Municipales : Biasotto veut encourager la vente de logements sociaux à Toulouse

 |   |  745  mots
Franck Biasotto veut lutter contre la gentrification du centre-ville de Toulouse.
Franck Biasotto veut lutter contre la gentrification du centre-ville de Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
Favoriser l'essor de propriétaires occupants à Toulouse, vendre aux particuliers des logements sociaux pour en construire d'autres, favoriser la rénovation énergétique des logements et lutter contre les logements vacants... Voilà les principaux enseignements à retenir du projet de politique du logement et de l'urbanisme du candidat aux élections municipales soutenu par le MoDem, Franck Biasotto. Les détails.

Tout au long du mandat qui s'approche de la fin, il est celui qui a dirigé Toulouse Métropole Habitat tout en étant adjoint au maire de Toulouse en charge du Logement. Franck Biasotto, candidat aux élections municipales soutenu par le MoDem et face au maire sortant de Toulouse, a présenté mardi 25 février son projet de politique d'urbanisme et d'immobilier pour la Ville rose.

"Sur le périmètre de la ville de Toulouse, il y a seulement 33% de propriétaires occupants contre 58% en moyenne dans les autres grandes villes. Au-delà du prix du logement, pour expliquer ce constat, il y a aussi le fait que Toulouse a toujours été une place forte des produits de défiscalisation. Nous souhaitons mettre en place une politique de rupture pour monter ce taux et faire que se loger dans la ville soit possible pour le plus grand nombre de Toulousains. Toulouse ne doit pas être Paris demain car la flambée des prix chasse les classes moyennes de la ville centre", contextualise Franck Biasotto.

Ainsi, le candidat soutenu par le MoDem souhaite développer et encadrer le logement à prix maîtrisé sur la Métropole, qui représente aujourd'hui environ 10% des constructions de logements neufs dans le parc privé à Toulouse chaque année (sur un total de 4 600). Par ailleurs, l'ancien agent immobilier souhaite développer l'accession sociale et une nouvelle offre d'habitat social par l'intermédiaire de l'Établissement foncier solidaire qui permettra à un futur acquéreur d'acheter seulement le logement et non pas la terre, qui restera en la possession d'un bailleur social, ce qui diminuera le prix de vente d'un logement.

Encourager la vente de logements sociaux

Enfin, pour favoriser l'accession à prix maîtrisé pour les Toulousains, Franck Biasotto compte amplifier la vente de logements sociaux sur Toulouse Métropole. Selon lui, seulement un millier de logements sociaux ont été vendus sous la mandature de Jean-Luc Moudenc, le maire sortant.

"Il faudra poursuivre, mais surtout amplifier cette dynamique. Je revendique pleinement que c'est une bonne mesure et que ce n'est pas vendre les bijoux de famille. De plus, la vente d'un logement social permet de financer la construction de trois logements sociaux", se défend la tête de la liste Toulouse Belle & Forte.

Pour Franck Biasotto, c'est une nécessité pour répondre aux 40 000 demandes de logements en cours sur le périmètre de Toulouse Métropole. Alors que le PLUi-H prévoit la construction de 2 400 logements sociaux chaque année, "il faut construire 25 000 logements sociaux d'ici 2025", estime-t-il.

D'ici là, pour tenter de répondre à une partie des demandes enregistrées, Franck Biasotto propose d'étendre sur toute la Métropole une "Bourse d'échanges" entre tous les bailleurs sociaux, qu'il a instauré lors de sa présidence à Toulouse Métropole Habitat. Ce dispositif permet de mettre en relation, deux locataires de logements sociaux qui souhaitent déménager alors qu'ils occupent des logements aux critères similaires.

Rénover les logements vacants

Pour ce qui est du parc privé, Franck Biasotto veut lutter contre les logements vacants à Toulouse pour les transformer en logements sociaux et donc répondre à la forte demande toulousaine. Le conseiller municipal sortant estime qu'il y en a 2 400 à Toulouse. "Nous souhaitons les diviser par deux en six ans", annonce-t-il. Pour cela, en l'échange d'un loyer social, le prioritaire devra signer une convention pour bénéficier d'un prêt sans intérêt à 10 000 euros pour une rénovation énergétique, si des travaux sont nécessaires. Par ailleurs, travaux ou pas, si le propriétaire accepte le principe d'un loyer social, les loyers perçus feront l'objet d'une déduction fiscale de 70%.

Par ailleurs, Franck Biasotto souhaite encourager la rénovation énergétique pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Pour y parvenir, il compte créer dans le centre-ville de Toulouse une Maison de l'Habitat et du Logement qui sera une sorte de guichet unique pour les Toulousains, où ils pourront y faire leur demande de logement social, mais aussi se renseigner sur les dispositifs de rénovation énergétique et y enclencher les démarches.

Enfin, s'il dit "rien n'avoir contre les acteurs privés", il "ne compte pas laisser la ville aux mains des promoteurs". L'élu sortant souhaite d'ailleurs les accompagner et les encourager à construire différemment en utilisant des matériaux écologiques.

Lire aussi : Municipales : comment Biasotto compte financer la desserte de l'aéroport en métro

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :