Plusieurs milliers de salariés d'Airbus manifestent à Toulouse contre le plan social

 |   |  654  mots
Entre 7 000 et 9 000 personnes ont défilé le long des pistes de l'aéroport de Toulouse ce jeudi matin.
Entre 7 000 et 9 000 personnes ont défilé le long des pistes de l'aéroport de Toulouse ce jeudi matin. (Crédits : Rémi Benoit)
Une semaine après qu'Airbus a annoncé 3 600 suppressions de postes à Toulouse, des milliers de salariés ont défilé vers le siège de l'avionneur européen. Jeudi 9 juillet, une nouvelle journée de mobilisation est prévue avec des rassemblements à proximité des principaux sites industriels aéronautiques d'Occitanie.

Alix, 21 ans, "se sent trahi". Il est entré à Airbus il y a plus de deux ans sur l'assemblage des tronçons d'A350. Il pensait "avoir la sécurité de l'emploi" pour faire toute sa carrière au sein du groupe. Seulement, dans le sillage de la crise sanitaire, l'avionneur européen, contraint de réduire sa production d'avions de 40%, a annoncé le 30 juin un plan social prévoyant la suppression de 5 000 postes en France. Toulouse pourrait en payer le plus lourd tribut avec 3 600 postes menacés entre le siège, les usines, la filiale aérostructures Stelia et ATR.

Lire aussi : Coup de massue à Toulouse où Airbus risque de supprimer 3600 postes

Entre 7 000 et 9 000 manifestants d'après les syndicats

Alors que les négociations entre partenaires sociaux et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2020 à 19:41 :
Airbus, Hop, Nokia...Ce n'est qu'un début... continuons le combat.
Rentrée chaude, fin d'année catastrophique. 2021... Apocalyptique ? A suivre.
Réponse de le 08/07/2020 à 21:40 :
Meuh non, la BCE imprime et la bourse monte !
Tout va très bien, madame la marquise
a écrit le 08/07/2020 à 19:00 :
Curieux ce retournement de situation. L'industrie aéronautique passe de l'industrie de pointe technologique à ce qu'est le charbon dans la production d'électricité, et cela en quelques mois, le covid 19 lui aura été fatale. Pas prêt de produire un avion peu polluant.
La marine devrait mieux faire et plus vite . Elle pourrait assurer les déplacements transcontinents dans l'avenir avec beaucoup moins de pollution! Pas bonne cette idée!
Réponse de le 08/07/2020 à 22:39 :
Pilote de long courrier était, jusqu'au début de l'année, une profession très demandée, de mieux en mieux payée, et on lui promettait un avenir radieux sur toute la planète pour au moins deux décennies.

Et c'est devenu une impasse en quelques semaines avec un chômage qui explose, une offre nulle, et une reconversion compliquée.

Sic transit gloria mundae...
a écrit le 08/07/2020 à 18:24 :
On entendait moins les syndicats quand Airbus tournait à fond et versait des primes.
C'est ça une économie de marché: il y a des hauts et des bas. Les manifestations ne servent à rien. Le gars qui pensent rentrer dans une boîte et y faire toute sa carrière est un doux rêveur. Il se trompe d'époque!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :