La gigafactory dédiée aux batteries de Verkor ne s'installera pas à Rodez

 |  | 1452 mots
Lecture 8 min.
Rodez Agglo a déjà identifié un site pour accueillir Verkor, néanmoins celui-ci semble inapproprié selon nos informations.
Rodez Agglo a déjà identifié un site pour accueillir Verkor, néanmoins celui-ci semble inapproprié selon nos informations. (Crédits : Rodez Agglo)
La startup grenobloise Verkor, soutenue par un consortium d'investisseurs importants, travaille sur la construction en France d'une gigafactory dédiée aux batteries, notamment pour l'automobile. Selon nos informations, l'agglomération de Rodez a été étudiée comme lieu d'implantation potentielle, au point que les élus locaux ont déjà proposé un site pour accueillir cette usine. Seulement, la proposition et certains aspects en lien avec la desserte en transport du territoire auraient provoqué la sortie de Rodez de ce listing restreint. Explications.

Pas moins de 2.000 emplois directs et un investissement de 1,2 milliard d'euros. Voilà les chiffres vertigineux communiqués par la jeune société Verkor sur sa prochaine gigafactory, ou grande usine, qu'elle veut voir sortir de terre dès 2023. Pour garantir la pérennité d'un tel investissement, la startup grenobloise annonce vouloir révolutionner le marché mondial des batteries dédiées à la mobilité et plus particulièrement sur le segment de l'automobile. Pour ce faire, elle vient de s'associer avec Schneider Electric, EIT InnoEnergy, Capgemini et IDEC Groupe.

Lire aussi : Verkor : le projet de gigafactory passera par une "maison de la batterie" à Grenoble

Appuyé par ce consortium d'investisseurs, la jeune pousse va tout d'abord faire construire un centre d'essai et d'innovation dans la région grenobloise, contre plusieurs dizaines de millions d'euros, selon les informations de La Tribune. Parallèlement, les investigations pour arrêter le lieu d'implantation de sa gigafactory dans le sud de l'Europe se poursuivent. Verkor avait d'abord établi une première liste d'une quarantaine de sites en France, en Espagne et en Italie, dont faisait partie l'agglomération de Rodez. Dans les rangs de Rodez Agglo, on se vante ainsi de préparer "le coup du siècle" grâce à "un projet industriel bien plus gros que l'usine de Bosch à Rodez", en référence à la pré-sélection de la zone par Verkor.

"Il ne faut pas donner de faux espoir aux salariés de La Bosch"

Si cette comparaison vient naturellement à l'esprit des décideurs locaux, c'est tout sauf anodin. Depuis quelques années, le département de l'Aveyron accumule les mauvaises nouvelles concernant l'industrie et l'emploi. Plusieurs petits et moyens acteurs industriels ont fermé leurs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2021 à 16:34 :
Si c'est pas à rodez, pourquoi pas à decazeville l'installation de cette usine de batterie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :