Informatique : en pleine croissance, LeHibou ouvre un bureau à Toulouse

La startup LeHibou propose depuis 2016 une plateforme en ligne qui met en relation des freelances avec des recruteurs. Celle-ci a la particularité de se spécialiser sur les métiers de l’informatique. Après une année 2020 fructueuse, l’entreprise annonce l’ouverture d’un bureau à Toulouse.

6 mn

Après Paris et Bordeaux, c'est Toulouse qui accueillera une équipe commerciale de la société LeHibou à partir du mois de mai.
Après Paris et Bordeaux, c'est Toulouse qui accueillera une équipe commerciale de la société LeHibou à partir du mois de mai. (Crédits : LeHibou)

"Nous sommes la seule plateforme (de freelance informatique, ndlr) qui souhaite se développer en région. Plutôt que de partir en Allemagne ou en Grande-Bretagne, nous avons préféré investir sur la relation avec nos clients en France", indique Benjamin Lebailly, directeur régions LeHibou à La Tribune. Pour la première fois, une plateforme nationale de mise en relation de freelances avec des recruteurs s'implante physiquement à Toulouse.

Après Bordeaux en septembre 2020, c'est donc la Ville rose qui accueillera une petite équipe de deux commerciaux. L'ouverture du bureau est programmée pour le 15 mai dans un local situé à quelques pas de la place du Capitole. Trois autres postes devraient y voir le jour en 2022. Ils s'ajouteront aux 30 salariés que compte déjà l'entreprise.

Derrière l'ouverture du bureau, plusieurs objectifs

LBLH

Benjamin Lebailly est au poste de directeur régions chez LeHibou. (Crédits : LeHibou)

Ce choix peut sembler audacieux en pleine crise économique. Il s'explique pourtant par le modèle hybride de l'entreprise : la startup propose d'une part une plateforme numérique qui permet aux freelances qui s'inscrivent de gagner en visibilité (25% de son modèle commercial), et s'apparente d'autre part à une société de services traditionnelle chargée de trouver la pépite qui conviendra pour l'une des missions proposées par ses 400 clients grands comptes (75% du modèle). Parmi eux, des recruteurs qui travaillent pour Axa, GRDF ou encore BNP Paribas. LeHibou pourrait donc collaborer avec ces acteurs dans la région Occitanie grâce à l'ouverture du bureau toulousain.

"Il y a des clients qui sont présents dans plusieurs villes en France et qui nous demandent un accompagnement hors de Paris, il y a des sociétés qui n'acceptent de travailler qu'avec des acteurs locaux, et puis, on sait qu'une implantation au niveau local tend à renforcer la notoriété de l'entreprise", explique Benjamin Lebailly.

Cette décision de la société est donc motivée par un besoin de développer le portefeuille de clients grands comptes en région mais aussi par celui d'agrandir sa communauté de freelances occitans. Pour l'heure, la plateforme numérique compte 800 freelances toulousains inscrits sur son site et 1.500 en Occitanie. Des chiffres qui correspondent aux réalités du marché toulousain d'après la fondatrice du réseau de freelances La Collab.

"Pour que ce soit significatif à Toulouse, à mon sens il faudrait qu'ils aient au moins 800 ou 1.000 profils pour intéresser des grands groupes. C'est le bon socle pour démarrer", indique Laura Strelezki, fondatrice du collectif La Collab.

À Toulouse, LeHibou est donc en capacité de devenir un acteur important dans le secteur de l'IT (technologies de l'information). Elle espère atteindre 1.500 freelances à Toulouse et 3.000 en Occitanie d'ici à l'été 2022 grâce à cette implantation régionale.

Avec la crise, le freelancing connaît un regain d'intérêt dans la région

Du côté des inscriptions sur la plateforme, l'entreprise a enregistré une progression mensuelle de son nombre de consultants de +20% entre 2019 et 2020. Une croissance à deux chiffres qui ne s'observe pas dans toutes les métropoles françaises couvertes par la société. Toulouse, qui fait partie des bassins d'emplois dépendants de l'aéronautique qui ont été très impactés par la crise, est donc en ce sens une véritable opportunité pour LeHibou, puisque d'anciens salariés choisissent d'adopter un modèle indépendant en guise de reconversion.

"Nous avons accompagné beaucoup de personnes qui sont parties d'Airbus et qui ont choisi la voie du freelancing. Nous les aidons à bien structurer leur activité, qu'elles travaillent avec nous par la suite ou pas. En lien, nous avons proposé à une société occitane d'être leur partenaire dans le cadre d'un plan de départs volontaires pour aider certains salariés qui voudraient créer leur entreprise dans le monde de l'informatique. Mais le passage en freelance doit avant tout être un choix et pas une activité subie", fait remarquer Benjamin Lebailly.

Laura Strelezki, fondatrice du collectif de freelances toulousains La Collab, confirme cette tendance à la reconversion. Elle l'explique notamment par une meilleure acceptation du statut d'indépendant dans les structures de formation et dans les entreprises.

"Les formations de reconversion sont beaucoup plus ouvertes à suggérer le freelancing. Avant, elles poussaient plus à la recherche d'un emploi, mais désormais ces formations sensibilisent aussi au fait qu'il y a d'autres voies. Les entreprises, elles, se sont habituées au télétravail et à la visio. Elles sont plus facilement capables, avec les outils qu'elles ont mis en place pour leur structure interne, de manager aussi des ressources externes. Les transformations du monde du travail pendant la crise ont donc accompagné l'accroissement du freelancing", explique Laura Strelezki, fondatrice du collectif d'indépendants La Collab.

Au-delà des nouveaux consultants qu'elle pourrait dénicher grâce à certains effets de la crise, LeHibou entend profiter de son arrivée dans la région pour mettre fin aux incompréhensions qui subsistent autour du métier de freelance et des plateformes comme celle-ci.

"Pour les sociétés, l'intérêt de faire appel à un acteur comme nous est qu'elles vont gagner énormément de temps. Nous savons exactement où en est le marché à l'instant T, que ce soit au niveau des disponibilités, de la capacité à trouver rapidement un profil correspondant aux missions ou du suivi financier des coûts", explique le directeur régions LeHibou.

Laura Strelezki complète et affirme que le freelancing répond aux besoins des entreprises en cette période particulière : "Il leur faut des experts dans leurs domaines, qui soient flexibles en terme de temps, et cela afin de maitriser leurs coûts de masse salariale ou de prestation". Partant de ce constat, la société parisienne LeHibou a maintenu son souhait d'installation en province.

2020 : une année record pour LeHibou

Si la décision a été prise avant la crise sanitaire selon Benjamin Lebailly, elle a sans nul doute été confirmée par l'incroyable progression de l'entreprise en 2020 (15 millions d'euros de chiffre d'affaires, 250.000 euros de résultat). LeHibou a effectivement su tirer bénéfice d'une pandémie qui l'a pendant un temps affaiblie.

"Le nombre de demandes (missions proposées, ndlr) a chuté de 70% sur les quatre à cinq mois qui ont suivi le début du premier confinement. Ensuite, les choses se sont améliorées car beaucoup de clients ont choisi de maintenir les prestations de freelances plutôt que celles des cabinets de conseil. Il y a eu un effet d'empathie de leur part. Ils se sont interrogés sur le fait de savoir qui serait le plus impacté", indique Benjamin Lebailly.

La startup affirme avoir multiplié son activité par trois dans la région Occitanie en 2020. LeHibou s'attend à clôturer l'année 2021 avec un chiffre d'affaires de trois millions d'euros en Occitanie (25 millions à l'échelle nationale). Un montant qu'ils souhaitent doubler en un an grâce à l'ouverture du bureau toulousain. Ce dernier a d'ailleurs pu être envisagé grâce à une levée de fonds opérée en 2020 d'1,8 millions d'euros auprès de ses investisseurs historiques. Cette somme servira également au déploiement d'une refonte du site LeHibou, qui se voudra pour l'occasion plus collaboratif, et à l'ouverture des bureaux de Lyon et Nantes prévus également en 2021. Tout cela avant une extension à l'international envisagée en 2022...

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.