Spatial : Mecano ID inaugure ses nouveaux locaux et signe deux gros contrats

 |   |  574  mots
Mecano ID s'est équipé d'un robot de drapage pour automatiser la fabrication de pièces composites.
Mecano ID s'est équipé d'un robot de drapage pour automatiser la fabrication de pièces composites. (Crédits : Mecano ID)
La PME toulousaine Mecano ID a doublé la surface de ses locaux pour augmenter ses moyens d'essai et accélérer la fabrication de pièces composites pour les constellations de nanosatellites. Elle vient par ailleurs de signer des contrats avec Airbus et la startup Anywaves.

Au fil de ses allées et venues, le robot dépose une à une les fibres autour d'un cylindre. En quelques heures, l'engin aura fabriqué un tube en matériaux composites.

"Automatiser la fabrication de certaines pièces permet d'être plus rapide, plus précis pour moins cher", lance Didier Mesnier, gérant de Mecano ID.

Cette PME toulousaine du spatial fondée en 1994 a inauguré le 13 septembre l'extension de ses locaux. "Un nouveau bâtiment de 1500 m2 permet de doubler la surface du site. Nous avons investi 4 millions d'euros pour la construction et le matériel", précise le dirigeant, de la société de 75 salariés qui a réalisé près de 9 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018.

En ligne de mire, la production en série

L'entreprise Mecano ID s'est notamment équipée de ce robot de drapage et de deux cuves thermiques pour recréer le vide spatial lors des essais. Des outils calibrés pour répondre aux besoins de production en série des constellations de nanosatellites, à l'image de celle fabriquée à Toulouse par l'Américain OneWeb et Airbus.

La société a déjà amorcé ce virage depuis cinq ans en produisant des pièces comme par exemple des bielles, sur catalogue à base de composants standards. Par rapport au sur mesure en vigueur jusque-là dans la filière, cette stratégie permet de réduire les coûts de fabrication de plus de 50%.

Ces pièces en carbone, verre ou aluminium sont notamment vendues à Airbus Defence and Space. Mecano ID a ainsi profité de l'inauguration pour officialiser la signature d'un contrat-cadre sur trois ans avec le grand donneur d'ordre pour la fourniture de bielles standards. L'accord acte les prix et les délais de livraison et la PME peut en échange vendre ses pièces à l'ensemble des sites d'Airbus DS.

D'autre part, Mecano ID a annoncé un partenariat avec la startup toulousaine Anywaves pour la fabrication en série d'antennes de nanosatellites. "Anywaves conçoit et vend et nous serons chargés de la fabrication et de l'intégration. La startup ne dispose pas de l'outil de production pour de la série", avance Didier Mesnier.

Un déployeur de nanosatellites pour le Cnes

Mecano ID est également le maître d'œuvre de la charge utile d'Argos 4 qui sera miniaturisée pour la constellation de 20 nanosatellites made in France Kinéis, dont le lancement est prévu en 2022. De même, elle est en charge de l'architecture, des analyses mécaniques et thermiques et des essais pour le démonstrateur de nanosatellite Angels qui sera mis en orbite en octobre prochain.

Par ailleurs, Mecano ID travaille pour le Cnes sur un déployeur pour les nanosatellites de taille 12U à 27U dont le rôle est d'éjecter les satellites du lanceur pour les positionner sur la bonne orbite. "La particularité de notre déployeur est d'être fabriqué à partir de matériaux composites", indiquait il y a quelques mois Stéphane Galinier, responsable du business development.

Plus récemment, Mecano ID a participé au lancement du label Newspace factory qui regroupe 10 PME et ETI toulousaines du spatial. Un site internet commun du même nom a été créé, sur lequel est disponible le catalogue de produits et services de chaque membre. L'ambition est d'accroître la visibilité à l'international des PME toulousaines du spatial dans la perspective de conquérir des acteurs du New Space.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :