Immobilier : la densité au détriment du bien-être ? (6/7)

Face à la pression démographique et aux problèmes de circulation, Toulouse mise sur la "densité modérée". Cette stratégie doit atténuer l’étalement urbain. Au risque de faire disparaître l’ambiance villageoise ?

3 mn

La Ville rose est célèbre pour ses ruelles aux façades de brique, mais se distingue aussi par son modèle pavillonnaire.
La Ville rose est célèbre pour ses ruelles aux façades de brique, mais se distingue aussi par son modèle pavillonnaire. (Crédits : Rémi Benoit)

"À Toulouse, on a l'impression de vivre dans une ville de province, hors du temps", lâche Patrick Saint-Agne, président de la Fédération des promoteurs immobiliers d'Occitanie. En effet, la Ville rose est célèbre pour ses ruelles aux façades de briques, mais se distingue aussi par son modèle pavillonnaire. Toulouse est dotée d'une superficie légèrement supérieure à celle de Paris (118 km2 contre 105 km2 dans la capitale) alors qu'elle compte cinq fois moins d'habitants.

Sur la Côte Pavée, les ingénieurs d'Airbus peuvent s'acheter une maison avec un large jardin tout en étant à moins d'une demi-heure à pied de l'hypercentre. Des maisons avec leur lopin de terre ont poussé jusqu'à une quarantaine de kilomètres du cœur de ville. Toulouse n'en finit plus de croître alors qu'elle devra loger un demi-million d'habitants supplémentaires d'ici 2050, d'après les projections des services de la Métropole.

"Les beaux champs du Lauragais ont longtemps été le grenier à blé de la métropole, y poussaient encore il y quelques années du maïs et des tournesols. Consommer ce foncier nous enferme dans un modèle de mobilité automobile", estime Philippe Dugot, maître de conférences en géographie à l'université Jean Jaurès.

Une vision partagée par François Saint-Pierre, membre du Codev, le comité d'expertise citoyenne sur la métropole : "face à la croissance démographique, le modèle d'urbanisation pavillonnaire est en train de devenir obsolète. L'attractivité de Toulouse repose sur sa qualité de vie : si cela devient aussi difficile de se déplacer qu'à Paris, les ingénieurs ne viendront plus travailler à Airbus, ce dynamisme économique va s'effondrer."

Densité modérée

Pour arrêter de grignoter les terres agricoles, Toulouse a commencé à se densifier. L'étalement urbain a chuté de 400 hectares par an entre 2007 et 2010, à 230 hectares par an entre 2013 et 2016 sur les 114 communes de la grande agglomeration. Le président de la Métropole, Jean-Luc Moudenc veut diminuer encore de 10% ce phénomène en prônant "la densité modérée".

"La seule manière d'atteindre la production de logements nécessaires à l'essor démographique est la capacité de la ville à se reconstruire sur elle-même. Je ne suis pas pour mettre de grands immeubles partout mais là où il y a une desserte en transports en commun importante, alors il faut que l'urbanisme soit plus affirmé", confie Jean-Luc Moudenc.

Son adjointe à l'urbanisme, Annette Laigneau, précise : "nous avons calculé que pour répondre à l'attractivité de la ville, il faut construire 7 000 logements nouveaux par an sur la métropole, dont 80% dans Toulouse et sa première couronne. Si l'on prend l'exemple des rues pénétrantes à Toulouse comme l'avenue Jean Rieux, on peut imaginer densifier en bordure des voiries, ce qui permet de préserver tout le reste. Des opérations d'aménagement seront réalisées sur des territoires à recomposer comme par exemple l'ancien site de Latécoère".

Créer de nouveaux villages

Mais pour le conférencier Philippe Dugot, "il faut veiller à densifier intelligemment" : "Dans certains nouveaux quartiers comme à Rangueil, Montaudran et même à la Cartoucherie, la qualité du bâti pose question, cela risque de très mal vieillir. La mixité fonctionnelle est très limitée, les places de quartier sont désertes... Comment sortir de la logique pavillonnaire, si l'on a une densification sur des modèles qui ne sont pas les bons ?". Pour le chercheur, il est essentiel de densifier "en créant des quartiers où l'on a envie d'habiter avec une mixité sociale". Une solution pour, peut-être, faire perdurer l'ambiance villageoise de la Ville rose.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.