Aucun dividende ne sera versé aux actionnaires de l'aéroport Toulouse-Blagnac

 |   |  865  mots
Les actionnaires d'ATB ne toucheront pas de dividende en 2020.
Les actionnaires d'ATB ne toucheront pas de dividende en 2020.
D'après les informations de La Tribune, les actionnaires de l'aéroport Toulouse-Blagnac ne se verseront pas de dividende au cours de l'année 2020 en raison de la situation économique liée au Covid-19. Une première depuis de nombreuses années. Les détails.

Selon les informations de La Tribune, les actionnaires de l'Aéroport Toulouse-Blagnac (ATB) ont décidé de ne pas se verser de dividende au cours de l'année 2020 au titre des résultats de 2019. Pour rappel, l'actionnariat est composé de la Région Occitanie (5%), du Département de Haute-Garonne (5%), de Toulouse Métropole (5%), de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse (25%), de l'État via l'agence des participations de l'État (10,01%) et du groupe Eiffage (49,99%). Tous ces acteurs ont ainsi tenu un conseil de surveillance vendredi 24 avril, et c'est au cours de celui-ci que la décision a été prise.

"Cette pandémie a provoqué une chute brutale et durable du trafic aérien mondial. Face à cette crise, le management a pris les décisions qui s'imposaient pour vous protéger et pour préserver la stabilité de l'entreprise. Aéroport Toulouse-Blagnac continue de fonctionner et nous venons d'achever une séquence de gouvernance par la tenue du Conseil de Surveillance. Je souhaite en partager les principales conclusions avec vous. Le Conseil a approuvé les comptes 2019. Tenant compte des circonstances exceptionnelles, les actionnaires ont décidé à l'unanimité de soutenir la proposition que fera le Directoire à l'Assemblée Générale de juin de ne pas verser de dividendes au titre du résultat 2019".

Ces justifications ont été apportées par le nouveau président du conseil de surveillance d'ATB depuis la prise de participation d'Eiffage, Marc Legrand, dans un mail envoyé lundi 27 avril aux 300 salariés de l'entreprise gestionnaire de l'aéroport et que La Tribune a pu consulter.

Lire aussi : Aéroport de Toulouse : Eiffage remplace Charles Champion

Un souhait du ministre de l'Économie

C'est une décision loin d'être anodine au regard de l'investissement d'environ 507 millions d'euros réalisé par le groupe français le 30 décembre dernier afin d'acquérir les parts de l'ancien actionnaire chinois Casil Europe. Dès l'arrivée de ce dernier aux commandes de l'infrastructure aéroportuaire en avril 2015, la question des dividendes était devenue un sujet hautement sensible dans l'écosystème toulousain.

En 2016, Casil Europe avait obtenu 17,5 millions d'euros en puisant dans les réserves financières de l'aéroport, puis 7,85 millions d'euros en 2017 (dont 1,5 million d'euros puisé dans les réserves), 14 millions d'euros de dividendes (aucune ponction cette fois dans les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :