Pourquoi la Région Occitanie mise sur la filière hydrogène

 |   |  1786  mots
La Région a mis l'accent sur la mobilité pour valoriser la filière hydrogène
La Région a mis l'accent sur la mobilité pour valoriser la filière hydrogène (Crédits : Seiya Consulting)
La région Occitanie souhaite devenir un territoire à énergie positive à l'horizon 2050. Pour y parvenir, elle mène une politique ambitieuse en matière d'énergies renouvelables. Et mise, en parallèle, sur la filière hydrogène au travers d'une stratégie régionale.

Fortement engagée sur la question du développement durable, la Région Occitanie s'est penchée sur la filière hydrogène, également mise en avant par Ségolène Royal dans le cadre de l'appel à projets "Territoires Hydrogène" lancé en 2015, lors de son passage au ministère de l'Environnement. Présenté comme un vecteur énergétique à fort potentiel avec de multiples applications, l'hydrogène pourrait se révéler un élément essentiel dans la transition énergétique.

"Le changement climatique est l'affaire de tous. Dans le cadre de notre politique volontariste en matière énergétique, je souhaite faire d'Occitanie la première région européenne à énergie positive, d'ici 2050. Pour répondre à ce double pari de la transition énergétique et de l'innovation, je souhaite m'appuyer notamment sur la filière hydrogène", déclarait ainsi Carole Delga lors de la présentation de l'étude stratégique pilotée par Madeeli et financée par la Région et l'Ademe.

Menée par Seiya Consulting, cette étude a révélé de nombreux atouts dans la région. L'Occitanie possède en effet un historique fort en matière d'hydrogène. "Cela fait plusieurs années que des projets étaient développés, notamment dans le Tarn et l'Aveyron, au-delà de toute stratégie régionale : Vabhyogaz, Eveer Hy Pôle... Il y avait une demande de ces territoires pour que la région s'engage de façon plus claire sur cette filière", souligne Bertrand Chauvet, président du cabinet.

D'abord circonscrite au territoire de l'ex-Midi-Pyrénées, l'étude a rapidement été redimensionnée à l'échelle de la nouvelle région. Au-delà de ces projets peu médiatisés et isolés dans un écosystème qui n'était pas consolidé, la Région s'est posée la question de la pertinence d'un engagement fort dans cette filière, alors que la région Rhône-Alpes disposait d'une vraie légitimité industrielle en la matière.

"Nous avons effectué une enquête de terrain auprès des industriels, des collectivités, des PME-PMI, des laboratoires, détaille Bertrand Chauvet. Nous avons eu une centaine de retours qui nous ont permis de voir qu'il existait des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :