Immobilier : le marché du neuf sous tension à Toulouse

 |   |  497  mots
L'urbanisme sera sans aucun doute au cœur des prochaines élections municipales à Toulouse.
L'urbanisme sera sans aucun doute au cœur des prochaines élections municipales à Toulouse.
Alors que l'agglomération toulousaine accueille chaque année environ 20 000 nouveaux habitants (qu'il faut loger), les permis de construire délivrés sur l'aire urbaine toulousaine diminuent. Conséquence, les stocks se réduisent et les prix s'envolent. Décryptage.

Alors que le nouveau plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi-H) vient d'entrer en vigueur sur la métropole toulousaine, le marché du neuf dans l'immobilier sur ce territoire est plus que jamais sous tension. Ce sont en tout cas les conclusions d'une étude réalisée par l'ObserveR de l'Immobilier toulousain sur les chiffres du premier trimestre de l'année 2019.

"Avec seulement 5 318 offres commerciales disponibles pour l'aire urbaine toulousaine à la fin du premier trimestre de cette année (dont 2 680 rien que pour la ville de Toulouse, ndlr), nous disposons d'un stock de 8,9 mois. Cela correspond à une situation de sous-offre ou de tension car un marché équilibré dispose de 12 mois de stock et il n'y a pas si longtemps, ce taux était à 14 mois", explique Jean-Philippe Jarno, le président de l'ObserveR et directeur général du promoteur Urbis Réalisations.

Cette statistique démontre ainsi que les offres commerciales disponibles ont chuté de d'environ un quart par rapport à la fin des trois premiers mois de l'année passée. Seulement, dans le même temps, le volume des ventes s'est maintenu aux alentours de 1 600 transactions d'une année sur l'autre. Ce qui a entraîné mécaniquement une réduction du stock des biens immobiliers neufs dans l'aire urbaine toulousaine.

marché du neuf à Toulouse

Source : ObserveR.

Chute des mises en vente

Pour tenter d'expliquer cette situation inconfortable, Jean-Philippe Jarno met en avant l'imminence des prochaines élections municipales de mars 2020. Ces dernières s'annoncent plus que jamais indécises à Toulouse et les projets immobiliers sont toujours des sujets clivants dans l'opinion publique. "En raison de la proximité d'élections importantes, il est difficile pour les promoteurs immobiliers d'obtenir des permis de construire, soit c'est beaucoup plus long pour les avoir". Résultat, les mises en vente ont chuté dans Toulouse et son aire urbaine.

marché du neuf à Toulouse

"Ce phénomène de baisse des mises en vente, que l'on retrouve également fortement à Montpellier et Bordeaux, ne devrait pas se calmer au cours de l'année 2019 ni même début 2020. Néanmoins, s'il y a moins de projets, il y a plus forte concurrence entre les prometteurs et par conséquent les prix augmentent", souligne le dirigeant.

Des prix au m2 en hausse

Sans oublier que le nouveau PLUi-H sanctuarise et protège pas moins de 24 147 hectares de surface sur les 46 511 hectares que représentent la Métropole, il paraît évident que les prix moyens du m2 sur l'aire urbaine vont poursuivre leur augmentation progressive comme le montre l'étude de l'ObserveR.

marché du neuf à Toulouse

Une courbe bien plus raide si l'on se concentre uniquement sur le prix moyen dans la ville de Toulouse, où se concentre 62 % des ventes des trois premiers mois de l'année 2019.

marché du neuf à Toulouse

"Mais si vous mettez 30 % d'offres en plus, les prix vont automatiquement baisser", tient à rassurer le directeur général d'Urbis Réalisations. Alors, moins de constructions et des prix en hausse, ou l'inverse ? Un dilemme qui sera véritablement un thème de la prochaine campagne électorale pour les municipales dans 10 mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :