Municipales : Moudenc relance sa campagne par un "meeting"

 |  | 668 mots
Jean-Luc Moudenc, candidat à sa réélection aux élections municipales à Toulouse, veut mobiliser les abstentionnistes du 1er tour.
Jean-Luc Moudenc, candidat à sa réélection aux élections municipales à Toulouse, veut mobiliser les abstentionnistes du 1er tour. (Crédits : Rémi Benoit)
Le maire sortant de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a repris pleinement son costume de candidat à sa réélection mercredi 3 juin, en tenant une conférence de presse au milieu d'une terrasse d'un bar toulousain face au Capitole. Une manière pour lui de remobiliser son électorat qui lui a fait défaut au 1er tour, le mettant ainsi en difficulté face à Archipel Citoyen. Contrairement à son adversaire, il ne change pas son projet pour s'adapter à la crise sanitaire mais le candidat a dessiné trois priorités. Les détails.

Avec le Capitole en arrière plan, au milieu d'une terrasse d'un réputé bar de la Ville rose bondé de Toulousains, derrière un pupitre équipé de micros, le décor pouvait-il être plus parfait ? C'est dans cette mise en scène que le maire sortant de la ville et candidat à sa réélection, Jean-Luc Moudenc, a tenu une "déclaration solennelle de second tour des élections municipales", mercredi 3 juin. Une manière pour lui de contourner l'interdiction des réunions publiques et surtout "mettre en garde les Toulousains" contre une "union bancale, imparfaite et insincère", menée par l'EELV Antoine Maurice.

Lire aussi : Municipales : comment la gauche a obtenu laborieusement son union à Toulouse

"Le 28 juin, votre vote sera bien plus important que d'habitude pour une élection municipale (...) Parce que l'alternative proposée inclut des forces d'extrême-gauche particulièrement dangereuses, dont je dénonce le silence complice face aux violences (en référence aux diverses manifestations qui ont impacté notamment les commerçants ces derniers mois dans le centre-ville de Toulouse, ndlr)", a-t-il lancé.

Après plusieurs autres sorties médiatiques récentes, la stratégie de Jean-Luc Moudenc est claire : jouer sur la peur et la crainte causée par certaines forces composantes d'Archipel Citoyen pour mobiliser son électorat.

"Je lance un appel à vous, abstentionnistes du 1er tour, pour que vous soyez cette fois-ci au rendez-vous du vote décisif, maintenant que le risque du virus est derrière nous", avant de déclarer quelques minutes plus tard dans une séquence de questions-réponses : "nous avons étudié le taux d'abstention de chaque bureau. Nous allons aller chercher les abstentionnistes (...) L'électorat qui est traditionnellement à nos côtés nous a fait particulièrement défaut au 1er tour", admet l'élu sortant.

Jean-Luc Moudenc

Jean-Luc Moudenc s'est exprimé au milieu des Toulousains (Crédits : Rémi Benoit).

Il est vrai que le 15 mars dernier, Toulouse a enregistré un record de participation historiquement bas, enregistré à 36,6%. Des statistiques qui avaient plongé le camp du maire sortant en grande difficulté face à une gauche qui préparait alors l'union de ses trois listes, qui avaient récolté un total de 52% des voix. Devant cette situation inconfortable, Jean-Luc Moudenc avait alors déclaré que l'élection "était faussée" par l'épidémie qui montait à une vitesse grand V dans le pays.

Un programme inchangé mais des priorités

Contrairement à la liste d'Archipel Citoyen qui entend améliorer son programme pour tenir compte de la crise sanitaire qui devient progressivement une crise social et économique, la liste Aimer Toulouse n'entend pas adopter une stratégie similaire.

"Notre projet du 1er tour reste valide. Mais la crise commande de prioriser, alors nous avons déterminé trois priorités pour lesquelles nous y consacrerons l'essentiel de nos efforts", explique Jean-Luc Moudenc.

Ce dernier érige ainsi en défi majeur du prochain mandat la question de l'emploi en misant sur l'innovation et la relance économique par les grands travaux.

"Nous construirons le projet le plus écologique de France, la troisième ligne de métro, qui va permettre la création de plusieurs milliers d'emplois sur plusieurs années. Nous obtiendrons la ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux et nous construirons des routes adaptées à tous les modes de déplacement", lance le candidat.

Celui qui est notamment soutenu par LR et LREM entend également mettre "plus de santé dans tous les quartiers", grâce notamment à la réalisation d'un réseau de maisons de santé dans tous les quartiers de Toulouse. Dernière priorité, "renforcer l'ordre à Toulouse". Le candidat, s'il est élu compte ainsi intensifier les patrouilles de police municipale en renforçant ses effectifs et amplifier le réseau de caméras de vidéosurveillance. Ses trois priorités phares seront-elles suffisantes pour remobiliser son électorat ? S'il veut garder son écharpe, il le faudra. Un sondage dévoilé vendredi 29 mai donnait Archipel Citoyen en tête avec 52% des votes contre 48% pour le maire sortant. "Le résultat final est incertain", reconnaît-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2020 à 10:46 :
un second tour qui pose plusieurs questions politiques majeures :

l'extrême gauche accusée de collision avec les réseaux séparatistes sous influence des << Frères Musulmans>> va -t-elle faire le plein à Toulouse?
l'électorat traditionnel du PS et du MRG peut -t-il soutenir cette extrême gauche?
Comment rassurer les salariés de l'aéronautique en étant contre le maintien d'une activité des transports aériens?
OUI! les gauches sont devant leurs contradictions
OUI! les droites le sont également
Jean-Luc MOUDENC a les moyens de rassurer un électorat des centres de droite et de gauche par un programme réaliste au service de tous les Toulousains.
Son adversaire principal: l'abstention de son électorat.
Quant au PS, il est toujours embourbé dans ses contradictions.et le met en difficultés pour les Régionales l'année prochaine.
Réponse de le 07/06/2020 à 15:09 :
Archipel Citoyen n'est pas l'extrême-gauche ... Archipel Citoyen fédère surtout des citoyens qui en ont marre des partis et des tenanciers de la politique traditionnelle. Les partis sont venus chez Archipel après sa création, par peur de perdre leurs places effectivement ... Il faut encore faire avec quelques temps, mais ce n'est que le début ;-)
Archipel Citoyen propose une vraie démocratie avec des consultations et des décisions qui pourront être prises par les habitants. C'est avant tout cela le grand changement qui est proposé. Tout le monde en a marre des promesses non tenues, des faux projets... Faisons la politique nous-même, au quotidien, et prenons la parole ... En tant qu'habitant je me réjouis que ce nouveau mouvement apparaisse et me permette enfin de m'exprimer. Jusqu'à présent, on a beau écrire à son maire de quartier, on a beau se réunir avec le comité local du quartier, on a beau signer des pétitions ... on a toujours autant de pollution, autant de pauvreté, autant de quartiers donnés aux promoteurs immobiliers, autant de grands projets inutiles comme un gratte-ciel énormissime juste à côté de la belle gare Matabiau et du canal du midi classé à l'UNESCO ... Bref, nous ne sommes jamais entendus. Enfin, du changement, c'est vraiment réjouissant !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :