Retardé, le tiers-lieu de la Cartoucherie sera finalement achevé en 2023

Repoussé à plusieurs reprises, le chantier du futur plus grand tiers-lieu de France, au cœur du quartier de la Cartoucherie à Toulouse, a enfin commencé. L’occasion pour Jean-Luc Moudenc et Carole Delga d’afficher leur unité autour d’un projet inédit, qui semble indiquer ce à quoi ressembleront les quartiers de demain.

7 mn

Les halles de la Cartoucherie, autrefois dédiées à l’industrie de l’armement, abriteront bientôt le plus grand tiers-lieu de France.
Les halles de la Cartoucherie, autrefois dédiées à l’industrie de l’armement, abriteront bientôt le plus grand tiers-lieu de France. (Crédits : Rémi Benoit)

"La Halle de la Cartoucherie sera le futur plus grand tiers-lieu de France. Il déploiera 13.500m2 d'activité au quotidien, 3.000m2 de gastronomie, 3.000m2 de sport, et 3.500m2 d'espaces au service du quartier", indique Gilles Jumaire, qui manœuvre le collectif Cosmopolis depuis le départ de Sylvain Barfety (initiateur du projet).

C'est un projet très attendu par les habitants de l'éco-quartier de la Cartoucherie, non-loin du Zénith, à Toulouse. Celui d'un tiers-lieu, inspiré du LX Factory de Lisbonne, porté par le groupement d'investisseurs Cosmopolis, qui redonnera vie aux halles 121 et 128 de l'ancien site industriel de Giat Industrie. Repoussé à plusieurs reprises, le chantier a enfin débuté mi-septembre 2021, alors qu'il devait à l'origine s'achever à la fin de l'année 2019. La Tribune fait le point sur un projet de réhabilitation qui n'a cessé d'être bousculé.

Lire aussi 3 mnCartoucherie : le chantier du programme Hype Park lancé

Le financement bousculé en plein Covid

Halles-cartoucherie-2021-2

Retardés par la pandémie de Covid-19 et des désaccords entre les porteurs du projet, les travaux n'ont commencé qu'en septembre 2021 (Crédits : Rémi Benoit).

Car depuis l'accord de validation du projet datant du 10 mars 2017, le futur plus grand tiers-lieu de France a vu son agenda évoluer, particulièrement avec l'arrivée de la Covid-19. La pandémie a effectivement rabattu les cartes. Des banques qui s'étaient engagées à financer une partie des travaux se sont retirées à quelques semaines du début du chantier, prévu en août 2020. Avec elles, elles ont emporté une partie du budget qui avait été validé, laissant en suspens la réalisation de la salle de spectacle qui devait être construite non-loin des Halles.

Voyant les banques traditionnelles s'éloigner, les acteurs publics ont réagi. Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, a invité la Banque des Territoires à s'engager financièrement sur le projet, tandis que Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie s'est mobilisée pour que les banques tiennent leurs engagements.

"Deux banques s'étaient retirées suite au déclenchement de la crise sanitaire. Cela a été en partie rattrapé grâce à Carole Delga, qui est intervenue auprès d'elles pour leur indiquer que ce n'était pas normal", confie Gilles Jumaire à La Tribune.

Les coups de pression fonctionnent. Pourtant, des désaccords internes vont à nouveau retarder le début des travaux. Des membres du collectif Cosmopolis, qui sont actionnaires de la SAS Tiers-Lieu, se retirent. Parmi eux, Azalay SAS, une société détenue par Sylvain Barfety, l'homme qui tenait les manettes jusqu'alors.

La SAS Tiers-Lieu change donc d'actionnaires au cours de l'année 2021. Elle est aujourd'hui détenue par The Roof et l'UCPA, la foncière Bellevilles, Pour la route, La foncière de Watou, TMCO et Immo Retail. Du côté des banques, la Caisse d'Epargne, le Crédit Mutuel Arkea, le Crédit Coopératif et la Banque Postale participent au projet, tout comme le promoteur immobilier Redman. Tous participeront au financement du chantier, dont le coût est estimé à 31,2 millions d'euros (22 millions étaient annoncés en 2017). Ces problématiques réglées, les travaux ont pu commencer en septembre.

Réconcilier ville et campagne (et politiques ?)

En deux mois, la toiture de la halle 121 a été intégralement démontée pour ne conserver que l'ossature en béton du bâtiment. C'est donc dans ce cadre exceptionnel que Jean-Luc Moudenc et Carole Delga, accompagnés par la directrice régionale Occitanie de la Banque des Territoires, ont officialisé le début des travaux le 19 novembre.

jeanlucmoudenc-caroledelga-halles-cartoucherie

Carole Delga et Jean-Luc Moudenc observent la maquette des futures halles de la Cartoucherie, à Toulouse (Crédits : Rémi Benoit).

Ce bâtiment abritera d'ailleurs le cœur battant du projet, la halle gourmande. Dans cet espace jamais vu à Toulouse seront réunis 30 stands de restaurateurs, un bar et une brasserie. Tous les candidats sélectionnés sont issus de la région Occitanie. Un choix qui est en cohérence avec l'ambition du projet, résumée par Jean-Luc Moudenc comme "un mouvement de réconciliation de la ville et de la campagne" à travers la promotion des produits et producteurs locaux. Des propos complétés par la présidente de région.

Nous devons avoir différents lieux autour de la gastronomie et savoir les relier, pour que Toulouse puisse avoir un retentissement national.

Carole Delga, présidente de la région Occitanie.

Les deux élus ont donc affiché une certaine unité, malgré les différents qui les opposent. "C'est important que la métropole et la région soient sur la même longueur d'ondes, et non chacune de leur côté", a expliqué Jean-Luc Moudenc. Le président de Toulouse Métropole a fait savoir que les deux politiques portaient des combats communs à travers la réalisation du tiers-lieu. Parmi eux, le zéro carbone, l'énergie positive et le développement durable. Des propos qui font sens avec la volonté de Carole Delga de faire de ce lieu "une vitrine de la transition écologique" en Occitanie.

À savoir


  • Dans le cadre de l'appel à projets « Bâtiment NoWatt », le collectif Cosmopolis a pu bénéficier d'une aide régionale de 1,88 million d'euros. Ce programme soutient la création ou la rénovation de bâtiments avec une faible empreinte environnementale. Les architectes OECO et Compagnie Architecture ont donc fait un effort en privilégiant des matériaux bio sourcés, en réutilisant les structures des halles, ou encore en concassant les toitures pour qu'elles soient réutilisées.

Le tiers-lieu a conservé ses grandes lignes

halles-cartoucherie-2021-1

Les Halles sont en plein cœur du quartier de la Cartoucherie (Crédits : Rémi Benoit).

Au-delà de l'aspect environnemental, et bien que l'agencement des halles ait pu être revu pendant la crise sanitaire, le projet conserve ses grandes lignes initiales. Ainsi, les nouvelles Halles de la Cartoucherie ont été pensées pour être reliées au reste du quartier, et favoriser l'échange entre les différents espaces.

L'espace nord de la halle 121 disposera, en plus de la halle gourmande, d'une librairie (L'Autre Rive) et d'espaces de coworking sur 3.000m2. Au sud, l'espace activités sportives fera la part belle à l'escalade avec une salle de 2.000m2. Des terrains de squash et une école de danse sont aussi prévus. Pour s'intégrer au mieux à l'éco-quartier, une "traversée verte" de 1.200m2 reliera les halles 121 et 128 entre-elles et aux rues alentours.

Les halles de la Cartoucherie seront inaugurées en mai 2023. À terme, d'autres bâtiments verront le jour autour des Halles pour favoriser la création d'un écosystème. Une salle de spectacle hybride de 500 places assises est prévue pour septembre 2023, tandis qu'un cinéma de quartier avec 4 salles (halle 128) et un hôtel s'ajouteront à l'offre existante dans les années à venir.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.