New Space : les cinq startups qui comptent à Toulouse

 |   |  1781  mots
Le New Space a fait émerger avec lui de nombreuses startups.
Le New Space a fait émerger avec lui de nombreuses startups. (Crédits : DR/Rémi Benoit)
C'est une expression que l'on entend de plus en plus dans le domaine du spatial, le New Space. Cette nouvelle manière d'envisager la conquête spatiale qui a bouleversé les processus, les investissements et le marché pour les grandes institutions que sont les agences spatiales et les constructeurs "traditionnels". Le New Space est également caractéristique de l'émergence de nouveaux acteurs mondiaux de toutes parts à l'image de l'entreprise privée Space X du célèbre milliardaire américain Elon Musk. À l'occasion de la sortie en kiosque de cahier La Tribune Toulouse sur le thème "Toulouse, capitale du New Space ?", jeudi 21 juin, la rédaction vous propose un avant-goût avec un tour d'horizon des startups toulousaines qui font partie de cet énorme écosystème du spatial.

Anywaves fabrique des antennes en 3D pour les nanosatellites

Créée en avril 2017, Anywaves, conçoit des antennes miniatures haute performance, en céramique, imprimées en 3D à destination des nanosatellites (petits satellites), caractéristiques du New Space. Ces antennes entièrement fabriquées par la jeune startup toulousaine sont un élément indispensable dans les systèmes sans fil de la navigation, télésurveillance et de télécommunication...

"L'émergence du marché des nanosatellites a rendu la barrière à l'entrée moindre puisqu'il n'y a pas les exigences que l'on peut avoir pour des satellites traditionnels géostationnaires avec des pans de développement et des coûts pharamineux qui limitent l'accès", explique Nicolas Capet, fondateur d'Anywaves et ancien ingénieur au Cnes.

Ses sept années passées au sein du Centre national d'études spatiales lui ont ouvert les portes de l'entrepreneuriat.

"Le domaine du spatial est relativement difficile d'accès surtout pour des équipementier d'antennes, mais mon expérience au Cnes m'a nourrit et permis de développer tout mon réseau et ma connaissance du métier", affirme Nicolas Capet.

Pour l'instant, les clients d'Anywaves sont principalement concentrés en Europe, où celle-ci ambitionne à terme de devenir un leader dans le domaine des antennes pour CubSat (synonyme de nanosatellite). Après un peu plus d'une année d'activité, la jeune pousse qui emploie pour l'instant cinq personnes, envisage trois nouvelles embauches d'ici fin 2018 ainsi qu'une possible levée de fonds afin d'accélérer sa croissance, développer de nouveaux produits et muscler sa présence à l'international notamment aux États-Unis et en Asie. "Nous sommes en train de travailler sur plusieurs scénarios", conclue le fondateur d'Anywaves.

EarthCube mise sur la surveillance par satellite

Fondée en 2016 par un ancien ingénieur d'Airbus Defence & Space et un ancien manager de chez Areva, la startup EarthCube a mis au point un système qui analyse les images fournies par des satellites, des drones ou des hélicoptères et détecte automatiquement les anomalies sur les sites sensibles.

"Ce système de surveillance est adapté pour des pipelines (des plateformes pétrolières), des carrières, des zones de forêt, des camps de réfugiés... tous les lieux à fort enjeu safety & security pour les gouvernements et les industriels", précise Renaud Allioux, co-fondateur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :