5G : le projet 100% français d’Alsatis pour le CHU de Toulouse

 |  | 937 mots
Lecture 5 min.
Le CHU de Toulouse mise sur une société toulousaine pour implanter la technologie 5G entre ses murs.
Le CHU de Toulouse mise sur une société toulousaine pour implanter la technologie 5G entre ses murs. (Crédits : Rémi Benoit)
La PME toulousaine Alsatis fait partie des quatre sociétés sélectionnées par le gouvernement pour "accroître la souveraineté française en matière de télécoms". L'opérateur s'appuie uniquement sur des acteurs de l'Hexagone pour introduire la 5G au sein du CHU de Toulouse. De son côté, Airbus veut aussi utiliser cette technologie pour accélérer la transmission de données depuis les avions.

"Alsatis est un exemple de ces sociétés qui ne sont pas connues du grand public mais qui sont des pépites technologiques. Si l'on veut construire des solutions souveraines en matière de télécoms, nous devons nous appuyer sur les nombreuses PME françaises positionnées sur les briques technologiques de la 5G", estime la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher. La membre du gouvernement était en déplacement à Toulouse, jeudi 28 janvier, pour démontrer les applications industrielles de la 5G.

Lire aussi : Aéronautique : À Toulouse, Bruno Le Maire s'engage à de nouvelles mesures pour soutenir la filière

Une offre made in France pour assurer la sécurité des données de santé

À la faveur de la crise sanitaire, qui a mis en lumière la perte de savoir-faire tricolore, par exemple en matière de masques, l'exécutif a engagé une stratégie de relocalisation industrielle de certains secteurs stratégiques. "La constitution d'une offre française souveraine sur les réseaux télécoms en fait partie", rappelle la ministre qui a dévoilé le 26 janvier les quatre premiers projets lauréats de l'appel à projets spécifiquement consacré à cette thématique. Parmi eux, figure la PME toulousaine Alsatis qui a choisi de s'appuyer sur des partenaires uniquement français pour implanter la 5G au sein du CHU de Toulouse.

Lire aussi : Comment la 5G va accélérer le développement des entreprises à Toulouse

"Nous sommes un opérateur télécoms purement français. Nous allons utiliser les produits de l'entreprise Serma qui réalise des équipements radio pour la technologie 5G, au même titre que Ericsson, Nokia ou Huawei. Alice est le partenaire pour la composante coeur de réseau et Amarisoft va s'occuper de la partie software. Cette chaîne de valeur 100% française est suffisamment rare pour être soulignée tant nous sommes inondés de technologies étrangères. La 5G constitue une opportunité pour l'industrie française de redorer son blason et d'asseoir sa souveraineté, d'autant qu'il s'agit un domaine sensible", glisse Antoine Roussel, directeur général d'Alsatis, qui va bénéficier d'une subvention étatique couvrant la moitié de l'investissement du projet estimé à 1,5 million d'euros.

La particularité de la 5G est de bénéficier d'une latence (le temps de réponse du réseau lorsqu'on le sollicite) extrêmement faible, de l'ordre de la milliseconde. De quoi permettre à la 5G d'être utilisée pour des applications critiques, sensibles, où aucun dysfonctionnement n'est permis, ce qui est le cas notamment en matière de santé. L'autre enjeu est de s'assurer de la sécurité des données échangées, là aussi cruciale dans le cas d'un hôpital ou d'un aéroport. Certains États craignent d'être espionnés par une puissance étrangère. C'est la raison pour laquelle les États-Unis ont banni les équipements 5G du chinois Huawei.

Lire aussi : Entre la 5G et l'IoT, chronique d'une interdépendance annoncée

Au CHU de Toulouse, les services concernés par la 5G n'ont pas encore été définis. Alsatis et les services de l'hôpital vont mener pendant les six prochains mois une réflexion pour en définir la liste.

"La technologie 5G va servir à améliorer le fonctionnement global de l'infrastructure du CHU. Elle pourrait améliorer les communications à l'intérieur de l'hôpital. Aujourd'hui, une conversation téléphonique peut être coupé car il existe des cloisons, des portes coupe-feu. Ce type de problème va être réglé par la 5G. Cette technologie va permettre également le transfert de données de téléchargement de données beaucoup plus fréquents et plus importants, et donc une utilisation de l'analyse de la donnée plus fine", poursuit Antoine Roussel.

Depuis plusieurs années, le CHU de Toulouse a commencé à digitaliser certaines interactions avec les patients. L'hôpital s'est appuyé sur la startup Botdesign qui a développé un outil de visioconférence à destination des patients touchés par la Covid-19 pour leur permettre d'échanger avec leurs familles, interdites de visite. Un chatbot conversationnel est également utilisé pour assurer le suivi des malades confinés à domicile, grâce à des questions régulières. Une dizaine de projets big data sont déjà menés au sein du CHU qui compte sur l'arrivée de la 5G pour accélérer ces usages tout en s'assurant de la sécurité des données.

Airbus se met aussi à la 5G

Au-delà du CHU, d'autres acteurs de premier plan à Toulouse, développent une stratégie en matière de 5G. Agnès Pannier-Runacher a entamé son déplacement dans la Ville rose en se rendant au sein de l'usine d'Airbus à Saint-Martin du Touch.

airbus 5G

airbus 5G

La ministre déléguée à l'Industrie a visité une usine d'Airbus pour illustrer les applications industrielles de la 5G (Crédits : Rémi Benoit).

L'avionneur européen a déjà identifié plusieurs usages de cette nouvelle technologie. "La transmission rapide de données depuis un avion d'essais vers une station-sol qui passera de plusieurs heures à quelques minutes seulement, facilitant par là même les actions de maintenance préventive", cite notamment le groupe. Airbus s'apprête également à répondre à l'appel à projets gouvernemental pour appliquer la 5G dans les sites de production avec "un robot d'inspection qualité qui va permettre de faire un comparatif entre la maquette numérique et l'inspection de l'avion sur des éléments d'assemblage pour faire remonter des alertes sur les divergences qui pourraient exister entre ces deux environnements".

Lire aussi : Aéronautique : le bon filon de la data

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :