Le projet de tiers-lieu à la Cartoucherie officiellement dévoilé

 |   |  749  mots
La livraison du tiers-lieu de la Cartoucherie est prévue pour le premier semestre 2020.
La livraison du tiers-lieu de la Cartoucherie est prévue pour le premier semestre 2020. (Crédits : Rémi Benoit)
Dans deux ans, les deux halles du quartier de la Cartoucherie de Toulouse vont devenir un tiers-lieu plurithématique. Restauration, culture, bien-être, cinéma, jungle urbaine, espaces de coworking… Au total, ce sont environ 26 millions d’euros qui vont être investis par sept partenaires réunis dans le collectif Cosmopolis. L’ensemble du projet a été officiellement présenté sur place en présence de tous les acteurs lundi 14 mai.

Après Lx Factory à Lisbonne (Portugal), Malzfabrik à Berlin (Allemagne), Zawp à Bilbao (Espagne), puis Darwin à Bordeaux, c'est au tour de Toulouse d'avoir son tiers-lieu dans l'éco-quartier de la Cartoucherie, à proximité du Zénith. "Les deux halles restantes de ce quartier porteur d'une vraie histoire vont être totalement reconverties en un lieu avec une approche plurithématique", lance Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, qui a travaillé sur le projet. Ainsi, dès le début de l'année 2019, les travaux vont débuter dans cet ancien site militaire et industriel, pour une livraison du futur tiers-lieu au premier semestre 2020. Mais que se cache-t-il derrière l'appellation tiers-lieu ?

"C'est un espace qui n'est ni vraiment un lieu de travail, ni vraiment un lieu de détente, ni vraiment un chez soi. La mixité des usages y est très importante. C'est un lieu qui est porteur d'une utopie. Notre utopie à nous, c'est la transition écologique, au sens large", explique Sylvain Barfety, le chef d'orchestre du projet.

Par "nous", Sylvain Barfety entend le collectif Cosmopolis. Ce dernier rassemble les sept partenaires privés qui portent le projet de la Cartoucherie et qui pour cela ont remporté un appel à projets émis par Oppidea, la société d'économie mixte d'aménagement de Toulouse Métropole. Ce collectif est donc composé de la structure The Roof Toulouse, de l'association sportive UCPA, Azalay SAS (la société de Sylvain Barfety), la Scop Palanca, Gilles Jumaire (fondateur de la société de production Bleu Citron), la filiale Immoretail du groupe Carrère et Thierry Monassier. Tous ces acteurs sont ainsi actionnaires dans la SAS du Tiers-Lieu.

Halles Cartoucherie

Actuellement, cet espace accueille le festival MAP de Toulouse. / Crédits Rémi Benoit.

Cinq pôles d'activités différents

Ensembles, ils ont prévu d'investir au total pas moins de 26 millions d'euros, pour faire émerger en un peu moins de deux ans cet espace de plus de 15 000 m2. Une surface qui accueillera cinq pôles d'activités différents, en plus d'une "jungle urbaine" de 1 200 m2.

  • Tout d'abord, le site comportera un vaste espace restauration de 2 900 m2, où 26 offres de restauration différentes seront proposées. "Nous voulons donner un espace d'expression supplémentaire uniquement aux restaurateurs toulousains. Beaucoup sont intéressés, il y aura donc une sélection" a avoué lundi 14 mai Sylvain Barfety, président de la SAS du Tiers-Lieu, lors de la présentation officielle du projet.
  • Un pôle sport, santé et bien-être de 3 000 m2 fera également partie du projet. Celui-ci rassemblera notamment un mur d'escalade, des infrastructures de Parkour et une salle de yoga. L'association UPCA gérera également un espace fitness et squash sur 800 m2 et l'école de danse Breakin School viendra s'y installer sur 215 m2.
  • À proximité de l'espace restauration, le tiers-lieu disposera d'espaces de co-working et d'une conciergerie sur 2 800 m2. C'est cette dernière qui assurera la gestion de ces espaces de travail partagés. Ils seront composés de salles de réunion, de bureaux cloisonnés pour des travailleurs nomades par exemple et d'espaces ouverts.
  • La culture aura un espace dédié avec notamment une salle de spectacle d'une capacité de 800 personnes qui se veut complémentaire à l'offre proposée par le Zénith de Toulouse. "Nous voulons y proposer une programmation pluriculturelle avec du théâtre, des concerts, des conférences, de la danse et des projections vidéos notamment", détaille Gilles Jumaire, l'un des investisseurs dans le projet. Le centre d'art le BBB, actuellement installé dans le quartier Borderouge rejoindra le tiers-lieu, tout comme la librairie de Saint-Cyprien "L'autre Rive".
  • Un cinéma généraliste et "arts & essais" composé de trois salles viendra compléter l'offre de ce tiers-lieu.

Un tiers-lieu qui attire déjà

C'est donc une offre très diversifiée qui va venir s'implanter dans l'éco-quartier de la Cartoucherie. Un secteur géographique en pleine mutation qui semble intéresser grandement les acteurs économiques. En effet, "95 % de nos espaces sont déjà commercialisés", selon Sylvain Barfety.

Il semblerait donc que les potentiels exploitants n'aient pas été effrayés par l'ambition des porteurs de projets, à savoir en faire un lieu de vie en mouvement permanent. En effet, Sylvain Barfety souhaite que le tiers-lieu de la Cartoucherie soit ouvert 24h/24, 7 jours/ 7 et tous les jours de l'année.

Quoi qu'il en soit, ce futur espace sera créateur d'emplois. Selon le collectif Cosmopolis, le tiers-lieu devrait créer entre 150 et 180 emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2018 à 21:46 :
Ils en ont de la chance, les riverains d'avoir le tramway tout près.
Au fait, les employés de la MSA se sont-ils habitués à leur nouveau lieu de travail?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :