Antoine Maurice.

"Avant de m'obliger à faire quelque chose vous savez... Ce n'est pas un engagement de complaisance, ou d'obligation. Je suis une femme de gauche et je suis fidèle à mes valeurs. Surtout, je suis une fervente partisane de l'union de la gauche. Antoine Maurice et moi faisons partie d'une gauche réformiste, humaniste, écologiste et entrepreneuriale", lui répond la présidente (PS) du Conseil régional d'Occitanie aux côtés d'Antoine Maurice.

Les mots sont soigneusement choisis et le lieu dans lequel ils sont prononcés n'est pas anodin. Pour afficher fièrement cette alliance politique, le rendez-vous était donné en fin de journée, lundi 22 juin, à la Ferme de Borde Bio à Toulouse, qui propose aux habitants des fruits et légumes de saison bio à la vente au détail, sur une surface de 2,5 hectares en plein coeur de la ville.

Delga Maurice

Pendant près d'une heure, Carole Delga et Antoine Maurice ont visité ce maraîchage bio aux côtés de Florent Sassé, le patron des lieux (Crédits : Rémi Benoit).

L'exploitation qui alimente plusieurs centaines voire milliers de personnes par semaine, emploie à l'année (hors saisonniers) sept personnes à temps plein. Une réussite à la fois entrepreneuriale et agricole illustrant la volonté d'Antoine Maurice et Archipel Citoyen qui veulent développer la ceinture maraîchère sur la métropole toulousaine. C'est un point commun avec Carole Delga et sa collectivité qui ont voté quelques temps en arrière un grand plan pour l'alimentation afin de développer notamment le consommer local (ou régional).

"Il est impossible que la ville de Toulouse et sa métropole ne subviennent seules à leurs besoins alimentaires. Nous aurons besoin de coopérations fortes avec tous les territoires voisins et de l'Occitanie pour développer cette alimentation locale et de qualité", tient à ajouter Antoine Maurice qui se dit "ravi" d'être aux côtés de l'élue.

Une rencontrée en privé quelques jours plus tôt

Mais avant d'en arriver à cette parfaite idylle entre Carole Delga et le candidat écologiste aux élections municipales à Toulouse, tout n'a pas été si évident.

Tout d'abord, l'élue régionale a soutenu lors du premier tour "sa" vice-présidente en charge du Développement Économique, de l'Enseignement supérieur, de l'Innovation et de la Recherche, Nadia Pellefigue. Cette dernière, qualifiée pour le second tour avec près de 19% des voix, a alors tenté de fusionner avec la liste d'Antoine Maurice, sans succès. Par conséquent, celle-ci a fait le choix de se retirer du scrutin.

Lire aussi : Municipales : les raisons du retrait de Nadia Pellefigue à Toulouse

Dans le même temps, Carole Delga s'est affichée publiquement dans le centre-ville de Toulouse un samedi après-midi avec le maire sortant et candidat à sa réélection, Jean-Luc Moudenc, lors d'une déambulation avec pour thème le soutien aux commerçants. Une visite qui a mis le doute chez certains membres d'Archipel Citoyen quant à un éventuel soutien de la présidente de la Région Occitanie qui ne manque pas de souligner qu'elle a travaillé "en bonne intelligence" ces dernières années avec Jean-Luc Moudenc. Mais tout est rentré dans l'ordre avec une entrevue entre Carole Delga et Antoine Maurice, en début d'après-midi, vendredi 19 juin.

"Avant de nous exprimer ensemble, nous avions besoin d'échanger. Mais je tiens à dire que cette entrevue  n'a pas été une négociation mais bien un échange de travail sur un projet commun (...) Nous nous retrouvons sur le besoin d'avoir un nouveau mode de développement, à tous les niveaux, qui soit plus juste pour les citoyens et plus durable, et surtout équitable sur tous les territoires. Il faut stopper l'hypermétropolisation", lance Carole Delga, qui souligne que tous les sujets ont été abordés.

Delga Maurice

La visite s'est terminée par une conférence de presse avec les deux élus (Crédits : Rémi Benoit).

L'épineux sujet de la LGV Toulouse-Bordeaux

Si les deux protagonistes sont en accord sur leur vision de l'économie, la liberté de manifester, l'éducation, l'alimentaire, l'environnement et la rénovation énergétique et sur le rail, mais en partie seulement.

"Je partage, avec Antoine Maurice, l'idée d'une autorité régulatrice des transports à l'échelle de la région. Je souhaite ainsi un vrai RER toulousain sur la zone d'attractivité de Toulouse car le périmètre d'action de Tisséo (autorité régulatrice des transports à l'échelle métropolitaine, ndlr) n'est pas adapté au périmètre des flux entrants et sortants", met en avant Carole Delga.

Si sur le RER et la gouvernance des transports le consensus est présent, en revanche cela n'est pas encore le cas sur la LGV Toulouse-Bordeaux, pour laquelle Antoine Maurice et Archipel Citoyen sont opposés, l'estimant trop onéreuse avec une nouvelle taxe sur les acteurs économiques tout en proposant un réaménagement de la ligne existante.

"Si on me demande d'ajouter un train en heure de pointe sur le tronçon Toulouse-Montauban (pour le RER, ndlr), je peux pas car la ligne actuelle est saturée. C'est pour cette raison que je défends le projet d'une seconde ligne, réservée aux TGV. Mais c'est un sujet sur lequel nous débattrons en toute transparence et qui fera l'objet d'une construction collective", poursuit l'élue régionale.

Lire aussi : LGV Bordeaux-Toulouse : les opposants déboutés par la Cour d'appel de Bordeaux

Malgré ce désaccord, c'est un soutien bienvenu pour Antoine Maurice et Archipel Citoyen à cinq jours du second tour des élections municipales, le dimanche 28 juin. Pour mémoire, selon le récent sondage exclusif BVA pour La Tribune, Antoine Maurice est pour l'instant devant son rival, d'une courte tête, avec 51% des intentions de vote.

Lire aussi : Municipales : Maurice en pôle position face à Moudenc, à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :