Actia se lance dans la course à l'électrification des bus et des vélos

Le fabricant toulousain d'équipements électroniques Actia vient d'annoncer la création d'une nouvelle division pour accompagner l'essor de son activité d'électrification pour les transports en commun (bus, trains) et les vélos. Cette nouvelle entité pourrait peser 200 millions d'euros et employer 1.000 personnes d'ici à 2025.

4 mn

Actia projette d'équiper 20.000 vélos dans les prochaines années.
Actia projette d'équiper 20.000 vélos dans les prochaines années. (Crédits : DR)

"Actia a toujours travaillé dans l'électrification des véhicules. Nous avons collaboré sur le Kangoo électrique de Renault et nous avons fourni toute la partie électronique de puissance de la Blue Car de Bolloré", rappelle Jean-Louis Pech, PDG d'Actia. Ce fabricant toulousain d'équipements électroniques pour l'automobile, le spatial, les transports publics et les télécoms (3.800 collaborateurs dans le monde dont 750 à Toulouse) a décidé de créer une nouvelle division ("Power") dédiée aux métiers liés à l'électrification des véhicules.

Lire aussi 4 mnL'équipementier Actia face à "la grande inconnue" de la pénurie mondiale des composants

 "Dans le groupe, 200 personnes travaillent déjà sur ces sujets parmi nos équipes en France, en Allemagne, aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Cette nouvelle entité pourrait peser 200 millions d'euros de chiffre d'affaires dans trois à quatre ans (Actia réalise actuellement un CA annuel de 500 millions d'euros, ndlr) et employer 1.000 personnes", ajoute le dirigeant.

Une expertise pour améliorer la durée de vie des batteries

Longtemps espéré, l'essor des véhicules électriques devient enfin une réalité. L'Union européenne a acté cet été la fin des moteurs thermiques en 2035. Pour sa part, Actia ne souhaite pas se positionner sur le secteur de l'automobile, déjà trusté par de grands noms, mais veut plutôt concentrer ses efforts sur les transports publics (bus, train), le monde du chantier, l'agriculture et la micromobilité (vélos à assistance électrique). Sur ce segment, le groupe toulousain a déjà remporté d'importants contrats notamment pour équiper les bus du constructeur russe Volgabus et ceux de Custom Denning en Australie.

"Actia fait partie des rares acteurs capables d'offrir non pas uniquement des composants mais d'apporter cette vision systémique et de réaliser l'électrification d'un bus de A à Z  jusqu'à sa certification. Nous visons des petites et moyennes séries sur des marchés plutôt de niche sur lesquels il faut augmenter la durée de vie des batteries. Ces dernières représentent aujourd'hui l'essentiel de la valeur du véhicule", plaide Jean-Louis Pech.

Actia a noué depuis plusieurs années un partenariat avec les chercheurs du CEA Tech, ce qui lui permet d'avoir une très bonne connaissance du Battery management system (BMS), autrement dit d'être capable de piloter tous les éléments qui composent les batteries et de suivre en temps réel le fonctionnement de ces batteries pour en améliorer l'utilisation. "La connaissance des algorithmes permet également d'optimiser la durée de vie des batteries. Nous misons à terme sur des batteries qui ont une durée de vie relativement importante, de l'ordre de sept à dix ans pour se différencier sur le marché", indique Hervé le Gras, directeur commercial d'Actia.

Lire aussi 5 mnFerroviaire : CAF va recruter 50 ingénieurs à Toulouse

Équiper 20.000 vélos électriques

Le groupe compte également se différencier de la concurrence via le développement de services associés à l'électrification. Sur un vélo connecté, il est possible par exemple d'alerter les parents quand un enfant tombe de vélo. En cas de vol, certains systèmes électroniques permettent de bloquer le moteur du vélo. Des alertes de maintenance prédictive pour l'entretien du vélo peuvent être également envoyées. Face l'engouement des Français pour les vélos à assistance électrique (VAE), de plus en plus d'acteurs se positionnent sur ce segment. Même de grands constructeurs automobiles comme Stellantis travaillent sur des solutions de micromobilité. Pour autant, Actia croit en son positionnement atypique.

"Il n'existe pas aujourd'hui en France d'équipementier qui fournisse l'ensemble des équipements d'électrification des vélos à assistance électriques et encore moins des services avancés comme la maintenance prédictive", souligne Olivier Jannot, à la tête du département micromobilité. Actia projette d'équiper 20.000 vélos dans les prochaines années. Une estimation basse sachant que ses clients fournissent 50 à 100.000 vélos électroniques par an.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.