Lited, la PME toulousaine qui grandit à la vitesse de la lumière

Fondée en 2005, l'entreprise toulousaine Lited occupe une place significative sur le marché du luminaire LED en France. Avec un chiffre d'affaires qui atteint 14 millions d'euros en 2018, l'entreprise voit plus grand et vise le double d'ici cinq ans. Pour cela, elle compte sur son positionnement sur le bâtiment connecté et l'éclairage intelligent pour séduire davantage de clients. Portrait d'une PME en plein développement.

3 mn

L'entreprise toulousaine Lited veut ouvrir une filiale à l'étranger.
L'entreprise toulousaine Lited veut ouvrir une filiale à l'étranger. (Crédits : Deliled)

Cette entreprise toulousaine équipe en luminaires LED notamment le Zénith de Toulouse, les boutiques du Stade Toulousain, ou encore les universités Paul Sabatier et Toulouse Capitole. Installée à Balma, Lited a vendu pas moins de 400 000 luminaires LED sur l'année 2018, en proposant pas moins de 25 gammes de produits différents.

Mais avant cela, l'entreprise était sur un tout autre marché. Depuis sa création en 2005, la société toulousaine s'était spécialisée dans la distribution de lampes de vidéo projecteurs.

"Au vu de la durée de vie assez longue des ampoules de ce type de matériel, les utilisateurs remplaçaient tout l'équipement plutôt qu'uniquement l'ampoule, quand cela ne fonctionnait plus", raconte le directeur général de Lited, Yohan Chaze, fils du fondateur de l'entreprise, Henri Chaze, parti à la retraite depuis.

Une entrée au capital déterminante

L'entreprise opère alors son virage stratégique en 2010, en se consacrant désormais uniquement à la fabrication de luminaires LED. Un pari réussi puisqu'en 2014, Lited réalise déjà 3 millions d'euros de chiffre d'affaires et veut passer un cap dans son développement. La direction fait alors entrer dans l'actionnariat le groupe Ikat, pour lui apporter les fonds nécessaires.

"Cette entrée au capital de cette structure nous a permis de recruter 13 commerciaux au fil du temps, la création et le développement d'un bureau d'études, ainsi que l'ouverture d'une antenne à Nanterre, dans la région parisienne, composé de 12 personnes", énumère le dirigeant.

Au total, Lited compte aujourd'hui 34 salariés et elle compte passer à 40 personnes au cours de l'année 2019 en recrutant des collaborateurs pour son bureau d'études, son service commercial et sa communication.

Bientôt une filiale à l'étranger

Un tel accroissement de ses équipes est lié au fort développement de la société qui a réalisé un chiffre d'affaires de 14 millions d'euros en 2018. Fonctionnant uniquement en BtoB, la société vise une croissance de 20% de son chiffre d'affaires en 2019, et ambitionne d'atteindre le cap des 25 à 30 millions d'ici cinq ans. Ce doublement du chiffre d'affaires passera forcément par l'ouverture d'une filiale.

"Nous avons pour ambition d'ouvrir une filiale à l'étranger, dans un pays francophone, comme par exemple les pays du Benelux. Ce développement passera soit par de la croissance externe, soit par l'ouverture d'une société sous la marque Lited avec un partenaire", détaille Yohan Chaze.

Pour atteindre cet objectif, l'entreprise qui réalise actuellement 95% de son chiffre d'affaires en France, concentre son activité autour du concept de "smart building" (bâtiment connecté) et du "smart lighting" (éclairage connecté).

Tournée vers le bâtiment connecté

Lited fait partie de la Smart Building Alliance (SBA), une organisation qui fédère différents acteurs de la construction autour de la thématique des bâtiments de demain. Pour rendre ses équipements intelligents, l'entreprise intègre donc à ses luminaires des petits boîtiers beacons (ou bluetooth).

"Le luminaire est présent dans toutes les pièces d'un bâtiment, nous pensons donc qu'il faut en faire 'l'autoroute' par lequel passerait ce courant digital afin de faire des bâtiments connectés avec des équipements qui communiquent entre eux. Grâce à ces boîtiers intégrés à nos luminaires, nous pouvons envisager une gestion de l'éclairage intelligence en fonction de la présence ou non de personnes dans une pièce, ou bien imaginer une application mobile pour se repérer dans un bâtiment via la géolocalisation", se projette Yohan Chaze.

Pour le président de Lited, Cédric Mauboussin, le boîtier beacon est une technologie "qui intéresse fortement les constructeurs et gestionnaires de parcs immobiliers". Un marché qui s'annonce donc prometteur pour la PME toulousaine.

Lire aussi : Comment GA est devenu le pionnier de la modélisation numérique dans le BTP

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.