Prévisions météorologiques : la startup HD Rain accélère son déploiement en France

 |  | 1028 mots
Lecture 5 min.
La startup HD Rain est propriétaire de la majorité des paraboles utilisées pour faire fonctionner ses capteurs.
La startup HD Rain est propriétaire de la majorité des paraboles utilisées pour faire fonctionner ses capteurs. (Crédits : HD Rain)
La startup toulousaine HD Rain a conçu des capteurs intelligents qui permettent de mesurer les prévisions météorologiques le tout à “haute résolution” et à bas coût. Une technologie qui a déjà séduit Météo France. D’ici la fin de l’année, elle aura installé près de 1.000 capteurs, grâce à une levée de fonds d'un million d'euros. Découverte.

Pas de brouillard pour HD Rain. Cette startup créée à Toulouse en mai 2018 a pour ambition de fournir des prévisions météorologiques plus précises géographiquement et plus détaillées que ses concurrents afin de mieux anticiper les épisodes climatiques. Le tout à moindre coût grâce à des capteurs installés sur des paraboles de télévision satellite alliés à de l'intelligence artificielle et du deep learning (méthode d'apprentissage automatique).

Fin janvier, une levée de fonds d'un million d'euros a permis à l'équipe de six salariés d'envisager plus sereinement l'avenir d'HD Rain bien que le chiffre d'affaires se soit tout de même établi à 365.000 euros en 2020. Un résultat encourageant qui est dû à un contrat signé en 2020 avec Météo France International, ancien employeur des cofondateurs Ruben Hallali et François Mercier.

Lire aussi : Space Forum : la filière spatiale "migre vers une économie de la donnée"

"Nous sommes complémentaires avec Météo France, on ne cherche pas à les remplacer. On apporte une infrastructure plus souple, plus robuste, qui peut être distribuée et qui permet d'avoir une donnée de meilleure qualité dans des zones compliquées. Dans les reliefs par exemple, où un radar météo marche assez mal, notre système prend tout son sens et coûte moins cher", fait remarquer Ruben Hallali, CEO.

Stratégie redéfinie après le Covid

Ce contrat avec Météo France International a été "structurant" pour l'entreprise, selon son cofondateur. Il concerne la Côte d'ivoire, pays où le déploiement n'est pas aussi simple qu'en France (trois nouveaux capteurs installés chaque jour). Selon le dirigeant, cette collaboration a permis de tester le système et sa robustesse, mais aussi d'anticiper davantage la production de leur solution.

Une partie des matières premières nécessaires à la fabrication des capteurs provient de Chine. Les entrepreneurs toulousains ont alors dû s'adapter pour faire face aux retards de livraison engendrés par la crise sanitaire. Ils ont ainsi réorganisé le déploiement de leurs capteurs à Abidjan en fonction de leur stock existant. Une réussite logistique qui aurait pu virer au cauchemar financier. L'entreprise en a donc tiré des enseignements et tend à faire évoluer son modèle économique. Jusqu'à présent, elle vendait principalement à ses clients de l'équipement (les capteurs) et une prestation de service associée (traitement des données et maintenance). Désormais, elle souhaite se concentrer sur le déploiement hardware de son réseau, avant de développer pleinement sur le plan commercial leurs prestations associées.

D'ici à la fin de l'année 2021, c'est un millier de capteurs météorologiques qui devraient être installés de Menton (Alpes-Maritimes) à Cerbère (Pyrénées-Orientales), grâce aux fonds d'investissement Newfund, Kima Venture et ResiliAnce. Ruben Hallali, cofondateur, s'attend ainsi à un chiffre d'affaires prévisionnel de 600.000 euros en 2021. Mais pour continuer à croître, les dirigeants savent qu'il va être nécessaire de s'étendre davantage. Ils comptent pour cela autant sur les pays riches que sur les pays émergents.

"Je trouve ça assez incroyable qu'en 2021, avec toutes les connaissances scientifiques et toutes les capacités technologiques que l'on a, on en soit encore à 70-80% des pays du monde qui sont sans possibilité d'avoir de l'information météorologique de très bonne qualité. Il y a un fossé entre la qualité des alertes reçues ici et celles reçues dans les pays en développement. Mais il va aussi y avoir un besoin très fort de données météorologiques précises en France en raison des catastrophes naturelles que nous allons continuer de connaître", explique Ruben Hallali.

Ce n'est donc pas un hasard si les compagnies d'assurance font partie des clients d'HD Rain en France.

Un indice de sévérité météorologique

Pour les acteurs liés à la gestion des eaux et aux risques d'inondations, le service a l'avantage d'actualiser les données plus rapidement que ce qui existe déjà sur le marché. Les équipes de la startup se chargent ensuite d'analyser ces données pour leur fournir un indice de sévérité météorologique. Pour les assureurs, l'objectif est d'augmenter leur niveau de satisfaction client en alertant les consommateurs d'un risque d'inondation avant que les autorités ou les médias ne le fassent. D'après Ruben Hallali, Météo France fournirait déjà un service similaire à de grands comptes, mais à l'échelle départementale. HD Rain souhaite pouvoir le faire "rue par rue et quartier par quartier". Le principe reste le même pour les conventions signées entre la startup et les SDIS (Services Départementaux Incendies et Secours) des Bouches-du-Rhône et de la Drôme, bien que les enjeux soient différents.

Lire aussi : Les drones du Toulousain Delair au service des pompiers des Bouches-du-Rhône

"Les SDIS nous mettent à disposition des espaces pour installer les capteurs sur leurs bâtiments. En échange, ils ont accès à de la donnée en temps réel sur des zones dans lesquelles ils interviennent très régulièrement et sur lesquelles ils ont une donnée qui ne s'actualise pas assez vite. [...] Par exemple, les inondations en 2020 à Lourdes étaient assez imprévisibles parce que les pluies prévues étaient assez banales. Mais avec de la douceur dans les Pyrénées et la fonte des neiges, nous avons constaté que l'indice de sévérité était assez haut. Nos clients ont donc pu anticiper ce risque", révèle le cofondateur d'HD Rain.

Si la majorité des clients d'HD Rain sont pour le moment des grands groupes et des ETI (assureurs, collectivités territoriales, agriculteurs, acteurs économiques divers...), les cofondateurs n'excluent pas le fait de s'adresser à des acteurs plus petits lorsque le produit sera "plus robuste". Ils envisagent même d'être leader européen dans les prochaines années, mais devront pour cela continuer d'accélérer leur déploiement (l'Italie et l'Espagne sont en projet). Les cofondateurs espèrent dégager un résultat net d'environ un million d'euros d'ici quatre ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :