La Région Occitanie lance son plan hydrogène vert

 |   |  618  mots
La Région Occitanie prévoit de tester le train à hydrogène d'Alstom sur la ligne Montréjeau-Luchon.
La Région Occitanie prévoit de tester le train à hydrogène d'Alstom sur la ligne Montréjeau-Luchon. (Crédits : Alstom)
En déplacement à Paris, la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, a présenté le 22 mai son plan régional pour développer l'hydrogène vert sur son territoire. Doté de 150 millions d'euros pour la période 2019-2030, ses mesures sont principalement tournées vers l'accompagnement et l'incitation à investir, dont l'élue espère qu'elles généreront un milliard d'euros d'investissement.

Après avoir présenté en 2016 son premier plan en faveur du développement de l'hydrogène, Hydeo, sur son territoire, Carole Delga a décidé d'annoncer sa nouvelle feuille de route pour cette filière d'avenir... à Paris, devant "l'enjeu national que représente cette innovation". Selon une étude de l'Association française pour l'hydrogène et les piles à combustible (Afhypac), la filière réalisera un chiffre d'affaires de 8,5 milliards d'euros en 2030, pour 40 000 emplois. Cette même organisation prévoit qu'en 2050 ce chiffre passera à 150 000, avec un poids économique de 40 milliards d'euros. Face à cette projection, Carole Delga ne veut pas laisser passer le train.

"Désormais, nous devons aller encore plus loin : il est essentiel que la Région Occitanie assume son statut de pionnière et devienne leader sur l'hydrogène vert. Ce soutien et développement de la filière s'inscrivent pleinement dans le cadre de notre politique volontariste en matière énergétique. Le plan hydrogène vert, doté de 150 millions d'euros, correspond à l'objectif que nous avons fixé, dès le début de mon mandat : devenir la première région à énergie positive d'Europe".

Lire aussi : Pourquoi la Région Occitanie mise sur la filière hydrogène

Présenté mercredi 22 mai, ce nouveau plan (pour la période 2019-2030) doit œuvrer au développement de l'hydrogène vert (hydrogène produit à partir d'énergie non fossile) en Occitanie en générant un milliard d'euros d'investissement sur le territoire. Pour cela, la collectivité locale mise sur des mesures incitatives et d'accompagnement.

Soutien aux industriels, appels à projets, acquisition de véhicules

Comme elle le fait dans le cadre du projet HyPort avec Engie, la Région Occitanie compte continuer à co-investir aux côtés des industriels et porteurs de projets via son agence Ad'Occ et l'Arec, tout en soutenant des projets de R&D (20 millions d'euros prévus sur ces premières mesures). Mais ce n'est pas tout. À l'image de sa collaboration avec plusieurs Conseils régionaux de France sur la commande de trains hybrides, la Région Occitanie compte mobiliser 45 millions d'euros pour d'autres projets inter-régions. Nul doute que la collaboration sera tournée vers une commande collective de trains fonctionnant à l'hydrogène et produits par Alstom, à Tarbes, et déjà en service en Allemagne.

Lire aussi : Le train à hydrogène va être testé près de Toulouse

Le Conseil régional occitan compte également travailler avec les collectivités locales de son périmètre géographique et des entreprises dans le cadre d'un appel à projet "Territoires H2 d'Occitanie". Ce concours dont la Région compte mobilier 10 millions d'euros doit favoriser l'émergence d'écosystèmes territoriaux locaux en faveur de l'hydrogène vert. Le lancement d'un appel à solution pour les citoyens est également prévu d'ici la fin d'année.

Au-delà de faire appel à leur matière grise, Carole Delga veut inciter les entreprises et les collectivités à acquérir des véhicules équipés d'une motorisation hydrogène (avec 25 millions d'euros). Ainsi, elle compte financer le surcoût d'investissement lié à la solution hydrogène pour les entreprises, accompagner les transporteurs pour développer leur flotte à hydrogène, rendre disponible l'éco-chèque Mobilité pour les professionnels et les taxis pour l'achat d'un véhicule à hydrogène, tout comme la Région qui compte en acquérir. Enfin, Carole Delga se dit prête à investir 50 millions d'euros dans des programmes européens qui consisteraient à développer le transport de marchandises via des camions fonctionnant à l'hydrogène.

Si son plan hydrogène vert tient ses promesses, l'Occitanie devrait compter d'ici 2030 deux usines de production, 55 stations de production et distribution, 10 électrolyseurs et la mise en service de 3 250 véhicules hydrogènes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2019 à 19:00 :
Il y a l'hydrogène vert qui est fabriqué localement avec l'énergie verte, soit le solaire, soit l'éolienne. De l'autre côté il y a l'hydrogène noir qui a été fabriqué de manière polluante, charbon, gaz ou nucléaire soit qui a été transporté par camion, diesel le plus souvent.
Les trains à hydrogène ne font que sens lorsque le concept a été réfléchit de bout en bout, autrement on utilise l'hydrogène noir.
Il faut aussi réfléchir, car entre la production et l'utilisation de l'hydrogène la perte est de 40 % environ, sans compter le transport.
Réponse de le 03/06/2019 à 9:48 :
Bonjour,

Oui, mais si on produit l’hydrogène a partir du photovoltaïque ou de l'éolien, le rendement n'est plus un sujet !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :