Le Toulousain Alsatis se pose en alternative à la fibre dans les zones rurales

 |  | 652 mots
Lecture 3 min.
Alsatis développe actuellement des solutions par ondes radio pour fournir du très haut débit dans les zones blanches et grises en France.
Alsatis développe actuellement des solutions par ondes radio pour fournir du très haut débit dans les zones blanches et grises en France. (Crédits : Alsatis)
Alors que la fibre est en plein déploiement, la société toulousaine Alsatis développe actuellement des solutions par ondes radio pour fournir du très haut débit dans les zones blanches et grises en France.

"Il y a eu la ruée vers l'eau, puis l'électricité. Aujourd'hui, nous sommes entrés dans l'ère de la ruée vers le très haut débit", lance Antoine Roussel, directeur général d'Alsatis. En 2018, le président de la République, Emmanuel Macron, a fixé l'objectif de couvrir l'intégralité du territoire français en internet à très haut débit (soit plus de 30 mbit/s) d'ici 2022. Pour y parvenir, beaucoup de collectivités locales se sont lancées dans des plans ambitieux de déploiement de la fibre optique, nécessitant souvent de construire des réseaux souterrains.

"Mais le déploiement de la fibre piétine. Les projets se sont multipliés sur les derniers 18 mois et je n'en connais aucun qui soit à l'heure. Certains départements viendront bientôt frapper à notre porte pour trouver des solutions de transition qui leur permettent de respecter les délais sur lesquels ils se sont engagés auprès de leurs concitoyens", fait remarquer Antoine Roussel.

Une technologie moins coûteuse que la fibre

Ce dirigeant est à la tête de la PME toulousaine Alsatis. Fondée en 2004, elle se définit comme "un pompier du numérique" qui offre des solutions alternatives à la fibre dans les zones blanches et grises de l'Hexagone. Alors que les grandes métropoles sont déjà raccordées à la fibre, il faut rappeler que 541 communes françaises n'ont toujours pas accès à Internet. Dans ces zones rurales, l'installation de la fibre n'est pas la solution la plus rentable. C'est la raison pour laquelle Alsatis conçoit, déploie et exploite des réseaux par ondes radios (Wifi, Wimax, LTE) via des antennes capables de diffuser le très haut débit sur un rayon de 20 kilomètres.

"En Isère par exemple, déployer la fibre sur tout le département coûte 400 millions d'euros. En comparaison, cela ne demande que 5 millions pour couvrir les zones rurales du département en THD radio. Nos technologies radios coûtent jusqu'à 100 fois moins cher que la fibre", explique Alain Zarragoza, directeur des opérations de la société.

Actuellement, Alsatis raccorde 130 000 foyers sur 120 réseaux dont 4 départements (l'Isère, la Haute-Garonne, la Charente et la Vendée). En Haute-Garonne, la société a créé en 2005 un premier réseau dans le Lauragais pour une connexion de 2 à 4 Mbit/s là où il n'y avait pas d'accès à internet.

Un fournisseur d'accès pour les zones blanches

Outre cette activité réseau qui représente 5 millions d'euros de son chiffre d'affaires, la PME est également fournisseur internet pour les particuliers dans les zones blanches et grises, là où les grands opérateurs comme Orange ou SFR investissent peu ou pas du tout. Alsatis recense 9 000 abonnés via cette activité qui a rapporté 2,5 millions d'euros de chiffre d'affaires à l'entreprise l'année passée.

Enfin le troisième métier de la société toulousaine est fournisseur internet pour les entreprises et les collectivités via des offres sur mesure (3 millions d'euros de CA). C'est le cas par exemple dans l'agglomération toulousaine avec Lyra Network, DSI mais aussi le rectorat, le Sicoval. Alsatis gère également le wifi public déployé par Toulouse Métropole. Le chiffre d'affaires global de la PME a ainsi atteint 10,5 millions d'euros en 2018 et devrait augmenter à 12,5 millions en 2019.

Une filiale aux États-Unis

Alsatis compte 50 collaborateurs dont 40 implantés sur son siège social à Toulouse et 10 dans ses bureaux en Ile-de-France, à Nantes et Lyon. La société cherche à recruter notamment un ingénieur réseau et des développeurs.

Enfin, la pépite toulousaine a commencé à se déployer aux États-Unis en créant la filiale Bloosurf située dans le Maryland et elle sera bientôt présente dans l'État voisin du Deleware où elle vient de décrocher un nouveau marché pour l'aménagement numérique du territoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :